Ukraine: frappes russes tous azimuts, au moins huit morts

Dmytro GORSHKOV
<p>Un blindé russe détruit devant une maison endommagée, le 28 juillet 2022 à Mala Rogan, dans la région de Kharkiv, en Ukraine</p>

Les forces russes ont frappé jeudi des infrastructures militaires et civiles dans de très nombreuses régions ukrainiennes, y compris près de la capitale Kiev, faisant au total au moins huit morts et une trentaine de blessés, une véritable "terreur des missiles", a dénoncé le président Volodymyr Zelensky.

L'Ukraine attendait toujours que de premiers navires chargés de céréales bloquées en raison de l'invasion russe puissent quitter ses côtes à destination des marchés mondiaux, conformément aux accords signés le 22 juillet à Istanbul. Les trois ports désignés pour permettre ces exportations via la mer Noire avaient recommencé mercredi à fonctionner.

Les Européens restaient pour leur part inquiets après que la Russie leur a fortement réduit ces dernières semaines ses livraisons de gaz, notamment via le gazoduc Nord Stream, qui ne fonctionnait mercredi qu'à 20% de sa capacité.

"Si la Russie veut nous couper le gaz, elle n'attendra pas l'automne ou l'hiver pour le faire, elle ne nous permettra pas de remplir nos stocks pendant l'été", a estimé jeudi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, jugeant néanmoins peu probable une interruption "brutale" de ces approvisionnements.

"Elle le fera le plus tôt possible pour éviter qu'en hiver, nous n'ayons des réserves qui nous permettent de tenir", a-t-il ajouté.

La veille, Volodymyr Zelensky avait assuré que l'Ukraine s'apprêtait à augmenter ses exportations d'électricité vers l'Union européenne pour l'aider à "résister à la pression énergétique" de Moscou.

- Vaste pilonnage -

Sur une grande partie du territoire ukrainien, le pilonnage de l'armée russe ne faiblissait pas jeudi.

<p>Carte de la situation en Ukraine au 28 juillet à 7h GMT</p>

Ainsi, au moins cinq personnes ont été tuées et 25 autres blessées, dont 12 militaires, dans une frappe sur deux hangars à Kropyvnytskyï, dans le centre, a annoncé le gouverneur de la région de Kirovograd, Andriï Raikovitch.

Du "matériel aéronautique", un avion civil An-26 et des appareils d'entraînement ont en particulier été endommagés, a-t-il précisé.

Les Russes avaient pris pour cible samedi des infrastructures ferroviaires et un aérodrome militaire dans cette même ville située à environ 300 kilomètres au sud de Kiev, y provoquant la mort de deux civils. Un soldat avait aussi perdu la vie, tandis que neuf autres avaient été blessés.

Egalement jeudi, dans la région limitrophe de Dnipropetrovsk, au moins une personne a été tuée et deux blessées dans un bombardement, d'après son gouverneur Valentin Reznitchenko.

Dans la partie encore contrôlée par les Ukrainiens de la région orientale de Donetsk, à Toretsk, un homme et une femme ont péri jeudi lorsqu'un immeuble d'habitation de plusieurs étages a été touché, ont annoncé les services d'urgence.

Kharkiv, la deuxième plus grande cité ukrainienne, dans le nord-est, a subi deux frappes de missiles S-300 qui ont provoqué des incendies, selon son maire, Igor Terekhovassène.

"Les agresseurs essayent de transformer Kharkiv en une ville lamentable, similaire à celles qu'ils ont en Russie", a-t-il dit à l'AFP.

Non loin de Kiev, à Lioutij, des missiles de croisière ont détruit tôt dans la matinée un bâtiment sur une base militaire, tandis que deux autres ont été endommagés, a déclaré l'état-major de l'armée ukrainienne.

<p>Une habitante dans les décombres de sa maison, le 28 jullet 2022 à Mala Rogan, dans la région de Kharkiv, en Ukraine</p>

Au total, six de ces engins, de type Kalibr, dont un a été abattu par la défense antiaérienne, ont été tirés de Crimée, une péninsule annexée en 2014 par Moscou, a souligné la même source.

Des tirs au lance-roquettes multiple à partir du Bélarus voisin, un allié de la Russie, ont par ailleurs causé des "pertes" parmi les militaires ukrainiens dans la région septentrionale de Tcherniguiv.

Dans le sud, une école a été détruite et il y a eu au moins un blessé quand une véritable pluie de missiles est tombée, selon le gouverneur de Mykolaïv.

- Situation "difficile" -

Poursuivant leur offensive, les troupes russes tentent toujours d'avancer près de Siversk et de Bakhmout, dans le Donbass, une région industrielle de l'est que Moscou ambitionne de totalement conquérir.

<p>Une maison incendiée après un bombardement près de Bakhmout, le 27 juillet 2022 en Ukraine</p>

La situation y est "difficile mais entièrement sous contrôle", a affirmé l'état-major de l'armée ukrainienne.

Dans la région méridionale occupée de Kherson, à quelques kilomètres du front et où les Ukrainiens ont déclenché une contre-offensive, trois villages ont été repris aux Russes ces deux dernières semaines.

Mercredi, dans la banlieue de Kherson, le pont Antonovski, qui enjambe le Dniepr, avait été partiellement mis hors d'état par une attaque ukrainienne.

Essentielle pour l'agriculture ukrainienne, la région est aussi stratégique car limitrophe de la Crimée

"C'est une matinée agitée. Encore une fois, nous avons la terreur des missiles", a relevé jeudi Volodymyr Zelensky sur Telegram.

Mais l'Ukraine "ne se rendra pas et ne baissera pas les bras", a-t-il promis.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.