Le porte-conteneurs Ever Given, qui obstrue le canal de Suez depuis près d'une semaine, se trouvait lundi matin à 80% dans la "bonne direction", mais les opérations se poursuivaient afin de le renflouer totalement.

Cette annonce tôt lundi matin augure d'une sortie de crise proche après cet incident qui occasionne depuis mardi des milliards de dollars de pertes et qui, selon la revue spécialisée britannique Lloyd's List, causait lundi un embouteillage de 425 navires attendant de pouvoir franchir ce goulot d'étranglement du commerce maritime mondial.

Il faudra "trois jours et demi environ" pour que ces navires "traversent le canal", a déclaré Ossama Rabie, président de l'Autorité du canal de Suez (SCA), sur la chaîne locale de télévision Sadaa al-Balad, précisant que la voie d'eau allait fonctionner "24 heures sur 24, immédiatement après le renflouement du navire".

Il n'a pas précisé quand le porte-conteneurs pourra être complètement dégagé.

M. Rabie avait annoncé plus tôt dans un communiqué que le positionnement du navire avait "été rétabli à 80% dans la bonne direction", tout en précisant que la poupe s'était "éloignée de 102 mètres de la rive alors qu'elle était à quatre mètres seulement" auparavant.

Il avait également fait état d'un début de renflouement du navire "avec succès".

"Les manoeuvres de renflouement vont reprendre quand le débit de l'eau augmentera à nouveau à partir de 11H30 locales (09H30 GMT)", avait-il précisé, ajoutant que l'eau devait atteindre le niveau suffisant "afin de renflouer totalement le navire de façon à la repositionner au milieu de la voie d'eau".

- Manoeuvres -

Une porte-parole de Maersk a indiqué lundi matin à l'AFP que le géant danois du transport maritime attendait "les prochaines étapes. C'est trop tôt pour dire combien de temps cela prendra pour remorquer le navire et quand le canal de Suez sera rouvert".

Une image obtenue par l'AFP lundi matin, montre la poupe de l'Ever Given éloignée de la rive ouest du canal, ainsi que plusieurs remorqueurs manoeuvrant autour du géant des mers --400 mètres de longueur et de plus de 200.000 tonnes-- qui s'était mis en travers de la voie d'eau.

Un porte-parole de Shoei Kisen, entreprise japonaise propriétaire du navire, avait fait savoir peu avant l'annonce de la SCA que le navire géant avait "tourné" mais ne "flottait pas" encore.

Il était "bloqué à un angle de 30 degrés" par rapport au bord du canal mais il a désormais davantage d'amplitude de mouvement, avait-il précisé.

Selon un responsable du canal s'exprimant lundi auprès de l'AFP sous couvert d'anonymat, les équipes "ont procédé à des vérifications techniques et ils se sont assurés que le moteur du navire fonctionnait".

Dans un communiqué publié vers 05H00 (03H00 GMT), la SCA avait expliqué que les manoeuvres de remorquage pour le renflouement avaient "commencé à l'aide de dix remorqueurs géants".

Le remorqueur néerlandais Alp Guard est arrivé dans la nuit de dimanche à lundi et l'Italien Carlo Magno se trouvait lui aussi sur place lundi matin, selon des sites de visualisation maritime.

Le porte-parole de la SCA, George Safwat, a précisé dimanche matin que quelque 27.000 m3 de sable avaient été dégagés, à 18 mètres de profondeur. Mais les autorités ont reconnu rencontrer des difficultés, notamment en raison de la nature "rocheuse" du sol.

Selon Ihab Talaat el-Bannane, ancien amiral égyptien, "l'accident s'est produit dans la partie du canal où le sol est rocheux et qui avait d'ailleurs été le plus difficile à creuser".

L'Ever Given s'est coincé mardi en diagonale du canal, bloquant complètement cette voie d'eau large d'environ 300 mètres parmi les plus fréquentées au monde.

- Plus de 400 navires bloqués -

Le canal de Suez, long de quelque 190 km, voit passer environ 10% du commerce maritime international et chaque journée d'indisponibilité entraîne d'importants retards et coûts.

Plus de 400 navires étaient coincés lundi matin aux extrémités et au milieu du canal reliant la mer Rouge à la mer Méditerranée.

L'assureur Allianz a estimé vendredi que chaque jour d'immobilisation pourrait coûter entre six et 10 milliards de dollars.

La valeur totale des biens bloqués ou devant emprunter une autre route diffère selon les estimations, oscillant entre trois et 9,6 milliards de dollars.

Les cours du pétrole ont connu de brusques hausses depuis le début de l'incident.

Les autorités du canal ont affirmé que l'Egypte perdait entre 12 et 14 millions de dollars par jour de fermeture. Près de 19.000 navires ont emprunté le canal en 2020, selon la SCA.