Des habitants de Rangoun fuient en nombre vendredi la principale ville de Birmanie où la junte intensifie sa répression meurtrière, décidée à éliminer toute dissidence pro-démocratie.

Plus de 220 civils ont été tués à travers le pays depuis le coup d'Etat militaire du 1er février qui a renversé Aung San Suu Kyi.

Le bilan pourrait être beaucoup plus lourd, des centaines de personnes arrêtées ces dernières semaines sont détenues au secret et portées disparues.

Face à cela, l'exode s'intensifie à Rangoun, ville de quelque cinq millions d'habitants en partie soumise à la loi martiale.

Vendredi matin, d'importants bouchons avec des véhicules plein à craquer se sont formés sur un des principaux axes pour sortir de la capitale économique, d'après des images diffusées par un média local.

"Je rentre chez moi dans l'Etat Rakhine", dans l'ouest du pays, confie à l'AFP une habitante qui a décidé de prendre le bus.

"Je ne me sens plus en sécurité, je ne dors plus la nuit. Dans mon quartier, les forces de sécurité ont enlevé des gens et les ont torturés".

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'internautes encourageaient la population à partir car "la situation dans la ville est effrayante", mais certains les imploraient de rester par "solidarité".

"C'était beaucoup trop stressant de vivre à Rangoun", raconte un jeune orfèvre qui a réussi à gagner Kyaukpyu, une ville côtière à plus de 600 kilomètres de là.

- Afflux de réfugiés -

De l'autre côté de la frontière, les autorités thaïlandaises se préparent à recevoir un afflux de réfugiés.

"Nous sommes en mesure d'en accueillir de 30 à 50.000", a indiqué à l'AFP le gouverneur de la province de Tak, Pongrat Piromrat.

Quelque 90.000 réfugiés birmans vivent déjà le long de la frontière poreuse de 1.800 kilomètres qui séparent les deux pays, après avoir fui des décennies de guerre civile entre l'armée et des factions rebelles.

Les forces de sécurité poursuivent sans relâche leur répression, notamment dans la capitale économique où elles sont déployées en nombre.

"Meurtres, tortures, destruction de maisons et autres biens privés, pillage": les tactiques déployées contre les habitants s'intensifient, relève l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

"La junte insuffle un climat de peur et de subordination", ajoute l'ONG qui fait un point quotidien sur la situation depuis le putsch.

Des habitants sont aussi "forcés, sous la menace d'une arme à feu, à détruire les barricades" de fortune érigées ces derniers temps par les manifestants pro-démocratie contre les forces de sécurité.

La Birmanie se referme chaque jour davantage. Les connexions internet restent très perturbées et seuls les médias d'Etat couvrent désormais la crise.

Les arrestations s'enchaînent, avec plus de 2.200 personnes interpellées depuis le coup d'Etat, notamment au sein du parti d'Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Dernières en date, celles de Kyi Toe, chargé de l'information et d'un autre responsable du mouvement, a-t-on appris auprès d'un ex-député LND. Deux membres sont morts en détention.

- "Haute trahison" -

Un des plus hauts responsables du parti, Mahn Win Khaing Than, à la tête d'un parlement fantôme - constitué depuis le putsch pour dénoncer le régime militaire et tenter de résister politiquement - a été inculpé, ont fait savoir les médias d'Etat. Il est poursuivi pour "haute trahison", un crime passible de 22 ans de détention.

L'étau judiciaire se resserre sur Aung San Su Kyi, mise au secret depuis son arrestation le 1er février.

Déjà inculpée à plusieurs reprises et accusée d'avoir perçu des centaines de milliers de dollars de pots-de-vins, elle est visée par une énième enquête sur des loyers sous-évalués par la Fondation Daw Khin Kyi, créée par l'ex-dirigeante sous le nom de sa mère.

Pour son avocat, qui n'a toujours pas été autorisé à rencontrer sa cliente, ces accusations "sont sans fondement et absurdes (...) la plupart des Birmans n'y croiront pas".

Si elle est reconnue coupable des faits qui lui sont reprochés, la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 encourt de longues années de prison et pourrait être exclue de la vie politique. Une audience doit se tenir le 24 mars.

Les généraux continuent de faire la sourde oreille aux multiples condamnations internationales et font fi des sanctions imposées par les Etats-Unis, l'Union européenne et le Royaume-Uni.

Bruxelles pourrait annoncer de nouvelles mesures coercitives dans les jours qui viennent.

À Genève, les experts des droits de l'homme de l'ONU envisagent que les États s'appuient sur le principe de la compétence universelle pour poursuivre les généraux "responsables d'actes pouvant constituer des crimes contre l'humanité".