Airbus a indiqué lundi qu'il envisageait d'augmenter la capacité de son futur long-courrier A350-800 et étudiait avec circonspection une nouvelle motorisation de l'actuel A330.

Le directeur commercial de l'avionneur, John Leahy, a expliqué à quelques journalistes que la plupart des clients approchés étaient prêts à reporter de deux ans, soit en 2018, la réception de l'A350-800, version courte du nouveau long-courrier A350 qui doit être livré à la fin de cette année.

En revanche l'A350-800, prévu pour transporter 276 passagers, pourrait être un peu plus long et en emporter une vingtaine de plus. "Il est possible d'avoir un plus gros A350-800 que prévu aujourd'hui", a-t-il déclaré, ce qui le situerait selon lui juste au dessus du 787-9 de Boeing (290 passagers maximum).

"Cet avion se fera, mais son marché sera plus réduit que ce que nous avions prévu", a reconnu le PDG d'Airbus Fabrice Brégier.

L'avionneur européen a confirmé qu'il étudiait, mais sans enthousiasme, la possibilité d'équiper de nouveaux moteurs plus économes en carburant son A330, une éventualité qu'il excluait jusqu'à présent. Quelques clients, comme Tony Fernandez, le PDG de la compagnie à bas coûts Air Asia, réclament avec insistance cette remotorisation de l'actuel best-seller d'Airbus.

L'avionneur hésite cependant à prendre une telle décision, notamment parce qu'elle risque d'empiéter sur la demande pour les A350.

"De nouveaux moteurs ne sont pas disponibles actuellement", a fait valoir le PDG d'Airbus Fabrice Brégier. "Avec les améliorations que nous avons prévues, l'A330 restera concurrentiel pendant de longues années".

L'avionneur européen développe actuellement deux nouvelles versions de l'appareil. La première, avec une plus grande capacité d'emport, lui permettra d'embarquer plus de carburant pour augmenter son rayon d'action. Elle a été choisie par la compagnie américaine Delta et doit lui être livrée en mai 2015.

Une seconde, version régionale destinée notamment aux marchés chinois et indiens, réduira au contraire la puissance des moteurs pour des routes moins longues avec une capacité de 400 sièges. Elle doit également entrer en service en 2015. D'après Airbus, cet A330 régional, qui emportera deux fois plus de passagers qu'un moyen-courrier au même coût, est la réponse à la congestion des aéroports en Asie.

M. Brégier a par ailleurs souligné que les nouveaux moteurs étaient plus lourds que les modèles actuels et que leur coût de maintenance était supérieur. "Changer de moteur n'a pas que des avantages", a-t-il ajouté.

Une éventuelle remotorisation est à l'étude, mais il y a beaucoup d'études chez Airbus qui ne déboucheront jamais sur rien, selon lui.

pmr/dbe/bpi/LyS

AIRBUS GROUP

BOEING

DELTA AIR LINES