Disparus en Amazonie: des "restes humains" retrouvés, un suspect dit avoir enterré les corps

Afp
<p>Les portraits du journaliste britannique Dom Phillips (g) et de l'expert brésilien Bruno Pereira disparus, lors d'un rassemblement devant le ministère de la Justice, le 14 juin 2022 à Brasilia</p>

Un suspect arrêté après la disparition il y a dix jours du journaliste britannique Dom Phillips et de l'expert Bruno Pereira en Amazonie a reconnu avoir enterré leurs corps et des "restes humains" ont été retrouvés sur les lieux des recherches, a annoncé la Police fédérale brésilienne mercredi.

"Hier soir nous avons obtenu les aveux du premier des deux suspects arrêtés (...) qui a raconté en détail comment le crime a été commis et nous a dit où les corps avaient été enterrés", a expliqué en conférence de presse le chef de la Police fédérale de l'Etat d'Amazonas, Eduardo Alexandre Fontes, qui a indiqué que le suspect avait reconnu avoir participé au "crime", mais sans préciser son rôle.

"Des excavations ont été effectuées sur place, les fouilles vont continuer, mais des restes humains ont déjà été retrouvés", a-t-il ajouté.

"Dès que nous aurons pu vérifier grâce à l'expertise qu'il s'agit bien de restes des corps de Dom Phillips et Bruno Pereira, ils seront restitués aux familles".

<p>Des experts de la police fédérale arrivent le 14 juin 2022 à Atalaia do Norte, où le journaliste britannique Dom Phillips et du spécialiste brésilien Bruno Pereira étaient censés se rendre en bateau quand ils ont disparu</p>

Quelques heures avant cette annonce, les caméras de télévision avaient filmé l'un des deux suspects arrêtés sortant d'un commissariat pour être amené en bateau sur les lieux des recherches menées par les forces de l'ordre.

Le premier suspect, Amarildo da Costa de Oliveira, un pêcheur âgé de 41 ans surnommé "Pelado", a été arrêté dès le 7 juin. Des témoins ont dit l'avoir vu passer à vive allure à bord d'un bateau allant dans la même direction que l'embarcation de Dom Phillips et Bruno Pereira, avant leur disparition.

Le second suspect, Oseney da Costa de Oliveira, dit "Dos Santos", a été arrêté mardi, "soupçonné de participation à l'affaire", selon la police fédérale.

Dimanche, les autorités avaient annoncé avoir retrouvé des effets personnels des deux disparus.

- Zone dangereuse -

Le journaliste britannique et l'expert brésilien avaient été vus pour la dernière fois le 5 juin, durant une expédition dans la zone de la Vallée de Javari.

<p>Carte de la vallée de Javari, territoire indigène isolé du nord-ouest du Brésil</p>

Cette région proche de la frontière avec le Pérou et la Colombie est réputée très dangereuse, s'y déploient de multiples trafics de drogue, de pêche ou d'orpaillage illégal.

Elle est devenue ces dernières années un axe stratégique pour les gangs de narcotrafiquants qui acheminent par voie fluviale de la cocaïne ou du cannabis produits dans les pays voisins du Brésil, notamment la Colombie et le Pérou.

Auteur de dizaines de reportages sur l'Amazonie, Dom Phillips, 57 ans, s'était rendu une nouvelle fois dans la région dans le cadre de ses recherches pour un livre sur la préservation de l'environnement.

<p>Vue aérienne d'Atalaia do Norte, dans l'Amazonie brésilienne, où le journaliste britannique Dom Phillips et l'indigéniste brésilien Bruno Pereira devaient se rendre, photo prise le 10 juin 2022</p>

Bruno Pereira, 41 ans, expert reconnu et défenseur des droits des peuples autochtones, a travaillé durant de nombreuses années à l'agence gouvernementale brésilienne pour les affaires indigènes (Funai).

Il a notamment dirigé l'antenne de la Funai à Atalaia do Norte (nord-ouest), localité où les deux hommes étaient censés rentrer en bateau quand ils ont disparu, ainsi qu'un programme de protection de groupes indigènes isolés de la Vallée de Javari.

- "Mal vu" -

Père de trois enfants, Bruno Pereira a relaté à plusieurs reprises avoir été la cible de menaces par des bûcherons, des mineurs et des pêcheurs illégaux qui tentaient d'empiéter sur les terres protégées.

Installé au Brésil il y a 15 ans, Dom Phillips était marié avec une Brésilienne et avait entrepris des démarches pour adopter un enfant.

Leur disparition a suscité une vive émotion dans le monde entier, avec des réactions de personnalités politiques de premier plan et de célébrités comme les membres du groupe de rock irlandais U2.

Le président d'extrême droite Jair Bolsonaro, favorable à l'exploitation minière et agricole de réserves indigènes en Amazonie, a été fortement critiqué pour avoir qualifié l'expédition des deux hommes d'"aventure peu recommandable".

Mercredi, il a affirmé que Dom Phillips était "mal vu" en Amazonie parce qu’il avait écrit "de nombreux reportages contre les orpailleurs, sur l'environnement".

"Dans cette région très isolée, beaucoup de gens ne l'aimaient pas. Il aurait dû redoubler de précautions (...) Là-bas, il y a des pirates sur le fleuve, c'est imprudent d'arpenter les lieux sans être armé", a-t-il ajouté, lors d'un entretien à la chaîne Youtube de la journaliste Leda Nagle.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.