Un incendie mobilise 600 pompiers en Ardèche, la piste criminelle "privilégiée"

Anouk RIONDET
<p>Un Canadair intervient pour éteindre les incendies près du village de Vogüé en Ardèche le 27 juillet 2022</p>

La piste criminelle est "privilégiée" et au moins une personne a été interpellée suite aux incendies qui ont ravagé mercredi quelque 950 hectares dans l'Ardèche, où 600 pompiers sont mobilisés.

"Chapeau bas aux pompiers sur le feu du Sud Ardèche: engagement et courage au service de la population. Piste criminelle privilégiée, GAV (garde à vue, ndlr) en cours", a indiqué sur Twitter le procureur de la République de Privas, sans dire dans l'immédiat combien de personnes étaient concernées.

Selon France 3 Auvergne Rhône Alpes, la gendarmerie d'Aubenas a interpellé un suspect à proximité d'un départ de feu et a retrouvé dans son véhicule du matériel qui "pourrait l'incriminer".

Plusieurs départs de feu s'étaient déclarés mercredi vers 10H00 aux alentours d'Aubenas. Le feu avait parcouru quelque 950 hectares vers 21h30, mais a perdu en intensité dans la soirée selon la préfecture de l'Ardèche.

"La situation est désormais plus favorable. Le feu qui se dirige vers (le village de) Vogüé est plus calme en intensité. Mais les sapeurs-pompiers restent encore fortement mobilisés sur le terrain pour contenir l’incendie", a-t-elle indiqué.

Au moins 350 personnes ont été évacuées de la petite commune touristique de Vogüé et de campings alentour, proches des gorges de l'Ardèche, mais le feu n'a pas fait de blessé ni menacé d'habitation.

Les pompiers s'efforcent de l'empêcher d'atteindre le village et de se répandre de l'autre côté de l'Ardèche où se trouvent de grandes étendues de garrigue: "si le feu saute, il y aura une progression très importante et très rapide", avait auparavant souligné le préfet Thierry Devimeux.

<p>Incendies près du village de Vogüé en Ardèche le 27 juillet 2022</p>

Quelque 600 pompiers sont à pied d'oeuvre, avec 5 Canadair et un avion Dash, ainsi qu'une centaine d'engins d'intervention et un hélicoptère de la sécurité civile.

"On n’a pas arrêté, pas arrêté" de 09H00 à 15H00, témoigne Romain Charbonnier, 22 ans, pompier volontaire 1ère classe, qui se tient avec deux collègues non loin d'un arbre en flammes devant un paysage calciné où l'odeur de brûlé saisit les narines.

Cette nuit, "il y a de grandes chances qu’on fasse beaucoup de +maîtrises lisières+, on va dans le brûlé et on traite tout ce qui se consume, il y en a pour la nuit voire peut-être plusieurs jours" abonde son camarade Lucas Pinelli, 23 ans, lui aussi pompier volontaire 1ère classe.

- Feu fixé dans l'Hérault -

Plus tôt mercredi, un incendie ayant brûlé 800 hectares de végétation près de Montpellier avait pu être fixé.

"Aucune victime n'est à déplorer et aucune habitation n'a été touchée par le feu", a annoncé en fin d'après-midi la préfecture de l'Hérault. La préfecture a levé sa cellule de crise.

Par précaution, quelques 130 habitants sur 500 du secteur d'Aumelas avaient été évacués préventivement pour la nuit. Mercredi, toutes "ont pu regagner leur domicile", selon les autorités.

Ces nouveaux feux interviennent quelques jours après les deux incendies "hors norme" qui ont ravagé pendant douze jours près de 21.000 hectares de forêts en Gironde et entraîné l'évacuation de quelque 36.000 personnes.

Dans ce département de l'ouest de la France, quelque 500 pompiers sont encore sur place pour traiter "les lisières et les points chauds", probablement encore pendant des semaines, a indiqué à l'AFP Thomas Couturier, porte-parole des pompiers de la Gironde. La vigilance rouge pour les risques d'incendie a toutefois été levée.

L’un des sites symboles du département, la dune du Pilat, a pu rouvrir mercredi, "dans des conditions sécurisées et avec des cheminements guidés".

- "Héros du quotidien" -

Dans ce contexte sensible, l'annonce mercredi de la mort d'un pompier volontaire de 54 ans, victime d'une infection bactérienne, qui était intervenu mi-juillet sur un feu du sud d'Avignon a suscité de nombreux hommages dans la classe politique dont celui de la Première ministre Elisabeth Borne, qui a salué au Sénat l'engagement de "nos héros du quotidien".

Sur le plan judiciaire, "une enquête a été ouverte sur une hypothèse criminelle" à propos du feu de Gignac, a indiqué le procureur de Montpellier, Fabrice Bélargent.

Toujours dans l'Hérault, dans une autre enquête pour "dégradations volontaires par incendie", un sapeur-pompier volontaire a été placé en garde à vue mercredi, des témoins ayant vu son véhicule à proximité de plusieurs départs de feu sur plusieurs communes du département.

Outre les méga-feux en Gironde, plusieurs incendies ont également touché le sud-est de la France cet été. 1.600 hectares sont notamment partis en fumée au sud d'Avignon mi-juillet.

Si les étés sont secs dans le sud, avec le réchauffement climatique, l'intensité de ces épisodes de sécheresse risque encore d'augmenter, selon les experts de l'ONU. En France, le niveau de sécheresse a atteint un record avec 91 départements sur 96 obligés d'imposer de restrictions sur l'usage de l'eau.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.