L'influence de Trump sur les républicains en question après des résultats mitigés à des primaires

Camille CAMDESSUS
<p>Donald Trump lors d'un meeting de campagne dans le Wisconsin, le 27 octobre 2020</p>

Donald Trump conserve-t-il encore une emprise totale sur le parti républicain? Les résultats d'importantes primaires mardi aux Etats-Unis ne permettent pas de répondre à cette question, avec des résultats mitigés pour les candidats soutenus par l'ancien président.

Mercredi matin, Donald Trump s'est connecté sur Truth Social, le réseau social qu'il a créé -- une copie quasi-conforme de Twitter dont il a été banni -- et s'est lancé dans une série de messages.

"Grande soirée pour les candidats soutenus par Trump hier soir", a-t-il assuré, en référence à la série d'élections primaires mardi qui ont vu s'affronter une série de républicains briguant des postes d'élus, sénateurs et gouverneurs.

<p>L'élu américain Madison Cawthorn, au Congrès, le 1er mars 2022</p>

Depuis le début du mois de mai, début de la saison des primaires de mi-mandat, qui détermineront l'équilibre des forces politiques aux Etats-Unis pour les deux prochaines années, l'immense majorité des candidats soutenus par l'ancien président -- de la Virginie-Occidentale à l'Ohio, en passant par le Kentucky -- ont décroché l'investiture républicaine.

Quelques compétitions ont dérogé à la règle mardi.

Madison Cawthorn, un élu de 26 ans au coeur de nombreuses polémiques -- il avait entre autres confié avoir été invité à une orgie par des hommes politiques avant de rétropédaler -- n'a pas réussi à conserver l'investiture pour son siège de représentant en Caroline du Nord, et ce malgré un soutien appuyé de Donald Trump.

Mais tous les projecteurs étaient surtout braqués sur l'Etat de Pennsylvanie, connu tant pour ses grands centres urbains que pour ses industries en déclin, où une élection de primaire sénatoriale, a priori acquise à un chirurgien ex-star de la télé, pour qui Donald Trump était personnellement venu faire campagne, était encore mercredi trop serrée pour qu'un vainqueur ne soit annoncé.

- "Ultra MAGA" -

<p>Donald Trump (D) et Mehmet Oz, candidat à une primaire républicaine, lors d'un meeting à Greensbrug, en Pennsylvanie, le 6 mai 2022</p>

Qu'importe, pour Donald Trump.

"Oz a gagné!", a décrété mercredi matin le républicain sur son réseau social, sans apporter de preuve.

Puis, comme pour anticiper que cela ne soit peut-être pas le cas, l'ex-locataire de la Maison Blanche est retourné sur son réseau une heure plus tard.

"Rappelez-vous que les trois candidats en Pennsylvanie étaient "Ultra" MAGA !", a-t-il affirmé, en référence à son célèbre slogan de campagne "Make America Great Again" ("Rendons à l'Amérique sa grandeur"). Sous entendu de Donald Trump: victorieux ou non, il tient encore les troupes républicaines d'une main de fer.

Puis, plus tard, toujours en absence de résultat en Pennsylvanie, l'ancien président a laissé trahir son irritation.

"En Pennsylvanie, ils sont incapables de compter les votes par correspondance", a-t-il fustigé, visiblement impatient. "Quel bazar".

Depuis un an et demi, le milliardaire républicain accuse ces mêmes votes par correspondance de l'avoir chassé de la Maison Blanche.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.