Nommé lundi par Joe Biden pour occuper le poste crucial de secrétaire d'Etat, le francophone Antony Blinken cache derrière son image policée de diplomate une passion pour la guitare et des tendances interventionnistes.

Conseiller de longue date du président élu, le futur chef de la diplomatie américaine aura fort à faire pour recoller auprès des alliés traditionnels des Etats-Unis les morceaux éparpillés sous Donald Trump.

Courtois et élégant sous sa chevelure poivre et sel, "Tony" Blinken, 58 ans, semble aux antipodes de son prédécesseur Mike Pompeo, beaucoup plus brut de décoffrage.

"On peut difficilement faire plus affable, humble et discret que lui", estime son ami d'enfance Robert Malley, président de l'International Crisis Group. "Personne ne se souvient l'avoir jamais vu s'emporter ou avoir un accès de colère".

Antony Blinken, secrétaire d'Etat adjoint sous la présidence de Barack Obama, s'est par le passé prononcé en faveur d'interventions militaires américaines au nom des droits humains.

"Les superpuissances ne bluffent pas", aurait-il mis en garde à plusieurs reprises sur le dossier syrien, dans lequel le président Obama a finalement décidé de s'impliquer de façon limitée.

L'ancien numéro deux du département d'Etat américain en a gardé une certaine amertume. "Nous avons échoué à empêcher une horrible tragédie humaine", a-t-il regretté en mai dernier dans un entretien à la chaîne CBS. "C'est quelque chose que je n'oublierai jamais".

- Ballades rock -

Ce fort attachement aux droits humains tient certainement pour beaucoup à son beau-père, Samuel Pisar, l'un des plus jeunes rescapés de la Shoah.

Avocat de renom spécialisé dans les relations entre les Occidentaux et le bloc soviétique, ce natif de Pologne s'est installé avec sa famille à Paris, où Antony Blinken a été scolarisé à la prestigieuse école Jeannine Manuel alors que les Etats-Unis s'embourbaient dans la guerre du Vietnam.

"Tony, en tant qu'Américain, était très attaché à ses valeurs et à son identité, mais il vivait dans un pays étranger et était donc contraint de voir le monde à travers ce prisme à une époque où les Etats-Unis n'étaient pas forcément très populaires", témoigne son ami d'enfance Robert Malley.

Le père biologique du futur chef de la diplomatie américaine est un important banquier d'affaires et sa mère, Judith Pisar, a dirigé pendant des années le Centre américain de Paris, une institution culturelle et artistique.

Les années parisiennes d'Antony Blinken ont d'ailleurs vu l'éclosion de sa fibre musicale. Il s'est essayé au jazz et pris de passion pour le rock, au point de citer les Pink Floyd dans l'album photo d'une de ses promotions au lycée.

Cette passion l'a suivi à Washington, où le guitariste a joué dans un groupe reprenant les classiques des Beatles et plus récemment mis à profit son temps libre pendant la pandémie pour composer ses propres morceaux. Avec un succès très relatif.

Une cinquantaine de personnes écoutent en moyenne chaque mois sur la plateforme Spotify les deux chansons d'ABlinken -- son "nom d'artiste" --, des ballades rock agrémentées de sa voix de ténor.

- "God bless America" -

Antony Blinken a étudié à l'université de Harvard avant de faire carrière dans le droit puis en politique, travaillant notamment pour la commission des affaires étrangères du Sénat lorsque Joe Biden en était membre.

Il a confié lors d'une conférence en 2017 avoir été profondément influencé par l'histoire de son beau-père, qui a survécu aux camps d'Auschwitz et de Dachau avant de parvenir à s'enfuir pendant une marche de la mort.

Caché dans la forêt pendant deux jours, le jeune homme avait alors entendu le grondement menaçant d'un tank se rapprocher. A son grand soulagement, un soldat américain en était sorti.

"Il s'est mis à genoux et a prononcé les seuls trois mots d'anglais qu'il connaissait, appris par sa mère: 'God bless America'", "Que Dieu bénisse l'Amérique", a raconté Antony Blinken. "Le GI l'a soulevé et l'a fait entrer dans le tank -- et métaphoriquement aux Etats-Unis et vers la liberté".

"C'est le pays avec lequel j'ai grandi: des Etats-Unis jouant ce rôle si accueillant, unique et extraordinaire", a ajouté celui qui en deviendra bientôt le plus haut diplomate.