Après le soulagement apporté par la conclusion in extremis d'un accord commercial post-Brexit avec Bruxelles, le Royaume-Uni se trouve vendredi face aux défis que présente sa nouvelle vie, affranchi des règles de l'Union européenne, avec quelques jours pour s'y préparer.

Le pire est évité avec la signature d'un compromis historique, au bout d'acrimonieuses négociations, qui permet d'éviter la brusque apparition de coûteuses barrières commerciales et la fermeture des eaux britanniques aux pêcheurs français dès le 31 décembre à 23H00 GMT.

C'est cependant un bouleversement majeur qui attend les Britanniques avec la sortie du marché unique et la fin de la libre circulation, après quatre ans et demi d'une saga à rebondissements provoquée par le référendum du Brexit et après près d'un demi-siècle d'intégration européenne.

Dans un message vidéo jeudi soir, le Premier ministre Boris Johnson a brandi devant le sapin du 10, Downing Street les centaines de pages de l'accord présenté comme un "petit cadeau pour ceux qui chercheraient quelque chose à lire dans la torpeur de l'après-déjeuner de Noël".

"Voici un accord pour apporter certitude aux entreprises et aux voyageurs et à tous les investisseurs dans notre pays à partir du 1er janvier", s'est félicité le dirigeant, triomphant dans les urnes il y a un an sur la promesse de "réaliser le Brexit".

Si le Royaume-Uni est bien sorti de l'Union européenne le 31 janvier dernier, il continue jusqu'à la fin de l'année d'appliquer ses règles lors d'une période de transition.

L'accord constitue une victoire pour Boris Johnson, qui a vu au fil de cette année, censée préparer l'après-Brexit, sa popularité mise à mal par une gestion erratique de la pandémie de Covid-19. Cette crise, qui lui a valu quelques jours en soins intensifs au printemps, a frappé le Royaume-Uni (près de 70.000 morts) comme peu d'autres pays européens.

Avec des milliers de poids-lourds coincés et des craintes de pénuries de produits frais, la pagaille provoquée par la fermeture ces derniers jours des frontières d'une cinquantaine de pays, notamment les ports français, belges et néerlandais, a donné pour certains un aperçu du chaos qui attendait les Britanniques en cas d'échec des négociations commerciales avec Bruxelles.

- Craintes des pêcheurs -

Avec ce traité commercial, l'UE offre à son ancien Etat membre un accès inédit sans droits de douane ni quotas à son immense marché de 450 millions de consommateurs.

Mais cette ouverture sera assortie de strictes conditions : les entreprises d'outre-Manche devront respecter un certain nombre de règles évolutives en matière d'environnement, de droit du travail et de fiscalité pour éviter tout dumping. Des garanties existent aussi en matière d'aides d'Etat.

Concernant la pêche, sujet difficile jusqu'aux dernières heures, l'accord prévoit une période de transition jusqu'en juin 2026, à l'issue de laquelle les pêcheurs européens auront progressivement renoncé à 25% de leurs prises, qui s'élèvent chaque année à 650 millions d'euros.

L'UE a promis d'aider ce secteur qui estime être le "grand perdant" du compromis, présenté malgré tout comme "équilibré" et permettant d'"enfin laisser le Brexit derrière nous" selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

- "Soulagement" -

L'accord n'empêche pas cependant l'introduction de contrôles douaniers et des procédures administratives chronophages pour les entreprises habituées à échanger sans freins.

Finie également la libre circulation permettant aux Européens de venir travailler à Londres ou à des Britanniques de passer autant de temps qu'ils le souhaitent dans leur résidence secondaire dans l'UE. Londres sort du programme d'échanges pour étudiants Erasmus, remplacé par le programme Alan Turing, du nom du célèbre mathématicien britannique.

Pour le quotidien The Times, l'accord constitue "une source de soulagement plus que de célébration". Bien qu'il s'agisse "d'un succès remarquable", "c'est loin d'être la fin de l'histoire pour M. Johnson. Maintenant qu'il a rempli sa promesse de réaliser le Brexit, son défi est d'en faire un succès", poursuit-il.

"Avoir évité le scénario du pire est un piteux succès. M. Johnson ne mérite aucun crédit pour éviter une calamité qui menaçait de si près parce qu'il s'y dirigeait avec enthousiasme", avertit The Guardian.

Au Parlement britannique, le texte sera discuté mercredi par les députés mais son adoption fait peu de doutes vu la majorité dont dispose le gouvernement et le soutien apporté par l'opposition travailliste.

Côté européen, les ambassadeurs de l'UE se réunissent dès vendredi pour étudier l'accord. Il devra être validé par les Etats membres, un processus qui devrait prendre plusieurs jours. Il sera validé a posteriori par le Parlement européen début 2021.

"Boris Johnson a été élu Premier ministre pour réaliser le Brexit (...) il a donc toutes les raisons d'être content", observe Anand Menon, politologue directeur de l'institut UK in a Changing Europe, interrogé par l'AFP. Ce dernier prédit cependant des critiques à venir "quand les entreprises verront ce qui les attend en terme de paperasse et même peut-être des Brexiters les plus durs dans son propre parti quand ils verront les concessions accordées".