Corruption: l'arrestation des frères Gupta, séisme en Afrique du Sud

Claire DOYEN
<p>Atul Gupta lors d'une conférence nationale de l'ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, à Bloemfontain le 16 décembre 2012</p>

L'arrestation à Dubai de deux des frères Gupta, principaux suspects dans le vaste scandale de corruption qui a abouti à la chute de l'ancien président sud-africain Jacob Zuma, a fait l'effet d'un séisme en Afrique du Sud.

L'annonce est tombée lundi soir, via un communiqué du gouvernement sud-africain: Atul et Rajesh Gupta ont été arrêtés. La police de Dubaï, liant leur interpellation à "des accusations criminelles et de blanchiment d'argent", a précisé que leur extradition doit être finalisée.

La traque des sulfureux hommes d'affaires d'origine indienne qui ont siphonné les caisses de l'Afrique du Sud touche à sa fin. La justice tente depuis des années de mettre la main sur la famille qui a acheté Jacob Zuma, à coups de pots-de-vin, pendant ses deux mandats à la tête du pays (2009-2018).

Officiellement, les deux frères étaient recherchés par Interpol au sujet d'un contrat douteux d'1,5 million d'euros. Le procès dans cette affaire a été repoussé en l'absence des accusés et prévu pour septembre mais "l'extradition est une procédure complexe", a prévenu mardi le parquet. L'ANC, parti historique au pouvoir, réclame une procédure accélérée pour que la justice puisse faire son oeuvre.

<p>Jacob Zuma lors d'une audience de la Haute cour de Pietermaritzburg, le 31 janvier 2022</p>

La richissime famille est plus largement accusée d'avoir infiltré le sommet de l'Etat grâce à sa longue amitié avec Jacob Zuma: influence sur les choix de ministres, pressions pour empocher des contrats publics, pillage des entreprises publiques (électricité, transports, aviation), avant de prendre la fuite.

Selon certaines estimations, le trio aurait raflé l'équivalent d'environ trois milliards d'euros.

Le troisième frère, Ajay, n'est pas concerné dans ce chapitre mais est cité dans une autre affaire de détournements et corruption.

Le principal parti d'opposition, Democratic Alliance, s'est réjoui de ces arrestations, espérant qu'elles signalent le début des poursuites contre les "responsables des difficultés auxquelles des millions de Sud-Africains sont confrontés aujourd'hui".

- Emprise -

Après des révélations de presse, un rapport explosif de la médiatrice de la République avait dévoilé fin 2016 l'ampleur de l'emprise: l'Afrique du Sud est outrée, des poursuites contre la fratrie sont lancées pour vol, fraude et association de malfaiteurs.

<p>Manifestation anti-corruption à Prétoria, en avril 2017</p>

En 2018, une commission indépendante est chargée d'enquêter sur la corruption d'Etat. L'ANC pousse alors Zuma à la démission. Sentant le roussi, la famille Gupta s'évanouit dans la nature. La rumeur laisse entendre qu'ils auraient trouvé refuge à Dubai.

Un volet du rapport de la commission, dont les conclusions sont encore attendues, soulignait en avril que "dès le début de son premier mandat", Zuma "était prêt à faire tout ce que les Gupta voulaient".

Cyril Ramaphosa, qui a succédé à Zuma disgracié, a juré d'éradiquer la corruption. Rapatrier les Gupta serait un coup d'éclat mais le chef d'Etat est lui-même dans la tourmente.

Une plainte déposée la semaine dernière affirme que le président, à la tête d'une importante fortune personnelle, a dissimulé un cambriolage en 2020 dans une de ses propriétés, à la police comme au fisc.

<p>Cyril Ramaphosa à Pretoria le 24 mai 2022</p>

Les voleurs y avaient trouvé l'équivalent de 3,8 millions d'euros en espèces, selon cette plainte déposée par l'ex chef du renseignement, Arthur Fraser. Ce dernier avance que le président aurait "payé" les cambrioleurs "pour leur silence".

"Ceux qui pourchassent les corrompus ont aussi des cadavres dans leurs placards", estime auprès de l'AFP Sandile Swana, un politologue sud-africain indépendant.

M. Ramaphosa assure n'avoir jamais volé d'argent, que les montants avancés sont très exagérés et dénonce les "motivations politiques" de ses opposants, selon lui à la manoeuvre.

Le leader de la gauche radicale Julius Malema a appelé mardi au "retrait" du chef de l'Etat le temps de l'enquête, lors d'une conférence de presse.

Cette affaire embarrasse Cyril Ramaphosa quelques mois avant que l'ANC ne se prononce sur son maintien pour un second mandat lors de l'élection présidentielle de 2024.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.