Fin de la grève dans les aéroports parisiens, juste avant les grands départs

Fanny LATTACH, Mario LAWSON
<p>Les employés des aéroports parisiens ont voté la levée de leur préavis de grève après avoir obtenu des revalorisations salariales, in extremis avant le début de l'affluence des grands départs en vacances</p>

Les employés des aéroports parisiens ont voté vendredi matin la levée de leur préavis de grève après avoir obtenu des revalorisations salariales, in extremis avant le début de l'affluence des grands départs en vacances.

Réunis en assemblée générale à Roissy-Charles-de-Gaulle, ces salariés ont entériné un accord prévoyant une augmentation générale de 3% pour tous les employés du groupe ADP, gestionnaire des installations aéroportuaires, a constaté une journaliste de l'AFP.

À ces 3% d'augmentation s'ajoutent une revalorisation des grilles salariales et une remise à niveau des rémunérations de quelque 1.800 salariés dont les traitements sont inférieurs au niveau de référence de 2019, selon les détails communiqués par la CGT.

En 2021, les employés d'ADP, entreprise contrôlée par l'État, avaient accepté de réduire leurs salaires pour aider l'entreprise à traverser la crise du Covid-19.

Le groupe a aussi mené un plan de départs volontaires et s'était engagé à ce que les salaires retrouvent leur niveau d'avant la crise dès que les effets de celle-ci sur le trafic se seraient dissipés.

Or, certaines liaisons ont déjà dépassé leurs niveaux d'activité de 2019 et le groupe ADP prévoit de dégager un bénéfice cette année, après avoir perdu plus de 1,4 milliard d'euros cumulés entre 2020 et 2021.

Les grévistes réclamaient initialement une augmentation générale de 6%, rétroactive au 1er janvier 2022, motivée en particulier par la forte inflation.

"Il y a une clause de revoyure qui sera mise en œuvre dès la rentrée par rapport à l'inflation si elle continue de progresser", a fait valoir le délégué syndical CGT d'ADP, Daniel Bertone, avant le vote à main levée auquel participaient une centaine de personnes.

– Encore mobilisés –

"On estime que le rapport de force, on l'a obtenu et c'est grâce à vous tous", a-t-il salué.

"Le groupe ADP se félicite de l'accord trouvé", a indiqué pour sa part l'entreprise : "les collaborateurs du groupe sont mobilisés pour assurer le meilleur accueil des passagers aériens".

Les opérations aéroportuaires se déroulaient sans incident à Roissy vendredi, selon ADP.

La fin du conflit devrait permettre d'éviter des perturbations dans les aéroports de la région parisienne, qui attendent des dizaines de milliers de voyageurs en ce premier week-end de grands départs estivaux.

La perspective d'annulations de vols s'était déjà éloignée jeudi avec la signature d'un premier accord entre le groupe ADP et les pompiers de l'entreprise qui réclamaient eux aussi une revalorisation.

L'action des soldats du feu, entamée le 30 juin, s'était traduite la semaine dernière par la suppression préventive de centaines de mouvements d'avions au départ ou à l'arrivée de Roissy, premier aéroport français.

<p>Le nouveau ministre délégué aux Transports Clément Beaune durant la cérémonie de passation au ministère des Affaires étrangères à Paris, le 4 juillet 2022</p>

Le nouveau ministre délégué aux Transports Clément Beaune, qui avait rencontré mercredi le PDG d'ADP Augustin de Romanet, a salué vendredi une "bonne nouvelle".

"Je me suis engagé dès mon arrivée en début de semaine, j'ai reçu la direction d'Aéroports de Paris, j'ai suivi ça de très près, on s'est engagés avec les organisations syndicales qui ont été responsables dans un dialogue positif", a ajouté M. Beaune, en marge d'une visite à la gare de Lyon à Paris.

Le ministre a remarqué qu'après plus de deux ans de pandémie, "il y avait une envie de voyager". "C'est un moment qui est un moment de retrouvailles, un moment de famille, de soulagement et de repos. Il faut qu'on l'organise le mieux possible, c'est mon engagement et c'est celui des acteurs du secteur", a t-il ajouté.

Des salariés de sous-traitants d'ADP et autres employés sur la plateforme aéroportuaire de Roissy (vigiles, chauffeurs, salariés de sociétés de location ou de l'hôtellerie) restent en revanche mobilisés, dans la foulée d'un mouvement déclenché le 9 juin.

Une intersyndicale a appelé pour mercredi à une "grève générale". Un rassemblement suivi d'une manifestation vers le terminal 2E de Roissy est prévue à 09H00, avec pour mot d'ordre une augmentation de salaire de 300 euros mensuels et des "embauches massives pour retrouver des conditions de travail normales".

Un autre mouvement social aéroportuaire s'est fait jour vendredi, à Bordeaux-Mérignac où 50 vols ont dû être annulés. La grève pour des augmentations de salaires et une amélioration des conditions de travail est prévue jusqu'à lundi.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.