L'imam Iquioussen visé par un mandat d'arrêt européen contesté

Clément ZAMPA, avec Sylvie MALIGORNE à Paris
<p>Des policiers devant la maison de la famille de l'imam Hassan Iquioussen, le 30 août 2022 à Lourches, dans le nord de la France</p>

Parti à l'étranger, peut-être en Belgique, l'imam marocain Hassan Iquioussen, sous le coup d'un arrêté d'expulsion signé par Gérald Darmanin, est désormais visé par un mandat d'arrêt européen dont son avocate conteste la légalité.

Ce mandat d'arrêt a été délivré par un juge d'instruction de Valenciennes (Nord) pour "soustraction à l'exécution d'une décision d'éloignement", ont indiqué vendredi des sources proches du dossier.

Le prédicateur, mis en cause pour des propos jugés contraires aux valeurs de la République, était resté introuvable mardi par la police à son domicile de Lourches, près de Valenciennes, après la validation de son arrêté d'expulsion par le Conseil d'Etat.

Le lendemain, le préfet du Nord avait expliqué devant la presse avoir saisi le parquet et qualifié l'imam de "délinquant" dès lors "qu'il s'est soustrait à un arrêté d'expulsion".

Contacté par l'AFP, le parquet de Valenciennes n'a pas donné suite.

"Ce mandat d'arrêt européen nous stupéfait car s'il existe, il se fonderait sur une infraction qui n'est selon nous pas constituée", étant donné que M. Iquioussen "a quitté le territoire français", a réagi auprès de l'AFP son avocate, Me Lucie Simon.

"Pourquoi le rechercher ? Pourquoi vouloir le faire revenir ?", s'est-elle interrogé.

- "Morbide" -

Selon des sources proches du dossier, si M. Iquioussen était effectivement resté en France, le motif du mandat d'arrêt aurait été justifié. Mais, le ministre de l'Intérieur a affirmé depuis que l'imam était "manifestement en Belgique".

<p>L'imam marocain Hassan Iquioussen (g) à Escaudain, dans le Nord, le 18 juin 2004</p>

Dans ce cas, selon ces mêmes sources, M. Iquioussen est considéré comme ayant lui-même exécuté la mesure d'éloignement, car les modalités d'expulsion ne sont pas fixées dans un arrêté d'expulsion.

"Le parquet fédéral a reçu notification de l'émission du mandat d'arrêt européen (concernant l'imam Iquioussen NDLR) mais n'a aucune indication sur sa présence ou non en Belgique, cela reste une supposition française non étayée", a indiqué vendredi à l'AFP Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral belge.

"S'il est à l'étranger et notamment chez nos voisins, la coopération judiciaire fera qu'il sera interpellé", a dans tous les cas affirmé Gérald Darmanin vendredi soir sur BFMTV.

Une source proche du dossier a fait valoir à l'AFP qu'il avait fallu faire preuve "d'acrobaties juridiques pour judiciariser une poursuite contre quelqu'un sous le coup d'une mesure administrative".

"Le ministère de l'Intérieur n'est pas dans une position juridique dans ce dossier" mais "dans une politique spectacle", a estimé Me Simon.

Elle dénonce "une volonté politique de faire du buzz, de le renvoyer au Maroc sous le regard des caméras". "Ça n'a d'autre logique que celle, morbide, de l'humiliation."

- "Grotesque" -

Le Conseil d'Etat avait donné mardi son feu vert à l'expulsion de M. Iquioussen, né en France il y a 58 ans mais de nationalité marocaine, dont Gérald Darmanin avait fait ces dernières semaines un symbole de la lutte du gouvernement contre les "discours séparatistes".

<p>Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin arrive à l'Elysée, le 31 août 2022 à Paris</p>

Le ministre de l'Intérieur avait annoncé le 28 juillet l'expulsion de ce prédicateur du Nord, fiché S (pour sûreté de l'Etat) par la DGSI "depuis dix-huit mois", selon lui.

L'arrêté d'expulsion lui reproche "un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d'une vision de l'islam contraires aux valeurs de la République". Sa chaîne YouTube est suivie par 178.000 abonnés.

Pour compliquer un peu plus cet imbroglio juridique, le Maroc a annoncé mardi, après la décision du Conseil d'Etat, suspendre le "laissez-passer consulaire" délivré début août pour permettre l'expulsion de l'imam vers son territoire.

Le ministre a indiqué vendredi sur BFMTV avoir transmis "des renseignements complémentaires" demandés par les autorités marocaines et affirmé ne "pas douter un seul instant" que le Maroc va "retirer la suspension du laissez-passer consulaire" en cas d'arrestation de M. Iquioussen.

"On se met à rechercher quelqu'un qui a appliqué l'arrêté d'expulsion lui-même pour le renvoyer dans un pays qui a retiré son laissez-passer", a déclaré à l'AFP le député LFI du Nord, David Guiraud, qui dénonce un feuilleton "grotesque".

"Si l'imam Iquioussen est arrêté en Europe et que le Maroc ne veut plus le reprendre, il va où ? C'est quoi la suite de l'histoire ?", a pour sa part réagi auprès de l'AFP le député RN du Nord, Sébastien Chenu. "J'aimerais bien que nos brillants juristes et ministre de l'Intérieur nous expliquent ce qu'ils ont en tête."

zap-sm-mad-alh/pa/cab/gvy

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.