Sur le départ pour Kiev, von der Leyen promet une réforme "profonde" du marché de l'électricité

Marie JULIEN avec Julien GIRAULT à Bruxelles
<p>La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, devant le Parlement européen à Strasbourg (est de la France) le 14 septembre 2022</p>

Promettant une "solidarité indéfectible" de l'Europe avec l'Ukraine et la fermeté face à Moscou, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a assuré mercredi que l'UE allait engager "une réforme en profondeur" du marché de l'électricité pour faire face à l'envolée des prix de l'énergie.

Lors de son discours "sur l'état de l'UE", exercice inspiré de la politique américaine, Ursula von der Leyen a mis à l'honneur la Première dame ukrainienne Olena Zelenska, à qui les eurodéputés ont réservé une ovation debout dans l'hémicycle.

"Chère Olena, il fallait un courage immense pour résister à la cruauté de Poutine. Vous avez trouvé ce courage",a-t-elle lancé, habillée aux couleurs de l'Ukraine, annonçant qu'elle partirait pour Kiev dès la fin du débat parlementaire sur son discours à Strasbourg afin de discuter "en détail" de la poursuite de l'aide européenne avec le président Volodymyr Zelensky .

"Je me tiens ici, devant vous, animée de la conviction que, grâce à notre courage et à notre solidarité, Poutine échouera et l’Europe vaincra", a déclaré la présidente de la Commission européenne, qui s'est exprimé successivement en anglais, français et allemand.

"La solidarité de l’Europe avec l’Ukraine demeurera indéfectible", a promis la dirigeante européenne, insistant sur le fait que l'heure n'était "pas à l'apaisement" et que les sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie n'étaient pas près d’être levées.

- Plafond des "superprofits" -

Dans son allocution de près d'une heure, la dirigeante a accordé une place importante à la question de la flambée des prix de l'énergie à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, au moment où une inflation galopante menace l'économie du continent.

L'UE va engager "une réforme complète et en profondeur" de son marché de l'électricité, a promis Ursula von der Leyen sur un ton grave et sous les applaudissements réguliers de l'hémicycle.

"Au-delà de la crise immédiate, nous devons penser à l'avenir. La conception actuelle du marché de l'électricité ne rend plus justice aux consommateurs, ils devraient récolter les fruits des énergies renouvelables à bas-coût. Il faut donc découpler les prix de l'électricité de l’influence dominante du gaz", a-t-elle annoncé.

Le plafonnement des revenus des producteurs d'électricité à base d'énergies renouvelables et de nucléaire permettrait de lever "plus de 140 milliards d'euros" pour les Etats de l'UE, qui pourraient les redistribuer aux ménages et entreprises vulnérables, a jugé mercredi Ursula von der Leyen.

Les ministres de l'Energie se réuniront à nouveau le 30 septembre pour se prononcer sur le plan d'urgence proposé par la Commission, dont certaines mesures potentielles divisent déjà les Vingt-Sept, aux situations énergétiques très variées.

- Priorité à l'hydrogène -

C'est la troisième fois depuis son entrée en fonction que la cheffe de l'exécutif européen se livre à l'exercice, cette fois-ci dans un contexte bien différent: il y a un an, la dirigeante était encore forte de la gestion unie de la crise sanitaire du Covid-19.

Au-delà de la guerre en Ukraine et de la question des prix de l'électricité, Ursula von der Leyen a également annoncé la création d'une banque publique dédiée à l'hydrogène capable d'investir trois milliards d'euros.

Elle s'est par ailleurs engagée à constituer "des réserves stratégiques" pour éviter les ruptures d'approvisionnement dans les matières premières "critiques" pour son industrie, notamment les terres rares et le lithium dont l'offre mondiale est contrôlée par la Chine.

Elle a enfin assuré que l'UE allait doubler ses capacités de lutte contre les incendies l'année prochaine en achetant dix avions amphibies légers et trois hélicoptères supplémentaires.

"Cet été, nous avons envoyé des avions de la Grèce, la Suède ou d'Italie pour combattre des incendies en France et en Allemagne. Mais comme ces évènements deviennent plus fréquents et plus intenses, l'Europe aura besoin de plus de capacités", a-t-elle martelé.

Le discours sur l'état de l'Union, "moment-clé de la démocratie européenne", selon le Parlement, doit permettre à la Commission -non élue mais ayant l'initiative des lois européennes- de rendre des comptes sur son bilan et présenter ses projets.

Un débat d'environ deux heures avec les eurodéputés était prévu à l'issue du discours d'Ursula von der Leyen.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.