Soutien de Biden à Israël lors de sa première tournée au Moyen-Orient

Guillaume LAVALLÉE, Aurélia END
<p>Le président américain Joe Biden (C) accueilli à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv par le président israélien Isaac Herzog (G) et le Premier ministre Yaïr Lapid, le 13 juillet 2022</p>

Le président américain Joe Biden a défendu mercredi l'"intégration d'Israël" au Moyen-Orient et réaffirmé l'engagement "inébranlable" des Etats-Unis à ce pays allié, à son arrivée à Tel-Aviv pour sa première tournée dans la région.

"Nous allons continuer de faire avancer l’intégration d'Israël dans la région", a déclaré M. Biden, avec ses habituelles lunettes de soleil style "Top Gun", sur le tarmac de l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, où s'est posé Air Force One.

Invoquant des règles Covid-19, le président américain a fait des petits "checks" du poing au président israélien Isaac Herzog et au Premier ministre Yaïr Lapid qui ont chacun souligné le "soutien" et "l'amitié" de M. Biden à leur pays, alors que ce dernier a appelé à "renforcer encore" les liens bilatéraux.

Fervent catholique, Joe Biden a qualifié de "bénédiction" sa venue en Terre sainte et souligné que la relation avec Israël "est plus profonde et forte que jamais".

Répétant l'engagement "inébranlable" des Américains "pour la sécurité d'Israël", il a indiqué qu'il s'apprêtait à recevoir des informations sur les capacités de défense anti-missile israéliennes, dont le système "Iron Dome" mais aussi un nouveau dispositif de riposte laser contre les drones, le "Iron Beam".

"Il s'agit d'une visite historique car elle témoigne du lien indissoluble entre nos deux pays", a déclaré M. Lapid, disant vouloir discuter avec Joe Biden du "besoin de restaurer une forte coalition mondiale pour stopper le programme nucléaire de l'Iran", ennemi d'Israël et des Etats-Unis.

Israël tente d'empêcher les puissances occidentales, dont les Etats-Unis, de relancer un pacte international de 2015 encadrant le programme nucléaire de l'Iran, que Donald Trump a sabordé en 2018.

Avec une éventuelle levée des sanctions américaines contre l'Iran, Israël redoute qu'un accord ne fasse gonfler l'aide fournie par Téhéran à des alliés comme le Hezbollah libanais et le Hamas palestinien, bêtes noires d'Israël.

- Le nouveau Moyen-Orient ? -

<p>Le président américain Joe Biden (C) fait une déclaration à son arrivée à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, le 13 juillet 2022</p>

Face à l'Iran, Israël cherche à former une nouvelle "architecture" du Moyen-Orient, c'est-à-dire former un front commun avec des pays de la région jugés hostiles à la République islamique.

Sous la houlette de l'administration Trump, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont normalisé en 2020 les relations avec Israël.

Le gouvernement israélien espère que la tournée de M. Biden qui doit également le mener en Arabie saoudite permettrait de donner une impulsion à une hypothétique normalisation avec le royaume saoudien.

D'autant que le président américain tracera un trait d'union symbolique entre les deux pays en effectuant un vol direct inédit vendredi Tel-Aviv-Jeddah.

"Le fait que Biden vole directement en Arabie résume la dynamique des derniers mois (...) Nous espérons et agissons de façon à ce qu'il s'agisse des premiers pas, du début, d'un processus de normalisation", a dit mardi un responsable israélien.

<p>Une photo fournie par le ministère israélien de la Défense le 12 juillet 2022 montre des pièces du bouclier antimissiles israélien Iron Dome exposées à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv avant l'arrivée du président américain Joe Biden</p>

L'administration Biden voudrait par ailleurs, et peut-être en premier lieu, obtenir du royaume pétrolier qu'il ouvre les vannes pour calmer l'envolée des cours de brut.

Face aux efforts américains, le président iranien Ebrahim Raïssi a affirmé que la tournée de M. Biden "n'apportera pas la sécurité" à Israël.

- Famille Abu Akleh invitée -

<p>Les policiers israéliens reçoivent des instructions à Jérusalem avant la visite de Joe Biden, le 13 juillet 2022</p>

Pendant la visite de M. Biden, la police israélienne a déployé quelque 16.000 hommes et de nombreuses routes seront fermées dans le pays. Les policiers ont quadrillé le centre-ville de Jérusalem.

Sur la rue King David à Jérusalem, où logera Joe Biden, les poteaux ont été coiffés de drapeaux américains pour marquer cette première visite d'un chef d'Etat américain depuis le républicain Donald Trump en 2017.

Au grand dam des Palestiniens, l'administration Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et y a déplacé l'ambassade des Etats-Unis, une mesure que le démocrate Joe Biden n'a pas annulée.

La question de Jérusalem est l'une des principales pierres d'achoppement du processus de paix israélo-palestinien suspendu depuis 2014.

Le conseiller à la sécurité nationale américain Jake Sullivan a assuré lundi que Washington avait rétabli avec les Palestiniens "des liens diplomatiques quasiment coupés".

Malgré une demande, aucune rencontre n'est prévue avec la famille de Shireen Abu Akleh, la journaliste américano-palestinienne tuée par balle en mai en couvrant une opération militaire israélienne en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

<p>Peinture murale à Jénine de Shireen Abu Akleh, la journaliste américano-palestinienne tuée par balle en mai lors d'une opération israélienne dans cette ville de Cisjordanie occupée</p>

L'ONU et différentes enquêtes journalistiques soutiennent que le tir provenait d'un soldat israélien, un scénario jugé "vraisemblable" par les Etats-Unis qui ont toutefois écarté l'hypothèse d'un tir délibéré ce qui a ulcéré la famille Abu Akleh.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a invité la famille Abu Akleh aux Etats-Unis pour une réunion avec lui. "Nous étudions" l'invitation, a dit à l'AFP Lina Abu Akleh, la nièce de la journaliste.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.