A Berlin, des milliers de personnes dans les rues au son de la techno

Afp
<p>Défilé "Rave the Planet", le 9 juillet 2022 à Berlin</p>

Des milliers de personnes ont défilé samedi à Berlin au son de la musique techno pour un défilé organisé par le créateur de la mythique Love Parade, qui tente de relancer l'événement qui a fait la gloire de la capitale allemande.

Les organisateurs de cette "Rave the planet" attendaient quelque 25.000 personnes pour cette parade de danse et de musique qui a débuté sur la grande artère Ku'damm sous la pluie et par des températures inférieures à 20°.

Le défilé qui doit parcourir 7 km et traverser une bonne partie de l'ouest de la ville doit rejoindre la Colonne de la Victoire, au coeur du parc de Tiergarten.

L'événement devait se dérouler l'an dernier mais avait dû être reporté en raison de la pandémie de Covid-19.

<p>Le DJ Dr. Motte, à l'initiative de la Love Parade, le 9 juillet 2022 à Berlin</p>

Il a été initié par le célèbre DJ Dr. Motte qui a beaucoup contribué à bâtir la réputation de capitale européenne de la fête techno de Berlin après la chute du Mur de Berlin.

C'est cet artiste de 62 ans, créateur en 1989 de la Love Parade, qui a donné le coup d'envoi de cette nouvelle édition intitulée "Together again".

Dr Motte, qui avait fini par dénoncer les dérives commerciales, selon lui, de la Love Parade, a plaidé pour la mise en place d'un revenu universel pour les artistes et pour l'inscription de la culture techno berlinoise au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, selon la chaîne régionale RBB.

<p>Défilé "Rave the Planet", le 9 juillet 2022 à Berlin</p>

Devenu un événement mondialement connu, la Love Parade avait connu son apogée en 1999 avec quelque 1,5 million de "fêtards", souvent déguisés, rassemblés derrière des véhicules crachant des décibels de techno.

En 2007, la Love Parade avait déménagé dans l'ancien bassin minier de la Ruhr où elle avait beaucoup perdu de son attrait jusqu'au drame du 24 juillet 2010 qui a profondément marqué le pays.

Vingt-et-une personnes étaient mortes étouffées aux abords d'un tunnel, unique accès au terrain d'une ancienne gare qui hébergeait ce festival de techno. Quelque 650 personnes avaient également été blessées.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.