Australie: le nouveau Premier ministre Albanese au Japon, avec promesse écolo

Afp
<p>Le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese (G) prête serment devant le gouverneur général David Hurley (D), à Canberra le 23 mai 2022</p>

Le nouveau Premier ministre travailliste australien, Anthony Albanese, a pris ses fonctions lundi et s'est immédiatement envolé pour un sommet international au Japon, où il entend faire savoir que son pays va changer en matière de lutte contre le changement climatique.

L'ex-chef de l'opposition de centre-gauche, âgé de 59 ans, a prêté serment au cours d'une brève cérémonie à Canberra devant le gouverneur général de l'Australie, David Hurley.

Plusieurs membres de son gouvernement ont pris leurs fonctions en même temps que lui, notamment la ministre des Affaires étrangères Penny Wong, qui l'accompagne à Tokyo.

Moins de 48 heures après la victoire de son parti aux législatives, le nouveau Premier ministre s'est envolé pour le Japon où il participera mardi au sommet du Quad (Etats-Unis, Japon, Inde, Australie), et rencontrera séparément ses homologues indien Narendra Modi et japonais Fumio Kishida, ainsi que le président américain Joe Biden.

Ce premier voyage officiel à l'étranger est "un bon moyen d'envoyer un message au monde qu'il y a un nouveau gouvernement en Australie", a déclaré M. Albanese lors de sa première conférence de presse en tant que Premier ministre. "C'est un gouvernement qui représente un changement dans la façon dont nous traiterons avec le monde sur des questions comme le changement climatique".

<p>Le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese (au centre), entouré de sa ministre des Affaires étrangères Penny Wong et de son Premier ministre adjoint Richard Marles, le 23 mai 2022 à Canberra</p>

Anthony Albanese a notamment promis d'adopter des objectifs plus ambitieux en matière de réduction des émissions de carbone et de transformer l'Australie en "superpuissance" des énergies renouvelables.

Jusqu'à présent, il est toutefois resté sourd aux appels pour en finir avec le charbon, qui reste un des moteurs de l'économie du pays et compte de nombreux partisans chez les travaillistes.

M. Albanese a promis de réduire de 43% les émissions d'ici 2030. Son prédécesseur conservateur Scott Morisson, au climato-scepticisme affiché, avait été critiqué pour s'en tenir à un objectif de -28% en 2030 par rapport à 2005.

- "Profonde gratitude" -

Au cours du mandat de M. Morrison, l'Australie a connu des catastrophes naturelles sans précédent: des feux de forêts qui ont détruit une superficie équivalente à celle de la Finlande, des inondations répétées et dévastatrices et de longues périodes de sécheresse.

<p>Le Premier ministre australien Anthony Albanese quitte la résidence du gouverneur général à Canberra après sa prestation de serment, le 23 mai 2022</p>

M. Morrison a toujours affiché un soutien inconditionnel à l'industrie du charbon et s'est montré réticent à agir lors des négociations internationales sur le climat.

Ce bilan écologique désastreux a permis à une vingtaine de candidats indépendants engagés en matière d'environnement de remporter de nombreux sièges, notamment dans des circonscriptions qui étaient des fiefs de la coalition libérale de M. Morrison.

Les résultats complets n'avaient toujours pas été publiés lundi en début d'après-midi, l'issue restant incertaine dans une poignée de circonscriptions. Avec 75 sièges déjà acquis, le Parti travailliste était à un siège de la majorité absolue à la Chambre des représentants, qu'il devrait pouvoir atteindre.

M. Albanese sera de retour mercredi en Australie. "Ensuite, nous nous mettrons au travail", a-t-il assuré.

Parmi les dirigeants étrangers qui ont salué l'élection de M. Albanese figurent ceux de nations insulaires du Pacifique, menacés par la montée des eaux.

"Parmi vos nombreuses promesses de soutien au Pacifique, aucune n'est la plus bienvenue que votre projet de donner la priorité au climat. L'avenir commun de nos peuples en dépend", a déclaré le Premier ministre des Iles Fidji Frank Bainimarama.

Le climato-scepticisme du précédent Premier ministre australien avait envenimé les relations entre Canberra et ses voisins et alliés du Pacifique.

Sur le plan diplomatique, le nouveau gouvernement travailliste est particulièrement attendu sur la question de la Chine, les relations entre Pékin et Canberra étant particulièrement tendues depuis deux ans.

Les relations avec Pékin "restent difficiles", a reconnu lundi M. Albanese. Mais selon lui, "c'est la Chine qui a changé, pas l'Australie. L'Australie devra toujours défendre ses valeurs".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.