"J'ai pensé être témoin d'un meurtre". Un jeune homme noir, expert en arts martiaux, a expliqué, mardi devant le tribunal de Minneapolis, comment il avait tenté le 25 mai de convaincre le policier blanc Derek Chauvin de laisser George Floyd respirer. En vain.

Le procès historique du policier, inculpé de meurtre, a repris après une journée éprouvante pour les jurés qui, dès l'ouverture des débats de fond, ont dû regarder une vidéo montrant l'agonie du quadragénaire noir.

Sur ces images, qui a conduit des millions de personnes à manifester contre le racisme et les violences policières dans le monde entier, Derek Chauvin maintient un genou sur le cou de George Floyd, plaqué au sol et menotté, qui râle, supplie et finit par s'évanouir.

Cette scène, Don Williams, un jeune père de famille de 33 ans, l'a vécue en direct. Il avait commencé lundi à partager ses souvenirs avec les jurés, avant d'être interrompu par un problème technique. Mardi, il a repris son récit.

Fort de sa pratique des sports de combat, il a raconté avoir immédiatement pensé que le policier était en train de faire "une prise d'étranglement sanguin", une technique qui permet de maitriser un adversaire en coupant l'afflux de sang.

Il a alors interpellé Derek Chauvin, qui l'a regardé sans relâcher sa pression. Frustré "de l'absence de réponse", Don Williams a reconnu avoir haussé le ton.

Finalement "j'ai appelé la police pour dénoncer la police parce que j'ai pensé être témoin d'un meurtre", a-t-il dit aux jurés.

- "Sur la défensive" -

Lors de son contre-interrogatoire, l'avocat de Derek Chauvin a insisté sur les insultes proférées par M. Williams contre les policiers. "Vous les avez appelés abrutis 13 fois", "vous étiez de plus en plus en colère", a-t-il insisté.

La veille, dans ses propos liminaires, Me Nelson avait estimé que les cris de la foule avaient conduit son client "à détourner son attention du sort de M. Floyd pour se concentrer sur la menace croissante" créée par les passants.

L'auteure de la vidéo qui a fait le tour du monde, Darnella Frazier, 18 ans, a nié mardi que la foule ait été violente.

"J'ai entendu dire +laissez-le+, +vous lui faites mal+, +il ne peut pas respirer+, +il ne bouge pas+... mais dès que quelqu'un essayait de s'approcher", les policiers les écartaient, a-t-elle raconté. "Ils étaient sur la défensive", alors que George Floyd, "terrifié, plaidait pour sa vie".

"Ce n'était pas juste, il souffrait", a poursuivi la jeune femme qui, parce qu'elle était mineure au moment des faits, n'est pas filmée par les caméras qui retransmettent le procès en direct dans tous les Etats-Unis.

- "Trahi" -

Derek Chauvin, 45 ans, encourt jusqu'à 40 ans de rétention. Remis en liberté sous caution, il comparait libre dans un bâtiment public de la métropole du nord des Etats-Unis, transformé en camp retranché pour ce procès historique.

Me Eric Nelson compte plaider l'acquittement. "Il a fait exactement ce qu'il a été formé à faire au cours de ses 19 ans de carrière", a-t-il déclaré lundi dans ses propos liminaires, en assurant que son client n'était pas responsable de la mort de George Floyd.

Selon lui, l'Afro-Américain de 46 ans est mort d'une overdose au fentanyl, dont il était consommateur, et de problèmes de santé sous-jacents.

Mais pour les procureurs, le policier a manifesté un mépris évident pour la vie de George Floyd en maintenant sa pression pendant neuf minutes et vingt-neuf secondes, bien que celui-ci se soit évanoui, et que son pouls ait disparu.

Il a "trahi" son serment de policier et fait "un usage excessif et déraisonnable de la force" jusqu'à "extraire les derniers souffles de vie", a assuré le procureur Jerry Blackwell dans son exposé introductif.

Les parties ont trois à quatre semaines pour convaincre les jurés, qui devraient rendre leur verdict vers la fin avril ou début mai.

Les trois autres policiers impliqués dans le drame, Alexander Kueng, Thomas Lane et Tou Thao, seront jugés en août pour "complicité de meurtre".