Le président élu des Etats-Unis Joe Biden a confirmé mardi avoir choisi le général afro-américain Lloyd Austin comme prochain ministre de la Défense, une nomination qu'il a qualifiée de "nécessaire" et "historique".

Si sa nomination est confirmée par le Sénat, Lloyd Austin, 67 ans, sera le premier Afro-américain à diriger le Pentagone, une institution où les minorités sont fortement représentées à la base mais peu encore au sommet.

Ce général de l'armée de Terre à la retraite, qui a combattu en Irak et en Afghanistan avant de devenir le premier homme de couleur à diriger le commandement central de l'armée américaine (Centcom), "est particulièrement qualifié pour affronter les défis et crises auxquels nous faisons face actuellement", a écrit le président-élu démocrate dans un communiqué.

"Le général Austin partage ma conviction profonde que notre pays est plus fort lorsqu'il guide non seulement par l'exemple de notre pouvoir mais aussi par le pouvoir de notre exemple", a ajouté Joe Biden.

"Personnalité brillante et respectée, figure pionnière de l'histoire de l'armée américaine, le ministre désigné Austin a pris sa retraire de l'armée en 2016 après plus de 40 ans de service dans la défense de l'Amérique", souligne le communiqué.

- Réticences -

Selon une source proche de l'équipe de transition citée par CNN, les deux hommes ont tissé des liens personnels par l'intermédiaire du fils de Joe Biden, Beau, terrassé par un cancer en 2015 après avoir combattu en Irak sous les ordres du général Austin.

Beau Biden et Lloyd Austin sont devenus amis, a précisé cette source à CNN. "Ils allaient à la messe ensemble et s'asseyaient l'un à côté de l'autre quasiment chaque dimanche".

Issu de la prestigieuse académie militaire de West Point, le général Austin s'était reconverti dans l'industrie de la défense, comme nombre de ses prédécesseurs. Il siège notamment au conseil d'administration de Raytheon Technologies.

Mais sa confirmation par le Sénat n'est pas acquise: dès les premières informations de presse sur sa possible nomination, des voix se sont élevées pour regretter le choix d'un ex-militaire récemment retraité pour superviser une armée américaine parfois accusée d'avoir trop d'influence.

Le Congrès américain, qui tient au contrôle civil sur les militaires, a adopté une règlementation stipulant qu'un ancien militaire doit être à la retraite depuis plus de 7 ans pour devenir ministre de la Défense.

Comme ce délai ne serait pas respecté avec Lloyd Austin, le Sénat devra lui accorder une dispense. Il l'a fait en 2016 pour l'ex-général des Marines Jim Mattis, mais en protestant. Et parmi ceux qui avaient voté contre cette dispense figurent plusieurs grands noms du parti démocrate, notamment les anciens candidats à la primaire démocrate Bernie Sanders, Elizabeth Warren et Cory Booker.

Plusieurs sénateurs démocrates ont déjà annoncé mardi qu'ils s'y opposeraient, comme l'influent sénateur du Connecticut Richard Blumenthal ou l'élu de Virginie Tim Kaine.

- "Historique" -

Dans une tribune publiée mardi par la revue The Atlantic sous le titre "Un ministre de la Défense expérimenté, nécessaire et historique", Joe Biden a tenté de désamorcer la polémique.

"Je respecte et je crois à l'importance du contrôle civil sur notre armée", a-t-il assuré. Mais "j'espère que le Congrès va accorder une dispense au ministre-désigné Lloyd Austin, comme il l'a fait pour Jim Mattis".

"Compte tenu des menaces immenses et urgentes auxquelles notre pays est confronté, il faut qu'il soit confirmé rapidement", a-t-il ajouté.

Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, première femme et première personne noire à occuper ce poste, ont promis un gouvernement qui "ressemble à l'Amérique", dans toute sa diversité.