Les Britanniques en masse aux funérailles d'Elizabeth II

James PHEBY et Caroline TAIX avec Juliette MANSOUR et Charlotte DURAND à Windsor
<p>La foule attend le passage du convoi du cercueil d'Elizabeth II, à Londres le 19 septembre 2022</p>

Pour vivre "un morceau d'histoire" ou pouvoir dire "J'étais là": Britanniques ou touristes venus de loin se sont massés à Londres et à Windsor pour les funérailles d'Elizabeth II, arrivés parfois à l'aube ou même la veille pour s'assurer les meilleures places.

"Je pourrais m'asseoir à la maison et regarder la télé mais je n'aurais pas l'ambiance", lance Alex Hutchinson, 64 ans, venu suivre les funérailles à Hyde Park sur écran géant, alors qu'il vit à cinq minutes de là.

Pendant la cérémonie religieuse à l'abbaye de Westminster, certains sont assis dans l'herbe du célèbre parc londonien, sur des couvertures posées à même le sol ou des chaises de camping. Le public regarde en silence, se lève et se rassoit à l'unisson de Westminster. Beaucoup récitent le Notre-Père. Des applaudissement retentissent à la fin du service.

"La cérémonie était parfaite (...) très spectaculaire comme il se doit pour une grande reine", commente John MacKinnon, courtier en assurances londonien âgé de 49 ans. "Je vais maintenant rejoindre mes amis, boire un verre et lui adresser mes meilleurs vœux."

"C'est un grand jour de notre histoire, cela fait partie de notre vie", explique à l'AFP Susan Davies, 53 ans, arrivée dès 06H30 à Hyde Park Corner depuis l'Essex, à l'Est de Londres, avec son mari et leurs deux adolescents, bien placés pour voir passer le cercueil de la reine.

"Je veux faire partie de l'histoire", abonde Jack, son fils de 14 ans, qui brûle déjà de raconter l'événement aux futures générations. "Je parlerai de ce moment à mes enfants. Je leur dirai: +J'y étais+!"

- Sucre et caféine -

<p>Principaux événements prévus pour les funérailles de la reine Elizabeth II le 19 septembre</p>

Non loin de là, Calob Thompson, 20 ans, étudiant en cinéma qui vit à Bedford au nord de Londres, suit le déroulé en direct sur son téléphone. Mais il voulait voir passer "le cercueil et la famille royale", alors il s'est positionné dès 06H00 sur le chemin de la procession.

Certains avaient même passé la nuit sur place: de nombreux duvets jonchaient au petit matin le sol de Whitehall, artère du centre de Londres qui accueille d'ordinaire ministres et hauts fonctionnaires.

Bethany Beardmore, comptable de 26 ans, est arrivée dès dimanche soir. "Il faisait froid, nous n'avons pas dormi", raconte-t-elle, disant tenir grâce à beaucoup de sucre et de caféine. "Il y avait une telle ambiance (...) tout le monde bavardait".

Au passage du cercueil sur la place du Parlement, une mer de bras brandit des téléphones portables pour immortaliser le passage du cercueil.

<p>Une enfant venue rendre hommage à la reine défunte porte un chapeau agrémenté d'effigies d'Elizabeth II et d'un garde, à Green Park à Londres le 18 septembre 2022</p>

Maryann Douglas, infirmière à la retraite de 77 ans qui a déménagé de New York à Londres il y a quatre ans, a du mal à trouver ses mots, après avoir attendu des heures. "C'était mieux que ce à quoi je m'attendais, j'avais les larmes aux yeux et des frissons", raconte-t-elle.

- Cornemuses -

Tout au long de la route menant à Windsor, parcourue dans l'après-midi par le corbillard transportant la reine Elizabeth II vers sa dernière demeure, les spectateurs se pressaient contre les barrières, saluant le passage de la souveraine.

Le cercueil a été accueilli par une foule compacte sur le "Long Walk", allée rectiligne qui mène au château sur laquelle six écrans géants avaient été installés, au son des cornemuses accompagnant la procession.

"Je suis venu présenter mes respects et saluer une dernière fois (la reine) au passage. En tant que vétéran de l'armée, c'était mon devoir", assure Robert MacDonald, 48 ans dont 26 passés dans l'infanterie, venu du Surrey (Sud) en uniforme pour l'occasion.

Dawn Bell, 56 ans, est venue du Kent (Sud-Est). La reine "a été absolument fantastique tout au long de son règne. Le moins qu'on puisse faire, c'est de se lever tôt et de venir dire au revoir", affirme-t-elle.

Vêtue de noir, elle est venue avec Daisy, sa fille de 26 ans, qui a choisi elle de porter pull et jogging roses, parce que "la reine aimait une bonne touche de couleur".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.