Sobriété énergétique: Borne appelle les entreprises à agir pour éviter le "rationnement"

Anne RENAUT et Damien GAUDISSART
<p>La Première ministre La Première ministre Elisabeth Borne s'exprime devant le Medef, le 29 août 2022, à Paris</p>

Invitée à s'exprimer devant le patronat, la Première ministre Elisabeth Borne a exhorté lundi les entreprises à agir pour améliorer leur sobriété énergétique, faute de quoi elles seraient les "premières touchées" par des mesures de "rationnement" dans les prochains mois.

"J'appelle chacune (des entreprises, NDLR) à établir, en septembre, son propre plan de sobriété", a lancé la cheffe de l'exécutif dans ce discours de rentrée.

"Si chacun ne prend pas sa part (...) nous serons amenés à imposer des baisses de consommation", a-t-elle averti. Et "si nous devions en arriver au rationnement, les entreprises seraient les premières touchées".

Alors que M. Roux de Bézieux avait estimé dans la matinée que l'Etat était "le plus grand superprofiteur", Mme Borne lui a sèchement répliqué : "Non monsieur le président, il n'y a pas de surprofits du côté de l'Etat", en soulignant les dépenses engagées pour protéger le pouvoir d'achat des Français.

Au-delà des entreprises, l'amélioration de la sobriété énergétique se fera "compte tenu des moyens" de chacun, a précisé Mme Borne soulignant qu'"évidemment, les Français en précarité énergétique ne sont pas ceux qui devront encore faire des efforts".

Sa mise en garde survient alors que la guerre entre l'Ukraine et la Russie, grande exportatrice de gaz, a causé une crise énergétique en Europe.

Depuis le mois de juin, le gouvernement français répète son objectif de réduction de 10% de la consommation énergétique en France d'ici 2024.

Un effort dans lequel les entreprises "feront leur part", a promis lundi le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux.

"Nous devons collectivement entrer dans une croissance sobre", a-t-il reconnu.

- Reconstruction -

<p>La Première ministre Elisabeth Borne, avec le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, aux Rencontres des entreprises de France, organiséess par le Medef, le 29 août 2022, à Paris</p>

Mais "faisons confiance aux entreprises et aux entrepreneurs", ainsi qu'aux corps intermédiaires, a martelé le +patron des patrons+ dans un discours plus offensif qu'à l'accoutumée.

La Rencontre des entrepreneurs de France (REF) du Medef s'était ouverte en milieu de journée sur un appel du président ukrainien Volodymyr Zelensky à investir dans son pays marqué par la guerre contre la Russie.

"Proposez des milliers de contrats, des milliers d'emplois, nous avons besoin de votre participation à la reconstruction après les hostilités", a lancé le chef d'Etat, invité à ouvrir les débats en visioconférence depuis Kiev.

<p>Le prédident ukrainien Volodymyr Zelensky apparaît sur grand écran à la réunion du Medef le 29 août 2022, à Paris</p>

Six mois après le lancement de l'offensive russe en Ukraine, Volodymyr Zelensky a notamment fait des appels du pied aux entreprises du bâtiment, de l'automobile et du secteur énergétique.

Si ce week-end, Elisabeth Borne avait déclaré qu'elle "ne (fermait) pas la porte" à l'idée de taxer les "super profits" des entreprises, elle ne s'est pas étendue sur le sujet lundi.

Dans une interview au Parisien, la Première ministre les avait tout de même incitées à baisser les prix ou à donner du pouvoir d'achat à leurs salariés en utilisant à plein, par exemple, le triplement des primes défiscalisées (dites "primes Macron") qu'elles peuvent verser à leurs employés.

Mme Borne avait également annoncé le déblocage d'un "fonds vert" doté d'1,5 milliard d'euros destiné aux collectivités locales pour "les aider dans l’accélération de leur transition écologique" et promis que l'exécutif allait amortir "les hausses" des prix de l'énergie après la fin du bouclier tarifaire en décembre, grâce à des "dispositions spécifiques" pour les "plus fragiles".

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait déclaré samedi que la hausse de l'électricité et du gaz en 2023 serait "contenue". Habitué de l'événement, sa prise de parole devant le Medef est prévue mardi.

Devant le Medef, Elisabeth Borne a aussi abordé la planification écologique dont le développement des énergies décarbonées et l'objectif de plein emploi du gouvernement

La REF, qui avait comptabilisé plus de 8.000 entrées l'an dernier à Paris, entend battre cette année des records de fréquentation sur ses deux jours de débats à l'hippodrome parisien de Longchamp, prévoit Patrick Martin, président délégué du Medef.

kap-dga-are-im/jbo/swi

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.