Les recherches du corps d'Estelle Mouzin se sont poursuivies mardi dans les Ardennes, où pour la deuxième journée, la juge d'instruction a tenté de faire parler Michel Fourniret, accusé d'avoir séquestré et tué la fillette de neuf ans en 2003, en l'accompagnant sur les lieux présumés du crime.

Comme lundi, le tueur en série et son ex-épouse ont été conduits à Ville-sur-Lumes, dans la maison où Monique Olivier affirme que son ex-époux a séquestré, violé et tué Estelle Mouzin.

L'ADN partiel d'Estelle Mouzin a été retrouvé à deux endroits sur un matelas saisi dans cette maison, un temps occupée par la sœur du criminel. Des fouilles y avaient été menées fin juin, en vain.

Arrivé en fin de matinée devant la maison, aux accès bouclés par la gendarmerie, le convoi s'est ensuite rendu à 16H00 sur une route près de l'étang d'Issancourt-et-Rumel, à environ 3km, a constaté l'AFP.

Par un temps froid et couvert, l'ex-couple y est resté plus d'une heure, avant de retourner à Ville-sur-Lumes. "L'objectif est de reconstituer le déroulé et la chronologie des faits entre l'enlèvement d'Estelle et ce qu'il s'est passé ensuite", a indiqué une source proche du dossier.

La juge Sabine Khéris, qui a repris les investigations en 2019 et obtenu les aveux du couple, tente "de faire ressurgir des souvenirs" à travers cette mise en situation. Des cartes des environs sont notamment montrées à Michel Fourniret pour "qu'il indique des lieux", selon la même source.

Le déplacement, qui peut durer plusieurs jours, dépend de "l'évolution des échanges" avec Michel Fourniret, compliqués par ses déclarations alambiquées et son état neurologique, à 78 ans. "Mobile" mais amoindri, ce dernier "échange avec la juge", mais "ne semble pas très expansif".

Présents depuis lundi, les avocats de la famille Mouzin et de Monique Olivier n'avaient fait aucune déclaration à la presse jusqu'en début de soirée mardi.

Au cours des prochains jours, l'ex-couple pourrait aussi être conduit sur un terrain ayant appartenu au tueur en série à Floing, et au château du Sautou, une vaste propriété isolée lui ayant aussi appartenu, également fouillée en vain en juin, selon une source proche du dossier.

Un important dispositif a été déployé pour cette convocation, et des fouilles pourront être menées si nécessaire.

Lundi après-midi, le convoi est resté plus de deux heures dans le cimetière de Montcy-Saint-Pierre, à Charleville-Mézières, un site non fouillé en juin.

Les deux ex-époux avaient été confrontés, le 15 octobre, à Guermantes (Seine-et-Marne), sur les lieux de la disparition de la fillette à son retour de l'école le 9 janvier 2003. Monique Olivier y avait confirmé "l'implication de Michel Fourniret dans la disparition d'Estelle", selon Me Didier Seban, avocat d'Eric Mouzin, le père de la fillette.

Mis en examen dans cette affaire en novembre 2019, l"Ogre des Ardennes" avait avoué en mars sa responsabilité, mais sans fournir d'éléments pour retrouver le corps. Monique Olivier a été mise en examen, pour "complicité".

Le tueur en série a été condamné à la perpétuité incompressible en 2008 pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001. En février 2018, il a avoué avoir tué deux autres jeunes femmes dans l'Yonne.