En Australie, 230 cétacés s'échouent sur une plage, la moitié d'entre eux présumés morts

AFP
<p>Des dauphins-pilotes échoués sur une plage près de Macquarie Harbour, le 20 septembre 2022 en Tasmanie (Australie)</p>

Scène de désolation en Australie où quelque 230 dauphins-pilotes, aussi appelés globicéphales, ont été retrouvés mercredi échoués sur la côte ouest de la Tasmanie, et sont présumés morts pour près de la moitié d'entre eux.

Des images aériennes ont révélé que des dizaines de mammifères marins étaient dispersés le long d'une vaste plage de sable au contact des eaux froides de l'océan Austral.

Des habitants couvraient les animaux survivants avec des couvertures et les aspergeaient de seaux d'eau pour les maintenir en vie, tandis que d'autres cétacés à proximité tentaient en vain de se dégager, et que d'autres gisaient morts.

Les cétacés se sont "échoués près de Macquarie Harbour", a déclaré le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement de l'Etat de Tasmanie.

"Il semble qu'environ la moitié des animaux soient vivants", a-t-il ajouté.

Les autorités ont déclaré que des experts en conservation marine ainsi qu'une équipe disposant de matériel de sauvetage à destination des cétacés étaient en route vers la zone.

Ils tenteront de remettre à flot les animaux suffisamment capables de survivre et transporteront probablement les carcasses vers le large, pour éviter d'attirer les requins dans la zone.

Il y a presque deux ans jour pour jour, la zone a été le théâtre d'un autre échouage massif, impliquant près de 500 dauphins-pilotes échoués.

Plus de 300 d'entre eux sont alors morts, malgré les efforts de dizaines de bénévoles qui ont lutté pendant des jours dans les eaux glaciales de la Tasmanie pour libérer les animaux.

- Signaux de détresse -

Les raisons de ces importants échouages ne sont pas totalement connues.

Des chercheurs ont suggéré qu'ils pourraient être causés par des groupes de cétacés qui s'égareraient après s'être nourris trop près de la côte.

Les globicéphales étant des animaux très sociables, ils peuvent suivre les membres de leur groupe qui s'égarent et se retrouvent en danger.

Cela se produit parfois lorsque des animaux âgés, malades ou blessés nagent vers le rivage et que d'autres cétacés du groupe les suivent, tentant de répondre aux signaux de détresse des animaux piégés.

<p>Cartes d'Australie et de Tasmanie localisant le port de Macquarie</p>

D'autres chercheurs estiment que les plages en pente douce - comme celles que l'on trouve en Tasmanie - perturbent le sonar des dauphins-pilotes et leur font croire qu'ils se trouvent au large.

Cet événement est survenu quelques heures après qu'une dizaine de jeunes cachalots ont été retrouvés morts, eux aussi échoués, sur l'île King, entre la Tasmanie et l'Australie continentale.

La cause de la mort des cachalots pourrait être une "mésaventure", comme l'évoque le biologiste Kris Carlyon de l'agence de conservation de cet Etat insulaire auprès du journal local Mercury.

C'est "la raison la plus courante des échouages", détaille-t-il. "Ils ont pu chercher de la nourriture près du rivage (...) ils ont peut-être été pris à marée basse", selon M. Carlyon. "C'est la théorie pour l'instant".

Les échouages sont également fréquents en Nouvelle-Zélande, pays voisin de l'Australie.

Quelque 300 animaux y sont concernés chaque année, selon les données officielles, et il n'est pas rare qu'un même échouage implique des groupes de 20 à 50 dauphins-pilotes.

Un seul échouage peut également concerner plusieurs centaines d'animaux lorsqu'un groupe important de mammifères marins est impliqué, comme cela a été le cas en 2017 lorsque 700 dauphins-pilotes se sont échoués ensemble sur la côte néo-zélandaise.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.