Onze manifestants opposés à la junte ont été tués lundi en Birmanie, où le blocage de réseaux de données mobiles a été maintenu dans la journée, empêchant une comparution en vidéoconférence de l'ex-dirigeante Aung San Suu Kyi.

Une quarantaine de civils avaient péri dimanche dans les violences, le bilan quotidien le plus lourd depuis le coup d'Etat militaire du 1er février.

Au total, au moins 138 manifestants pacifiques" ont été tués ces six dernières semaines, a déploré lundi le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Stéphane Dujarric, dénonçant un "week-end de bain de sang".

Malgré la répression meurtrière de la veille, des contestataires sont redescendus dans les rues lundi et c'est dans le centre de la Birmanie que le nombre des personnes tuées a été le plus élevé.

Six personnes, dont une femme, ont été abattues et seize personnes blessées à Myingyan, a dit à l'AFP un habitant de cette localité sous couvert d'anonymat, de peur de représailles.

Egalement dans le centre, à Aunglan, "deux hommes ont été tués par balle", l'un visé à la tête et l'autre à la poitrine, et "six autres ont été blessés", a raconté à l'AFP un témoin.

La télévision d'Etat a pour sa part confirmé lundi qu'un policier avait été tué à Bago, une ville au nord-est de Rangoun, au cours d'une manifestation.

Dimanche, les tensions avaient été particulièrement fortes à Hlaing Tharyar, une banlieue industrielle de Rangoun, où des assaillants avaient incendié plusieurs usines chinoises et 22 protestataires avaient été tués par les forces de l'ordre.

Le ressentiment à l'égard de la Chine s'est intensifié ces dernières semaines en Birmanie, certains estimant que sa position vis-à-vis des généraux birmans n'est pas assez ferme.

Pékin s'est toutefois déclaré lundi "très préoccupé" par la sécurité des ressortissants chinois dans ce pays, exhortant les autorités à prendre des mesures pour "éviter résolument que de tels incidents ne se reproduisent".

La riposte de l'armée a également continué sur le terrain judiciaire : l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP) recense désormais plus de 2.000 arrestations dont celle d'Aung San Suu Kyi, 75 ans, toujours mise au secret.

L'ancienne cheffe de facto du gouvernement civil devait comparaître par vidéoconférence dans la matinée, mais l'audience a dû être reportée faute d'internet, a dit à l'AFP son avocat Khin Maung Zaw. Elle se déroulera le 24 mars.

Les connexions mobiles, coupées depuis plusieurs semaines dans la nuit mais habituellement rétablies dans la matinée, étaient toujours impossibles lundi.

La lauréate du prix Nobel de la paix 1991 est poursuivie pour au moins quatre chefs d'accusation : importation illégale de talkies-walkies, non respect des restrictions liées au coronavirus, violation d'une loi sur les télécommunications et incitation aux troubles publics.

Elle est aussi accusée de corruption, le régime affirmant qu'elle a perçu en guise de pots-de-vin 600.000 dollars et plus de 11 kilos d'or.

- "S'opposer au coup d'Etat" -

Les généraux birmans "ne doivent pas être au pouvoir, mais derrière les barreaux", a tweeté lundi Tom Andrews, le rapporteur spécial des Nations unies pour la Birmanie, appelant à immédiatement stopper l'"approvisionnement en argent et en armes" des militaires.

L'envoyée de l'ONU pour la Birmanie, Christine Schraner Burgener, a fermement condamné l'effusion de sang de dimanche et l'ancienne puissance coloniale britannique s'est dite "consternée" par l'usage de la force "contre des innocents".

"La junte militaire répond aux appels au rétablissement de la démocratie en Birmanie par des balles", a de son côté réagi lundi le département d'Etat américain, exhortant "tous les pays à prendre des mesures concrètes pour s'opposer au coup d'Etat et à l'escalade de la violence".

Mais la junte ignore pour l'instant les condamnations internationales.

L'opposition politique commence, quant à elle, timidement à s'organiser.

Beaucoup de responsables de la Ligue nationale pour la démocratie (LND, le parti d'Aung San Suu Kyi) ont été emprisonnés depuis le putsch, dont deux sont morts en détention.

Néanmoins, certains députés, passés pour la plupart dans la clandestinité, ont symboliquement créé un Comité pour représenter l'Assemblée de l'Union (CPRH), l'organe législatif birman.

Son vice-président, Mahn Win Khaing Than, a lancé ce week-end un vibrant appel à la résistance contre la "dictature injuste". "C'est le moment le plus sombre de la nation (mais) il faut que le soulèvement l'emporte", a-t-il déclaré.

L'armée a pour sa part averti que l'appartenance à ce comité s'apparentait à une "haute trahison", un crime passible d'une peine de 22 ans de prison.

Le passage en force des généraux, alléguant de vastes fraudes électorales aux législatives de novembre massivement remportées par la LND, a mis fin à une décennie de transition démocratique en Birmanie.