Pour conquérir la mairie de Londres en mai, l'ex-ministre conservateur Rory Stewart n'hésite pas à payer de sa personne: il arpente la capitale britannique à pied et dort sur le canapé des Londoniens pour mieux comprendre leurs problèmes.

Il y a vingt ans, cet ancien diplomate de 47 ans avait déjà adopté cette approche peu conventionnelle quand il avait traversé l'Afghanistan à pied.

"Tous les changements commencent lorsque vous posez les pieds sur terre", a-t-il confié à l'AFP en marchant dans Highgate, un quartier arboré du nord de Londres.

Son parcours est aussi original que sa campagne. Ancien soldat, Rory Stewart a été diplomate en Indonésie, dans les Balkans et en Irak. Il a dirigé une association caritative à Kaboul et est aussi un écrivain à succès, grâce à son livre sur sa traversée solitaire de l'Afghanistan.

Du fait de ses voyages à travers le monde, certains lui ont prêté une activité d'espion, comme son père. Ce que l'intéressé dit ne pas pouvoir confirmer.

De retour au Royaume-Uni, le globe-trotteur s'est lancé en politique, devenant député conservateur puis ministre, avant de défier Boris Johnson, l'été dernier, dans la course pour prendre la tête des Tories.

Il a échoué puis a été expulsé de son parti pour avoir contesté la stratégie du Premier ministre sur le Brexit. Il souhaite désormais ravir au travailliste Sadiq Khan la mairie de Londres en mai, se présentant comme candidat indépendant.

"Si vous me demandez si je préfère être Premier ministre ou maire, je préfère de loin être maire", a assuré Rory Stewart, se réchauffant avec une tasse de thé.

- "Les gens se confient" -

Compétent en matière de transports, de logement, de développement économique ou de qualité de l'air, le maire de Londres dispose d'un budget de 18 milliards de livres (20 milliards d'euros).

Il a "un énorme potentiel pour changer les choses", insiste Rory Stewart auprès d'un groupe de jeunes volontaires qui l'ont rejoint pour faire campagne.

Il se filme durant ses promenades et partage ses observations - souvent liées au manque d'arbres - dans des vidéos qui ont fait de lui une sorte de star sur les réseaux sociaux.

Mais il s'est aussi attiré des critiques avec sa campagne #ComeKipWithMe (#VenezRoupillerAvecMoi), dans laquelle il propose aux Londoniens de venir dormir chez eux pour partager leur quotidien, "sur le sol ou un canapé", "dans un logement social ou une péniche". Certains y voient une forme de tourisme de la misère.

Pour Rory Steward, qui a vécu toute sa vie au Royaume-Uni dans la même maison du quartier londonien huppé de South Kensington, cette démarche lui procure au contraire un aperçu inestimable.

Il a récemment dormi dans un foyer pour sans-abri avec dix autres hommes qui lui ont confié leurs problèmes d'addiction ou de santé mentale.

"En rendant mon lit à six heures du matin, en parlant avec eux de la façon dont ils en étaient arrivés là, j'ai découvert des choses que je n'aurais jamais pu découvrir lors d'une réunion politique, plus formelle", a-t-il expliqué à l'AFP.

Marié et père de deux enfants, il ne compte pas s'arrêter même s'il est élu. "Vous parlez (aux gens) durant la soirée, vous vous réveillez, vous partagez une tasse de thé le matin. Et les gens se confient d'une façon très différente que si vous frappez simplement à leur porte."

- "Pas un conservateur" -

Le prix des logements, la question des sans-abri et la criminalité endémique, avec une forte hausse des attaques au couteau, figurent parmi les principaux enjeux de la campagne.

Une jeune femme approche Rory Stewart et lui confie ne plus se sentir en sécurité lorsqu'elle sort seule. Le candidat promet de tripler le nombre de policiers locaux et de démissionner s'il ne parvient pas à réduire les crimes violents sous deux ans.

Mais son passé de conservateur pourrait lui porter préjudice: c'est en effet sous les tories, au pouvoir depuis dix ans, que les effectifs policiers ont été fortement réduits dans un contexte d'austérité.

"Je ne suis pas un conservateur", martèle désormais celui qui ne veut pas s'aliéner les habitants d'une ville majoritairement pro-européenne et multiculturelle. "Je suis un indépendant. Je ne suis pas vraiment un professionnel de la politique".

Mais sans l'appui financier et la force de frappe d'un parti, ses chances de l'emporter sont minces. Le sondage le plus récent, réalisé en novembre, plaçaient Rory Stewart en troisième position, après Sadiq Khan et le candidat conservateur Shaun Bailey.