Une pluie incessante tombait lundi sur le sud du Chili recouvert par les nuages, frustrant les milliers d'amateurs et de scientifiques qui espéraient admirer l'éclipse totale du soleil attendue à la mi-journée.

Plus à l'est en revanche, en Argentine, où le phénomène va se poursuivre, le ciel se montrait plus clément.

Dans la ville touristique de Pucon, au pied du lac Villarrica, la pluie a redoublé d'intensité peu avant 12H30, à quelques minutes de l'alignement Terre-Lune-Soleil prévu à 13H00 locales (16H00 GMT), ont constaté les journalistes de l'AFP.

Malgré les restrictions de déplacement décrétées pour freiner la propagation du coronavirus, quelque 300.000 personnes se sont rassemblées dans cette région d'Araucanie, à 800 km au sud de la capitale Santiago, pour se positionner sur la trajectoire de l'ombre lunaire, cette bande étroite de 90 km où le noir sera total pendant deux minutes et neuf secondes.

Des dizaines de scientifiques amateurs ou professionnels sont arrivés depuis plusieurs jours pour installer leurs télescopes sur les flancs du volcan Villarrica, l'un des plus actifs du Chili, au milieu de la riche végétation du sud du pays.

En juillet 2019, le phénomène spectaculaire avait déjà assombri le ciel pur et dégagé du nord du Chili, où se trouvent plusieurs observatoires astronomiques, et rassemblé tout autant de personnes au milieu du désert de l'Atacama.

- Rituel indigène -

Selon les dernières prévisions météorologiques, il y a 90% de probabilité que la pluie continue de s'abattre au moment où la lune cachera le disque solaire.

Dans cette région d'Araucanie où le peuple indigène mapuche est majoritaire, lorsque la Lune recouvre le Soleil elle apporte un message de changement, parfois négatif, mais aussi d'équilibre.

Le sage Juan Ñanculef a déclaré à l'AFP qu'il effectuera un rituel juste avant le début de l'éclipse pour demander à la nature d'arrêter la pluie, comme l'ont fait ses ancêtres. "Dans le temps, c'était efficace à 100%. Je vais essayer", a-t-il dit.

Chaque année, il y a deux éclipses totales du Soleil, mais selon la période de l'année et le moment de la journée elles sont plus ou moins visibles pour la population.

Malgré les nuages noirs qui obscurcissent le ciel de Pucon, "l'atmosphère qu'on va vivre restera inestimable", tentait de se consoler Nicolas Tamayo, un touriste chilien de 28 ans, espérant une improbable éclaircie au moment crucial.

Le phénomène va ensuite traverser la Cordillère des Andes pour être visible en Patagonie, dans le sud de l'Argentine, où il ne pleuvait pas lundi matin mais où un vent fort agite le ciel, faisant craindre l'arrivée de nuages.

Près de la ville touristique de Bariloche, (sud) plusieurs familles attendaient dans un camping l'arrivée de l'éclipse. Un groupe de touristes américains était anxieux lundi matin en pointant les yeux vers le ciel, égrenant le complexe parcours administratif et les tests de détection du Covid-19 avant de bénéficier des autorisations pour atteindre la ville.

Mais le ciel est resté immaculé de nuages, et la lune a commencé à grignoter le soleil. Les sourires sont radieux derrières les lunettes de protection, chacun attendant le spectacle grandiose de la nuit qui va survenir en plein jour.