Ukraine : nouveau convoi de l'ONU attendu pour évacuer les civils d'Azovstal

Joshua MELVIN avec Dmitry ZAKS à Kramatorsk
<p>Des employés municipaux démontent des panneaux routiers ukrainiens et les remplacent par des panneaux en langue russe, à l'extérieur de la ville de Marioupol. Photo publiée par le ministère des Transports de la "République populaire de Donetsk" le 5 mai 2022</p>

Un nouveau convoi de l'ONU est attendu vendredi pour évacuer les derniers civils retranchés dans l'aciérie d'Azovstal à Marioupol, l'ultime poche de résistance ukrainienne dans ce port stratégique du Donbass, sans assurance toutefois d'une trêve dans les combats.

Malgré cette incertitude, le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des questions humanitaires, Martin Griffiths, avait annoncé jeudi que ce nouveau convoi se dirigeait vers la cité martyre, devenue un des symboles de l'invasion russe déclenchée le 24 février.

Le Comité international de la Croix-rouge (CICR) a confirmé être associé à cette opération, "en coordination avec l'ONU et les belligérants", mais "insiste sur le fait qu'aucun détail ne peut être communiqué jusqu'à ce que la situation le permette, afin de ne pas compromettre gravement l'opération".

"Nous avons réussi à évacuer presque 500 civils" ces derniers jours, a souligné vendredi le chef de l'administration présidentielle ukrainienne Andriï Iermak. "Aujourd'hui nous nous concentrons sur Azovstal", a précisé à l'AFP la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk.

Les informations sur la situation dans cette aciérie, où vivent retranchés dans d'immenses galeries souterraines civils et combattants, restaient néanmoins contradictoires.

Vendredi matin, le ministère ukrainien de la Défense a assuré que les forces russes avaient, "dans certaines zones, avec le soutien de l'aviation, repris les opérations visant à prendre le contrôle de l'usine".

Le régiment Azov, qui défend ces installations, a accusé le même jour les forces russes d'avoir visé "avec un missile guidé antichar" une de ses voitures impliquées dans l'opération d'évacuation de civils, tuant un soldat et faisant six blessés.

- "Chaque seconde compte" -

<p>Un agriculteur aide au transport d'un missile non explosé près du village de Hryhorivka, dans le sud de l'Ukraine, le 6 mai 2022.</p>

Le président russe Vladimir Poutine a de son côté affirmé jeudi soir que "l'armée russe était toujours prête à assurer l'évacuation des civils" d'Azovstal, qui pourraient être encore au nombre de 200, piégés avec les combattants ukrainiens dans ce complexe.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a quant à lui assuré que l'armée russe respectait le cessez-le-feu autour de l'usine et que des couloirs humanitaires y "fonctionnaient".

Ce que les militaires ukrainiens sur place ont démenti.

Le commandant-adjoint du régiment Azov, Sviatoslav Palamar, a ainsi assuré dans une vidéo que des affrontements "sanglants" se déroulaient à l'intérieur même du site et que les Russes "ne tenaient pas leur promesse" de trêve.

<p>Un hommé évacue des débris par la fenêtre son appartement endommagé par un tir de missile à Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, le 5 mai 2022.</p>

Sur son compte Telegram, Andriï Biletsky, le fondateur de ce régiment, a écrit vendredi matin : "A Azovstal, chaque seconde compte. Des combats sont en cours en ce moment, les bombardements ne s’arrêtent pas. Chaque minute d’attente, c’est la vie des civils, militaires, blessés. Il faut les sauver avec l’aide du monde entier".

La prise totale de Marioupol, une cité portuaire de près de 500.000 habitants avant-guerre dévastée par deux mois de siège et de bombardements russes, serait une victoire importante pour la Russie à l'approche du 9 mai, jour où elle célèbre par un grand défilé militaire sur la Place Rouge à Moscou sa victoire sur l'Allemagne nazie en 1945.

Les Ukrainiens ont dit qu'ils soupçonnaient les Russes de vouloir organiser à cette occasion une célébration similaire à Marioupol.

<p>Un drapeau ukrainien géant en berne à Kramatorsk le 5 mai 2022</p>

"Cette année, bien entendu, c'est impossible pour des raisons évidentes", a toutefois réagi le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov.

- La Russie "pour toujours" dans le sud -

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, Moscou n'a pu revendiquer le contrôle total que d'une ville d'importance, celle de Kherson.

Celle-ci est située dans le sud, où, a lancé un haut responsable parlementaire russe, Andreï Tourtchak, la Russie restera "pour toujours".

Dans l'est, Severodonetsk, l'une des principales cités du Donbass encore contrôlées par les Ukrainiens, est pour sa part "quasiment encerclée" par les forces russes et les séparatistes, a déclaré vendredi son maire.

Moscou a reconnu jeudi que le soutien occidental avait freiné l'"opération militaire spéciale" russe déclenchée le 24 février.

"Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Otan dans son ensemble partagent en permanence des données du renseignement avec les forces armées ukrainiennes. Conjuguées aux approvisionnements en armes (...), ces actions ne permettent pas d'achever rapidement" l'offensive, a lâché Dmitri Peskov.

<p>Invasion de l'Ukraine par la Russie : derniers développements</p>

Le New York Times a écrit que les renseignements fournis par Washington à Kiev avaient permis de cibler plusieurs généraux russes. Des informations démenties jeudi par le Pentagone.

Ce soutien apporté par les Occidentaux n'est cependant "pas en mesure d'empêcher" la Russie d'atteindre ses "objectifs" en Ukraine, a ajouté M. Peskov, après dix semaines d'une opération militaire qui a fait des milliers de morts et poussé à l'exil plus de cinq millions d'Ukrainiens.

L'Allemagne a à cet égard fait savoir qu'elle allait fournir sept obusiers blindés à l'Ukraine.

Parallèlement, 41 personnes, dont onze femmes, ont été libérées dans le cadre d'un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, a révélé Kiev vendredi, sans donner le nombre des Russes remis à leur pays.

- Réunion du G7 -

<p>La station de compression de gaz de Bulgartransgaz à Ihtiman, en Bulgarie, le 5 mai 2022</p>

Sur le front des sanctions occidentales, la Hongrie bloquait toujours vendredi le projet d'embargo européen sur l'importation de pétrole russe et de difficiles négociations étaient en cours entre les 27 Etats membres de l'UE pour trouver un accord ce week-end, ont dit à l'AFP plusieurs sources diplomatiques.

Par ailleurs, l'Allemagne a annoncé que les dirigeants des grandes puissances du G7 allaient avoir dimanche une réunion virtuelle consacrée à la guerre en Ukraine à laquelle participera le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

<p>Le président russe Vladimir Poutine écoute le patron de la société "Znanie", Maxim Dreval, lors d'une rencontre au Kremlin le 5 mai 2022 *Editor's note : this image is distributed by Russian state owned agency Sputnik.*</p>

"Le 8 mai est une date historique marquant la fin de la Deuxième guerre mondiale en Europe qui a occasionné la terreur, la destruction et la mort" sur ce continent, a souligné une porte-parole du chancelier allemand Olaf Scholz, estimant qu'avec l'actuelle offensive russe en Ukraine "la cohésion du G7 est plus importante que jamais".

La Russie a de son côté rendu publique vendredi une liste d'une centaine de catégories de marchandises dont l'importation sans l'accord des détenteurs de la propriété intellectuelle est autorisée afin de contourner les restrictions décidées depuis le début de son intervention militaire.

<p>Chargement d'un camion en blé, le 24 mars 2022 à Izmail, en Ukraine</p>

Ce mécanisme d'importations parallèles doit permettre d'éviter les pénuries dans l'industrie comme dans le commerce de marchandises que ce pays est incapable à l'heure actuelle de produire elle-même.

De grandes puissances agricoles, dont l'Union européenne, les États-Unis, le Canada et l'Australie, se sont dans le même temps engagées à assurer la sécurité alimentaire du monde en dépit des chocs provoqués par la situation en Ukraine.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Sur le même sujet