Dans le Sud-Est, nouveaux orages violents attendus après une nuit sans dégâts majeurs

Afp
<p>Un orage sur Montaud au nord de Montpellier, le 16 août 2022</p>

Frappés dans la nuit par de forts orages et des pluies parfois diluviennes, cinq départements de l'arc méditerranéen restaient en vigilance orange mercredi face à "un risque de phénomènes violents" désormais étendu à trois départements normands, même si les dégâts matériels restent minimes.

L'Hérault, le Gard, le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône ainsi que le Var, placés par Météo-France en vigilance orange depuis mardi, ont vu celle-ci reconduite pour la journée de mercredi avec de nouveaux orages attendus dans l'après-midi, qui pourraient être localement violents et générer de forts cumuls de précipitations.

Trois départements normands, la Manche, le Calvados et la Seine-Maritime, ont également été placés en vigilance orange à partir de 14h00 et jusqu'à 19h00 pour des "pluies orageuses" qui "pourront donner localement jusque 40 à 60 mm en très peu de temps", selon le dernier bulletin de Météo-France.

Dans le Sud-Est, après une accalmie passagère dans la matinée, "de nouveaux orages se reforment sur les reliefs de l'Hérault et du Gard et en début d'après-midi, des lignes orageuses se reforment en mer et touchent à nouveau les Bouches-du-Rhône et le Var", précise l'institut météorologique, qui évoque des "orages d'été" sans qualifier l'épisode de "méditerranéen".

Ces orages pourraient être "localement violents avec des intensités pluvieuses fortes" pouvant atteindre "80 mm en peu de temps, avec de la grêle et de fortes rafales de vent de l'ordre de 80 à 100 km/h".

Des cumuls de précipitations de 100 à 150 mm pourront même être atteints localement, anticipe Météo-France, qui estime que le département des Bouches-du-Rhône sera le plus exposé, "avec des orages qui peuvent être durables et peu mobiles".

La levée de la vigilance orange est prévue à 20h00 pour le Gard et l'Hérault et 22h00 pour les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse et le Var.

- Dégâts minimes -

Dans la nuit de mardi à mercredi, des orages, parfois accompagnés de fortes pluies, ont déjà balayé le Sud-Est d'ouest en est, de l'Aude au Var, mais aucun dégât notable n'a été enregistré, selon les services de secours interrogés par l'AFP. La vigilance orange avait été levée dans la nuit pour l'Aude, le Tarn et l'Aveyron.

<p>Un orage sur Montaud au nord de Montpellier, le 16 août 2022</p>

"A ce stade, pas de dégâts, des petites interventions sur tous les départements placés en vigilance orange, rien de grave, la prévention a fait son travail et nous n'avons rien à signaler", a rassuré sur RMC Grégory Allione, le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

Dans l'Hérault, Météo-France a relevé "jusqu'à 75 mm de précipitations à Montarnaud et 97 mm à Puechabon, dont 86 mm en une heure".

A Hyères, dans le Var, les fortes précipitations sur la ville ont été accompagnées de grêlons de la taille de billes et une rafale de vent a été enregistrée à 116 km/h.

Au tribunal judiciaire de Marseille, de nombreux bureaux ont été inondés en raison d'une fissure dans une canalisation des eaux pluviales, a signalé le parquet sur Twitter. "Mais tout baigne à présent", a-t-il rassuré ensuite.

De même, deux tunnels permettant de traverser la deuxième ville de France, ceux de la Major et du Vieux-Port, ont été fermés, envahis par la pluie durant la nuit. En fin de matinée, le tunnel de la Major était toujours inaccessible aux automobilistes.

L'ensemble des plages du littoral marseillais étaient quant à elles fermées à la baignade, en raison des risques de pollution.

Mardi soir, l'Ile-de-France avait également été touchée par des orages "très intenses", selon Météo-France, qui ont temporairement perturbé les transports en commun.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.