Le point sur l'invasion russe de l'Ukraine

Afp
<p>Une réfugiée de la ville ukrainienne assiégée de Marioupol à son arrivée à Zaporijjia en Ukraine le 2 mai 2022</p>

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- Evacuation de Marioupol

L’évacuation de Marioupol "se poursuit", a annoncé mardi la présidence ukrainienne. Le conseil municipal de ce port industriel du sud du Donbass, quasiment conquis par les Russes, avait annoncé lundi soir un accord pour une évacuation avec le soutien de l'ONU et de la Croix-Rouge. Le point de rencontre a été fixé à 07H00 (04H00 GMT), mais loin de Marioupol, sur un rond-point proche de Berdiansk à quelque 70 km de là.

- Sanction européenne

La Commission européenne devrait proposer mardi un sixième paquet de sanctions comprenant un calendrier d'arrêt progressif sur six à huit mois des importations de pétrole russe, qui représentent 30% des importations de pétrole de l'Union européenne. Les nouvelles sanctions concerneront aussi le secteur bancaire.

- Le pape François prêt à voir Poutine

Le pape François s'est déclaré disposé à se rendre à Moscou pour rencontrer le président russe Vladimir Poutine et tenter d'arrêter les combats en Ukraine, dans un entretien au quotidien italien Il Corriere della Sera publié mardi.

Le pape argentin a affirmé avoir "appelé au téléphone" le président ukrainien Volodymyr Zelensky "le premier jour de la guerre".

"Après 20 jours de guerre, j'ai demandé au cardinal (Pietro) Parolin", numéro deux du Vatican, "de faire parvenir à Poutine le message que j'étais disposé à me rendre à Moscou", a-t-il déclaré, précisant n'avoir "pas encore reçu de réponse".

Le souverain pontife a exclu de se rendre pour le moment à Kiev, rappelant y avoir envoyé deux cardinaux.

- Johnson devant le Parlement ukrainien

Le Premier ministre britannique Boris Johnson doit s'adresser mardi au Parlement ukrainien par visio-conférence, une première pour un dirigeant occidental depuis le début de la guerre.

<p>Invasion de l'Ukraine par la Russie, derniers développements, 2-3 mai</p>

Boris Johnson doit annoncer à cette occasion une nouvelle aide militaire à Kiev d'une valeur de 300 millions de livres (357 millions d'euros), comprenant notamment du matériel d'armement défensif.

- Moscou accuse Israël

Moscou a accusé mardi Israël de "soutenir le régime néonazi de Kiev", après les vives critiques du chef de la diplomatie israélienne contre les propos controversés de son homologue russe sur le "sang juif" présumé d'Adolf Hitler.

"Nous avons prêté attention aux déclarations anti-historiques du ministre des Affaires étrangères (israélien) Yaïr Lapid, qui expliquent en grande partie la décision du gouvernement actuel de soutenir le régime néonazi de Kiev", a indiqué la diplomatie russe.

Le ministre des Affaires étrangères israélien Yaïr Lapid a fustigé lundi les propos de son homologue russe Lavrov, qui avait affirmé qu'Hitler "avait du sang juif".

La diplomatie russe a encore repris mardi ces arguments, affirmant que "l'origine juive du président (Zelensky) n'est pas une garantie de protection contre le néonazisme rampant dans le pays."

Moscou a répété à maintes reprises vouloir "démilitariser" et "dénazifier" l'Ukraine, justifiant ainsi l'offensive lancée le 24 février.

- Fidji: saisie d'un superyacht

<p>Le superyacht Amadea, supposé appartenir à un oligarque russe, à l'amarre aux îles Fidji le 13 avril 2022</p>

Un tribunal des îles Fidji a ordonné mardi la saisie d'un superyacht qui appartiendrait à un oligarque russe sanctionné après qu'un mandat américain de saisie a été déposé le mois dernier. Sa valeur est estimée à 325 millions de dollars.

Le yacht Amadea, amarré depuis la mi-avril à Lautoka (ouest) est lié, selon certains rapports, à l'oligarque russe Suleiman Kerimov, visé par des sanctions des États-Unis et de l'Union européenne à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet