Pour eux, c'est une "humiliation": des évacués de la région de Fukushima encaissent mal la volonté du gouvernement de faire d'un site emblématique de l'accident nucléaire de 2011 le point de départ ultra-médiatisé de la flamme olympique.

"Fukushima a d'autres préoccupations que Tokyo", résume un slogan lors d'une manifestation de ces "anti" près du J-Village.

C'est précisément de là que la flamme des Jeux de Tokyo doit s'élancer le 26 mars. Le J-Village est un luxueux centre d'entraînement de football financé par Tokyo Electric Power (Tepco), et inauguré en 1997 à une vingtaine de kilomètres de la centrale atomique Fukushima Daiichi.

C'était du temps où l'énergie nucléaire promettait "un avenir radieux", comme affiché autrefois sur un portique à l'entrée de la ville de Futaba, voisine de la centrale.

La flamme passera aussi par cette commune désertée, les autorités ayant récemment levé l'ordre d'évacuation pour une portion de l'agglomération.

- "Symbole de la reconstruction" -

"Pour nous, habitants de Fukushima, faire partir la torche d'ici apparaît comme la volonté du gouvernement de fermer le couvercle sur l'accident nucléaire: nous le vivons comme une humiliation", déclare à l'AFP Ruiko Muto, militante antinucléaire résidente de la région de Fukushima.

"En temps normal, cela nous aurait fait très plaisir que la région de Fukushima soit sous le feu des projecteurs internationaux grâce à la flamme olympique, mais nous souffrons encore. Et à cause de qui? De Tepco", la compagnie qui exploitait la centrale, poursuit Hiromu Murata, président de l'association d'aide aux évacués, Hidanren.

"Fukushima n'est pas dans une situation propice à se réjouir des JO", abonde Miyako Kumamoto, elle aussi membre active d'un groupe de soutien aux évacués peinant à se reloger.

Après le désastre du 11 mars 2011 provoqué par un gigantesque tsunami, le J-Village a été transformé en véritable quartier général des travailleurs chargés de sécuriser puis assainir le site: ils s'y changeaient, s'y reposaient, se restauraient par milliers chaque jour, avant et après avoir trimé dans l'enfer du site nucléaire.

Le site a repris en fanfare ses activités de centre sportif en avril 2019.

"J-Village est redevenu ce qu'il était, c'est pour nous un symbole, c'est le point de départ de la reconstruction, un processus en cours. Nous espérons recevoir un grand soutien et une grande énergie grâce aux JO", a justifié Masao Uchibori, le gouverneur de la région.

Quelque 41.000 personnes n'ont pas encore regagné leurs foyers, selon les derniers chiffres officiels, que les associations estiment bien en-deçà de la réalité.

- Peur d'être oubliés -

La levée progressive des interdictions d'habiter des zones de la région n'est pas bien vue non plus par une partie des évacués, qui craignent toujours la radioactivité.

"Une partie des personnes qui habitaient dans une localité de nouveau décrétée habitable sont réticentes à revenir, mais l'Etat et la préfecture leur coupent les aides pour se loger ailleurs. Et celles qui sont parties par peur des radiations sans avoir été évacuées sur ordre sont parfois dans une situation pire", déplore Mme Kumamoto.

Et de citer le cas de quelques foyers pauvres à qui l'Etat a fourni un logement public gratuitement pendant plusieurs années, puis a exigé un loyer, dont il ensuite doublé le montant, et veut désormais les expulser s'ils continuent de ne pas le payer.

"Il ne reste que cinq ménages dans cette situation: nous les aidons à retrouver un logement, mais on a du mal à entrer en contact avec eux", rétorque un fonctionnaire de la préfecture chargé de l'habitat.

"On leur propose des taudis en confiant cette mission à des agences sans scrupules", conteste Mme Kumamoto.

"Cessez de leur facturer un loyer qu'ils ne peuvent pas payer", supplie-t-elle. "On le fera si le ministère des Finances nous dit qu'il veut bien", répond le fonctionnaire.

Dans ce dialogue de sourds, Mme Kumamoto s'interroge: est-ce que l'Etat, qui a déboursé plus de 1.000 milliards de yens (près de 9 milliards d'euros) pour les JO et qui promet un plan de relance de 13.200 milliards de yens (environ 108 milliards d'euros) pour dynamiser l'économie et aider la reconstruction a bien besoin des 20.000 yens (160 euros) de loyer mensuel des quelques foyers concernés?

Nombre d'habitants de la région redoutent surtout qu'on les oublie après le coup de projecteur des JO.