Les faux comptes, au coeur de la bataille judiciaire entre Twitter et Elon Musk

Afp
<p>Un portrait d'Elon Musk et son compte Twitter sur l'écran d'un smartphone, le 14 avril 2022 à Washington</p>

Si les poursuites entreprises par Twitter contre Elon Musk après sa tentative avortée de racheter le réseau social pour 44 milliards de dollars vont jusqu'au procès, il est probable que les débats se focalisent sur les "bots", ces programmes informatiques automatisés omniprésents et mal-aimés.

Les avocats de l'homme le plus riche du monde ont en effet justifié vendredi sa décision d'annuler l'accord d'achat notamment par le refus supposé de Twitter de fournir toutes les informations demandées sur le nombre de faux comptes et de spams -- suite à quoi la firme à l'oiseau bleu a engagé des poursuites.

Voici comment cette question complexe pourrait déterminer l'issue de la bataille judiciaire.

- Bons et mauvais bots

De manière générale, les bots sont des logiciels automatisés qui interagissent avec les plateformes ou leurs utilisateurs, souvent en se faisant passer pour de vraies personnes.

Twitter tolère l'usage de certaines tâches automatisées, par exemple lorsqu'un compte tweete chaque fois que le télescope spatial Hubble passe au-dessus d'une ville donnée.

Mais le réseau social a établi des règles au sujet de ces comptes automatisés, qui leur interdisent notamment de publier des messages sur des sujets d'actualité brûlante, d'envoyer des spams, de tenter d'influencer les conversations en ligne et d'opérer plusieurs comptes simultanément.

L'entreprise assure combattre au quotidien les faux comptes et ceux coupables de spam, et ainsi maintenir leur nombre sous les 5% du nombre total d'usagers.

Les avocats d'Elon Musk ont accusé Twitter d'avoir "donné des déclarations fausses et trompeuses" et de n'avoir pas fourni des détails dont le milliardaire avait besoin pour évaluer le nombre réel de faux comptes.

- Une question "épineuse"

Déterminer le nombre de bots sur le site est un exercice délicat car le décompte dépend à la fois des critères internes à Twitter et des employés qui appliquent ces règles.

Certains constituent des violations évidentes, tandis que d'autres nécessitent un arbitrage humain qui analysera plusieurs données.

"Les gens peuvent ne pas être d'accord sur ce qui relève du bot ou du compte spam", explique Edwin Chen, un ancien de Twitter désormais à la tête de l'entreprise de modération des contenus Surge AI.

<p>Image d'illustration montrant le compte d'Elon Musk avec le logo de Twitter à l'arrière-plan</p>

Il peut également être compliqué pour quelqu'un d'extérieur à Twitter de vérifier ces chiffres, car le processus d'identification des bots exige parfois de consulter l'IP, l'adresse e-mail ou d'autres données privées.

"Je pense que beaucoup de gens (...) dans l'industrie de la tech savent qu'il s'agit d'une question très épineuse", ajoute Edwin Chen.

Les poursuites engagées par Twitter, qui visent à forcer Elon Musk à respecter l'accord initial, pourraient conduire à l'examen minutieux de la définition des bots par l'entreprise et des mesures adoptées.

Les avocats du patron de Tesla assurent qu'il s'est déjà enquis, "pendant près de deux mois" mais sans succès, de "la méthodologie de Twitter et des données de performance liées à l'identification et à la suspension des comptes spams et faux comptes". Mais d'après les avocats de Twitter, Musk a fait "preuve de très peu d'intérêt" pour les méthodes de l’entreprise.

- Là où le bât blesse pour Twitter

Certains observateurs suggèrent qu'Elon Musk aurait pu se servir de la question complexe des bots comme d'un prétexte pour revenir sur son offre d'achat.

Mais ces faux comptes sont un réel problème informatique.

Ils sont utilisés dans plus de trois quarts des attaques et fraudes en ligne, et peuvent aussi permettre d'entraîner des personnes dans des arnaques, explique à l'AFP Tamer Hassan, patron de l'entreprise de cybersécurité HUMAN.

En outre, Twitter tire ses revenus de la publicité et les annonceurs paient pour s'adresser à des personnes, pas des algorithmes.

"Faire de la publicité auprès de bots n'aura pas beaucoup de chances de réussite parce que les bots n'achètent pas de produits", souligne l'analyste indépendant Rob Enderle.

<p>Le directeur exécutif de Twitter Parag Agrawal à gauche et le fondateur du réseau, Jack Dorsey, à droite</p>

Si les annonceurs paient des frais sur Twitter en fonction du nombre de personnes qui voient leurs publicités, et que ces chiffres sont gonflés par des bots présents sur le réseau, ils sont surfacturés, résume-t-il.

Si Twitter a beaucoup plus de bots que ce qu'il laisse entendre, ses revenus pourraient s'effondrer une fois ces faux comptes identifiés et supprimés.

Un argument mis en avant par les avocats d'Elon Musk: le nombre "réel" d'utilisateurs quotidiens de Twitter pouvant être exposés à des annonces "est une composante clé des affaires de l'entreprise, étant donné qu'environ 90% de ses revenus proviennent de la publicité".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.