A 11 jours de la présidentielle, Donald Trump poursuit sa course effrénée aux électeurs en tenant vendredi deux meetings de campagne dans l'Etat-clé de Floride, au lendemain de son ultime débat avec son rival démocrate Joe Biden.

Ce face-à-face en direct télévisé, organisé à Nashville dans le Tennessee, a été bien plus policé et constructif que le précédent, marqué par de constantes interruptions et des insultes. Mais il ne devrait pas profondément changer la dynamique.

Avant son départ pour le "Sunshine State", le président américain a mis un coup diplomatique à son actif, en annonçant depuis le Bureau ovale qu'Israël et le Soudan avaient accepté de normaliser leurs relations.

"Pensez-vous que Joe l'Endormi aurait pu conclure cet accord?" a demandé, narquois, M. Trump au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui était au bout du fil et sur haut-parleur.

Plus de 50 millions d'Américains ont déjà voté par anticipation - 35 millions par correspondance et plus de 15 millions en personne - selon le comptage vendredi du US Elections Project, de nombreux électeurs préférant éviter les foules le jour de l'élection en pleine pandémie.

Donald Trump doit voter par anticipation samedi en Floride. Son vice-président, Mike Pence, l'a fait à Indianapolis vendredi.

- "Un super boulot" -

Pour rattraper son retard dans les sondages, le président républicain mise gros sur la Floride, l'un des Etats susceptibles de basculer pour l'un ou l'autre des candidats et donc d'offrir les grands électeurs nécessaires pour la victoire.

M. Trump, qui perd du terrain chez certains seniors, a déjà sillonné ces 10 derniers jours la Floride, connue pour accueillir une forte proportion de retraités.

En plus de Pensacola, le milliardaire va courtiser The Villages, 100.000 habitants, la plus grande communauté de retraités en Floride. Ce bastion trumpiste près d'Orlando a toutefois été récemment le théâtre de fortes tensions entre pro et anti-Trump.

Alors que les Américains âgés votent beaucoup républicain, ils sont aussi dans la catégorie des personnes les plus vulnérables face au coronavirus, et M. Trump est très critiqué pour sa gestion de la pandémie qui a fait plus de 223.000 morts aux Etats-Unis.

"Je prends toujours mes responsabilités et j'ai fait un super boulot", a dit vendredi le milliardaire.

Samedi, le président a encore un marathon de meetings au programme, en Caroline du Nord, dans l'Ohio et le Wisconsin. Dimanche, il doit aller dans le New Hampshire.

Selon son équipe, Joe Biden doit lui s'exprimer vendredi depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware, sur son plan pour "vaincre le Covid-19 et remettre notre économie sur les rails".

Ces deux questions ont été au centre du débat jeudi soir entre les deux septuagénaires devant des millions de téléspectateurs.

"Quelqu'un qui est responsable d'autant de morts ne devrait pas pouvoir rester président des Etats-Unis d'Amérique", a lancé le candidat démocrate, en prédisant "un hiver sombre" pour le pays le plus endeuillé au monde.

Donald Trump, qui dit être complètement remis du coronavirus pour lequel il a été hospitalisé, l'a en retour accusé de vouloir "reconfiner" le pays en raison du Covid-19, assurant que son administration combattait "très fermement" la pandémie.

- Respecter les règles -

Bien que parfois vifs, leurs échanges étaient nettement plus mesurés et plus audibles que la fois précédente, où les noms d'oiseaux avaient fusé. "C'est manifestement une façon plus populaire de faire", a commenté M. Trump vendredi, assurant qu'il avait voulu "respecter les règles du jeu".

Pour éviter la cacophonie, les organisateurs avaient décidé de couper le micro d'un candidat pendant les deux premières minutes de prise de parole de l'autre pour chacune des questions, sur la pandémie, les questions raciales, le changement climatique ou encore la politique étrangère.

Donald Trump a notamment demandé à Joe Biden de "s'expliquer" sur des allégations de corruption au sujet des activités de son fils Hunter en Chine et en Ukraine, quand le candidat démocrate était vice-président de Barack Obama (2009-2017).

Joe Biden a contre-attaqué en reprochant au président de n'avoir jamais accepté de publier ses déclarations d'impôts. "Que cachez-vous?", a-t-il lancé.

Contrairement aux précédentes présidentielles, il n'y aura cette année que deux débats, le président sortant ayant refusé un duel virtuel le 15 octobre -- un format proposé pour éviter les risques d'infection après son diagnostic positif au coronavirus.