Au moins 21 morts après le déraillement d'un train en Iran

Afp
<p>Photo diffusée par le Croissant-rouge iranien le 8 juin 2022 après le déraillement d'un train près de Tabas, dans le centre du pays</p>

Au moins 21 personnes sont mortes mercredi après le déraillement d'un train avec près de 350 passagers qui a heurté une excavatrice dans une région désertique du centre de l'Iran, les autorités parlant d'"erreur humaine".

"Vingt et une personnes ont trouvé la mort dans l'accident", a affirmé mercredi soir le chef des services d'urgence de la province de Yazd, Ahmad Dehghan, cité par la télevision d'Etat IRIB.

Le responsable des opérations de sauvetage, Mehdi Valipour, a déclaré que cinq des onze wagons du train avaient déraillé. Selon IRIB, l'accident s'est produit dans une zone désertique près de Tabas, à 900 km au sud-ouest de Téhéran. Le drame est survenu sur la ligne reliant les villes de Machhad et Yazd.

"Le train, qui transportait 348 passagers, a déraillé après avoir heurté une excavatrice" qui se trouvait près des rails, a déclaré Mir Hassan Moussavi, responsable adjoint des Chemins de fer de la République islamique. L'accident s'est produit à 05H30 locales (01H00 GMT).

- Le conducteur "principal responsable" -

<p>More than a dozen people were killed and injured when a train derailed near Tabas after hitting an excavator, state media reported. A handout picture made available by the Iranian Red Crescent on June 8, 2022 shows a train derailed after hitting an excavator near the central Iranian city of Tabas, on the line between the cities of Mashhad and Yazd.</p>

Le porte-parole du service national de secours, Mojtaba Khaledi, avait fait état dans un précédent bilan de 17 morts et 86 blessés, dont "plusieurs sont dans un état critique".

Après cette tragédie, le ministre des Routes et du Développement urbain, Rostam Ghassemi, s'est excusé sur Twitter auprès des Iraniens, déclarant que son ministère était responsable de l'accident.

Selon lui, "c'est la collision avec l'excavatrice qui est la cause principale de l'accident", ajoutant que selon les premiers rapports, le conducteur de train avait freiné brusquement.

<p>Photo diffusée par le Croissant-rouge iranien le 8 juin 2022 après le déraillement d'un train près de Tabas, dans le centre du pays</p>

"Il est clair qu'il s'agit d'une erreur humaine, dont la principale responsabilité incombe au conducteur", a-t-il ajouté.

Le procureur de Tabas s'est rendu sur place alors qu'une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l'accident, ont indiqué les médias locaux.

Les autorités judiciaires de la province du Khorassan méridional, où a eu lieu l'accident, ont annoncé avoir émis des mandats d'arrêt contre six personnes accusées d'être impliquées dans l'accident.

Le président iranien Ebrahim Raïssi a exprimé sa douleur et présenté ses condoléances aux familles des victimes.

- Accidents meurtriers -

<p>Photo diffusée par le Croissant-rouge iranien le 8 juin 2022 du site d'un déraillement de train près de Tabas, dans le centre du pays</p>

L'accident ferroviaire le plus meurtrier avait eu lieu le 18 février 2004, avec la mort de 328 personnes et des centaines d'autres blessées quand un train de marchandises avait explosé avec sa cargaison de soufre, d'essence et de fertilisants au milieu de villages proches de la ville de Neishabour (nord-est).

En janvier 1993, une collision entre deux trains sur la ligne Téhéran-Machhad (nord-est), avait fait 24 morts et 45 blessés et en 2016, 44 personnes avaient été tuées et 82 blessées dans la collision de deux trains dans le nord de l'Iran.

Ce déraillement survient deux semaines après l'effondrement d'un immeuble en construction à Abadan, dans le sud-ouest de l'Iran, qui a coûté la vie à 43 personnes.

Cette catastrophe a entraîné une série de manifestations à travers le pays en solidarité avec les familles des victimes et contre les autorités, accusées de corruption et d’incompétence.

La justice a affirmé avoir arrêté 13 personnes, dont le maire d'Abadan et deux anciens maires, accusés d'être "responsables" du drame.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.