Le cacique brésilien Raoni Metuktire, défenseur emblématique des droits des indigènes, demeure hospitalisé dans un état "stable" après avoir été contaminé par le nouveau coronavirus, selon le bulletin médical publié mercredi.

"Son état général est bon, mais il restera hospitalisé, sous observation, sans prévision de sortie", a expliqué l'hôpital Dois Pinheiros de Sinop, dans l'Etat du Mato Grosso (centre-ouest), où le chef issu du peuple Kayapo a été admis vendredi.

Les médecins de cet hôpital situé à 200 km du village de Raoni disent avoir retiré le cathéter nasal utilisé les jours précédents pour faciliter sa respiration.

Le bulletin médical fait également état d'une "amélioration" des problèmes "d'inflammation cardiaque" détectées lors d'examens lundi. Mardi, l'hôpital avait également relaté des problèmes d'arythmie cardiaque.

Raoni, dont l'age est estimé à 90 ans, avait déjà été hospitalisé dans le même établissement pendant une semaine il y a un mois, pour soigner des ulcères gastriques et intestinaux.

Le célèbre cacique au plateau labial proéminent est physiquement affaibli et a été très affecté par le décès de son épouse Bekwyjka le 23 juin d'un accident vasculaire cérébral.

Les populations indigènes ont été durement frappées par la pandémie en raison entre autres d'une immunité faible: près de 30.000 autochtones ont été contaminés et 775 en sont morts, selon les dernières données de l'APIB, l'Association des peuples indigènes du Brésil.

Ces 30 dernières années, Raoni Metuktire a fait une vingtaine de tournées hyper-médiatisées autour du monde, y croisant deux papes, l'empereur du Japon, le prince Charles ou encore les quatre derniers présidents français.