Birmanie: la junte procède aux premières exécutions capitales depuis plusieurs décennies

Afp
<p>Des membres des forces de sécurité birmanes, à Rangoun le 19 juillet 2022</p>

La junte birmane a procédé à l'exécution de quatre prisonniers, dont un ancien député du parti de l'ancienne dirigeante civile Aung San Suu Kyi, a indiqué lundi un média d'Etat, alors que la peine de mort n'avait plus été pratiquée depuis des décennies.

Les condamnés, parmi lesquels un militant actif pro-démocratie, avaient été accusés "d'acte de terreur brutaux et inhumains", selon le Global New Light of Myanmar.

D'après le journal officiel, les exécutions ont suivi "les procédures de la prison", sans préciser ni comment ni quand elles ont été réalisées.

Depuis le coup d'Etat militaire du 1er février 2021, la Birmanie a condamné à la peine de mort des dizaines d'opposants à la junte.

Phyo Zeya Thaw, un ancien député du parti d'Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie, a été arrêté en novembre et condamné à la peine de mort en janvier pour avoir enfreint la loi antiterroriste.

Les deux autres prisonniers exécutés sont deux hommes accusés d'avoir tué une femme qu'ils soupçonnaient d'être une informatrice de la junte.

L'armée au pouvoir poursuit une répression sanglante contre ses opposants avec plus de 2.000 civils tués et plus de 15.000 arrêtés depuis le coup d'Etat, selon une ONG locale.

Elle est également visée par des accusations de génocide contre les Rohinngyas. En 2017, plus de 740.000 membres de cette minorité musulmane ont trouvé refuge dans des camps de fortune au Bangladesh pour fuir les exactions des militaires.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.