Un attentat suicide a fait plusieurs victimes dans l'ouest de Kaboul mardi matin, a annoncé le ministère de l'Intérieur afghan, le premier incident du genre après deux mois de calme relatif dans la capitale.

"L'explosion était un attentat suicide qui a fait des victimes civiles", a dit à l'AFP une porte-parole du ministère de l'Intérieur, Marwa Amini.

L'attaque a eu lieu au premier checkpoint à l'entrée d'une académie militaire, selon plusieurs personnes sur les lieux et des responsables de sécurité.

"C'était une forte explosion, qui a secoué notre maison. Nous avons aussi entendu des coups de feu ensuite", a raconté à l'AFP Samiullah, qui, comme de nombreux Afghans, n'utilise qu'un seul nom. "Les ambulances sont arrivés rapidement sur les lieux".

Le chef de la police de Kaboul a confirmé l'attaque et sa cible, selon un média local.

Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué l'incident.

L'attaque suicide intervient après plus de deux mois de calme relatif dans la capitale, liés à des négociations entre talibans et Washington sur le retrait des troupes américaines d'Afghanistan en échange de garanties sécuritaires des insurgés.

Ceux-ci ont indiqué avoir transmis mi-janvier une offre de cessez-le-feu temporaire aux Etats-Unis, sans réaction officielle côté américain.

Le dernier attentat de grande envergure à Kaboul datait de novembre dernier, lorsque 12 personnes avaient été tuées dans l'explosion d'un minivan bourré d'explosifs.

La cible, un centre de formation militaire, avait déjà été visée à plusieurs reprises par des attaques dans le passé, la dernière remontant à mai 2019 et revendiquée par le groupe Etat Islamique.