Une première aide militaire directe de Washington à Taïwan franchit une étape clé au Congrès

Camille CAMDESSUS
<p>Un exercice militaire à Taïwan, le 6 septembre 2022</p>

Une première aide militaire directe de Washington à Taïwan a franchi mercredi une étape clé au Congrès américain, ce vote risquant de provoquer l'ire de Pékin.

"Il s'agit de la plus importante refonte de la politique américaine à l'égard de Taïwan" depuis 1979, lorsque Washington a reconnu Pékin tout en acceptant de maintenir la capacité d'autodéfense de l'île, assurent les sénateurs Bob Menendez et Lindsey Graham, à la tête de cette initiative.

Leur projet de loi, adopté par la commission des Affaires étrangères du Sénat, prévoit une aide militaire directe à Taïwan de près de 4,5 milliards de dollars au cours des quatre prochaines années. Il exige aussi du président américain qu'il impose des sanctions aux principales institutions financières chinoises en réponse à toute "escalade dans les actes hostiles envers Taïwan".

Le "Taiwan Policy Act of 2022", tel qu'il est baptisé, prévoit par ailleurs d'accorder à l'île le statut d'"allié majeur hors OTAN".

Le cabinet de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a fait part jeudi de sa "sincère gratitude" envers les Etats-Unis qui, "une fois de plus, ont démontré leur amitié bipartisane et leur soutien à Taïwan".

- Rapprochement significatif -

Ce vote en commission n'est que la première étape d'un long processus législatif: le texte doit désormais être adopté en séance plénière au Sénat, puis à la Chambre, avant d'être promulgué par le président Joe Biden.

<p>Comparaison des budgets, troupes et principaux équipements militaires de la Chine et de Taïwan, selon les données du Military Balance+</p>

Mais il marque malgré tout un rapprochement significatif entre les Etats-Unis et Taïwan, à l'heure où les relations entre Pékin et Washington sont à leur plus bas depuis des décennies.

La Maison Blanche navigue donc sur ce dossier avec beaucoup de prudence.

"Nous continuerons à communiquer directement avec le Congrès sur ce texte", a indiqué, évasive, la porte-parole de la Maison Blanche Karine Jean-Pierre mercredi.

Avant d'assurer que l'administration Biden "continuerait à approfondir son partenariat avec Taïwan avec un soutien diplomatique, économique et militaire fort".

- Vente d'armes et visite de Pelosi -

Ce vote au Congrès intervient quelques jours seulement après la vente par Washington pour 1,1 milliard de dollars d'armes à Taipei, et un peu plus d'un mois après une visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, qui avait provoqué la fureur de Pékin.

La Chine avait alors lancé les plus importantes manœuvres militaires de son histoire autour de l'île.

<p>Deux navires militaires non identifiés naviguent au large du comté d'Yilan, près de la côte est de Taïwan, le 7 août 2022</p>

Avant la visite de Mme Pelosi, numéro trois des Etats-Unis et plus haute responsable américaine à se rendre sur l'île depuis des décennies, l'entourage de Joe Biden avait déjà discrètement fait valoir à la Chine qu'elle ne représentait pas la politique de l'administration, le Congrès étant un pouvoir distinct du gouvernement.

La Chine estime que Taïwan, peuplée de quelque 23 millions d'habitants, est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise (1949). En sept décennies, l'armée communiste n'a jamais pu conquérir l'île, laquelle est restée sous le contrôle de la République de Chine - le régime qui gouvernait jadis la Chine continentale et ne gouverne plus aujourd'hui que Taïwan.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.