Sans public mais pas sans enjeu: la Coupe du monde messieurs de biathlon entame vendredi sa dernière ligne droite avec l'étape de Nove Mesto, prévue à huis clos pour cause de nouveau coronavirus et où Martin Fourcade devra contenir la pression de ses rivaux pour sécuriser sa route vers un 8e gros globe de cristal.

A sept courses du terme de la saison, le suspense reste entier et ils sont trois à pouvoir encore rêver de la place de N.1 mondial: le leader Fourcade (788 points), son compatriote Quentin Fillon-Maillet (2e avec 712 points) et le tenant du titre norvégien Johannes Boe (3e avec 690 points). Pas question donc pour l'un de ces trois prétendants de se manquer ce week-end sous peine de dilapider une partie de ses chances avant de se rendre à Kontiolahti (12 au 15 mars) et à Oslo (20 au 22 mars).

Le contexte sera toutefois assez particulier. Le gouvernement tchèque a en effet décidé de faire disputer les épreuves (sprint, relais, mass start) sans public, après l'annonce des trois premiers cas de la maladie Covid-19 dans le pays. Un choix pas réellement du goût de tout le monde sur le circuit.

"L'incohérence continue avec le #COVID19… Les fans tchèques ne pourront pas assister aux épreuves alors qu'il n'y a aucun souci pour que la caravane du biathlon se rende là-bas alors que nous étions tous en Italie il y a seulement 7 jours… (pour les Championnats du monde, ndlr)", a écrit Fourcade lundi sur Twitter. Le Tchèque Michal Krcmar a utilisé une formule plus osée, estimant que le huis clos était "comme du sexe sans orgasme".

- Boe le plus dangereux -

L'ambiance fera défaut mais il serait étonnant que l'absence de spectateurs vienne perturber un trio obnubilé par la quête du gros globe.

Fourcade est celui qui a le plus à perdre. Le quintuple champion olympique doit décider en fin de saison de la suite de sa carrière et on imagine que s'il parvenait à s'imposer, il pourrait tirer sa révérence la tête haute. D'autant que le Français (31 ans) a profité des Mondiaux d'Anterselva pour combler deux gros vides dans sa riche collection de trophées: il a rejoint dans les annales Ole-Einar Bjoerndalen avec un 11e titre mondial sur le plan individuel et il a enfin décroché une médaille d'or avec le relais français.

Revenu sur le devant de la scène après un exercice 2018-2019 catastrophique, Fourcade doit forcément rêver d'une fin en forme d'apothéose. Mais sa marge de manoeuvre n'est pas aussi grande que les écarts en tête du classement peuvent le laisser paraitre.

Selon le règlement de la Fédération internationale de biathlon (IBU), il faudra retrancher à chaque biathlète ses deux plus mauvais résultats à la fin de l'hiver. Boe, qui a manqué deux étapes en janvier pour cause de paternité (Oberhof, Ruhpolding), ne se verra ainsi pas enlever de points, contrairement à Fourcade et à Fillon-Maillet, et reste l'adversaire le plus dangereux.

"Cela va être une grosse bagarre, selon Fourcade. J'avais dit que Johannes Boe restait pour moi le favori du général quand il a décidé de faire une pause en janvier. Aujourd'hui, on se retrouve avec 50/50 de chances de gagner parce que j'ai une faible avance. Ça va être serré."