L'ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, détenue depuis le coup d'Etat militaire du 1er février, a été accusée jeudi d'avoir violé une loi sur les secrets d'Etat datant de l'époque coloniale, au lendemain d'une mise en garde de l'ONU contre un risque de "bain de sang imminent" en Birmanie.

Les autorités "ont entamé le 25 mars une nouvelle procédure, l'accusant d'avoir violé la loi sur les secrets d'Etat", a dit à l'AFP son avocat, Khin Maung Zaw.

Elles ont également ordonné aux fournisseurs d'accès de suspendre les connexions internet sans fil dans le pays "jusqu'à nouvel ordre", a indiqué un opérateur de télécommunications.

Les autorités ont déjà ordonné la suspension des transferts de données mobiles et cette nouvelle coupure risque de paralyser les communications en ligne dans le pays où très peu de gens ont accès à des lignes fixes.

Cette "coupure d'internet" a été condamnée jeudi par plusieurs dizaines de pays membres de l'ONU qui ont dénoncé, dans une déclaration rédigée par la Lituanie, la France et la Grèce, "les attaques" contre les médias dans le pays.

"Nous condamnons fermement (...) l'utilisation des coupures d'internet pour restreindre l'accès à l'information et le ciblage spécifique apparent de journalistes locaux et internationaux", indique la déclaration des trois pays européens, co-présidents à l'ONU du Groupe des amis de la protection des journalistes.

Plus de 535 personnes, dont de nombreux étudiants, des adolescents et de jeunes enfants, ont été tués par les forces de sécurité en deux mois, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP). Des centaines d'autres, détenues au secret, sont portées disparues.

Aung San Suu Kyi, 75 ans, a comparu en visioconférence devant un tribunal de Naypyidaw, la capitale, pour une audience portant sur des questions administratives, comme la désignation officielle des huit avocats de son équipe de défense.

Elle paraissait en "bonne condition physique" et était "brillante et charmante comme toujours", a commenté l'un de ses avocats, Khin Maung Zaw.

Son équipe de défense l'avait vue la veille par vidéo et sous surveillance policière pour la première fois depuis le putsch.

"Elle a demandé une rencontre entre elle et ses avocats - une réunion privée pour donner ses instructions à sa défense et discuter de l'affaire sans ingérences extérieures de la police ou des forces armées", a-t-il ajouté.

La prochaine audience est fixée au 12 avril.

La lauréate du prix Nobel de la paix 1991 est également poursuivie pour "incitation aux troubles publics". Des accusations d'avoir perçu plus d'un million de dollars et 11 kilos d'or de pots-de-vin s'y ajoutent, mais elle n'a pas encore été inculpée de "corruption". Si elle est reconnue coupable, elle encourt de longues années de prison, risquant d'être bannie de la vie politique.

- Autodafé de la Constitution -

D'ex-députés de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), ont annoncé mercredi la formation pendant la première semaine d'avril d'"un nouveau gouvernement civil" de résistance.

Dans la clandestinité depuis le coup d'Etat, ils ont aussi annoncé que la Constitution de 2008 rédigée par le régime militaire précédent était "annulée". Jeudi, des protestataires ont brûlé une pile de copies du texte dans une rue de Rangoun, la capitale économique, où deux supermarchés appartenant à l'armée ont été incendiés dans la nuit.

Un manifestant âgé de 31 ans a été tué à Monywa (centre) et dix autres blessés, a dit un secouriste à l'AFP.

Une autre personne a également péri et six ont été blessées à Mandalay, la deuxième ville, selon un secouriste et un médecin.

Des veillées à la bougie et des prières silencieuses se sont déroulées à la mémoire des "martyrs" morts ces deux derniers mois et des manifestants ont défilé à Rangoun avec des larmes de sang peintes sur le visage. Des dizaines de milliers de fonctionnaires et de salariés du privé sont toujours en grève.

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a accusé les forces de sécurité de s'en prendre aux secouristes.

"Des médecins et des secouristes de la Croix-Rouge en Birmanie ont été arrêtés de façon injustifiée, intimidés ou blessés et des biens et des ambulances de la Croix-Rouge ont été endommagés. C'est inacceptable", a déclaré le directeur régional de l'organisation pour l'Asie-Pacifique, Alexander Matheou.

- Conseil de sécurité divisé -

Au cours d'une réunion d'urgence à huis clos mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU demandée par Londres, l'émissaire de l'ONU pour la Birmanie, Christine Schraner Burgener, a mis en garde contre "un risque de guerre civile à un niveau sans précédent", exhortant à "envisager tous les moyens à sa disposition pour (...) éviter une catastrophe multidimensionnelle au cœur de l'Asie".

Mais ses 15 membres restent divisés. Si Washington et Londres ont défendu la mise en œuvre de sanctions par l'ONU, Pékin, un allié traditionnel de l'armée birmane, a fermement rejeté cette idée, tout en appelant à "revenir à une transition démocratique".

L'ancienne puissance coloniale, le Royaume-Uni a sanctionné jeudi un deuxième conglomérat lié à l'armée, Myanmar Economic Corporation (MEC), une semaine après des sanctions communes avec Washington ayant visé Myanmar Economic Holdings Ltd (MEHL).

Les violences contre les civils ont déclenché la colère parmi la vingtaine de factions ethniques rebelles que compte la Birmanie. Certaines ont lancé des attaques contre la police et l'armée, cette dernière ayant riposté par des raids aériens.

L'armée avait conclu ces dernières années un cessez-le-feu avec plusieurs de ces groupes luttant contre le gouvernement depuis l'indépendance en 1948. Mais depuis le putsch, quelques-uns d'entre eux ont apporté leur soutien au soulèvement populaire et repris les armes ou menacé de le faire.