Cinquième journée de pic de pollution, circulation alternée à Paris et petite couronne

Publié le à Paris (AFP)

A l'issue d'une cinquième journée de pic de pollution samedi, Jean-Marc Ayrault a décidé de mettre en place lundi matin la circulation alternée à Paris et sa petite couronne, un dispositif qui pourrait être assez impopulaire à quelque jours du premier tour des municipales.

La circulation alternée, qui prévoit d'alterner les véhicules entre plaques paires et impaires selon les jours, a été testée une seule fois en 1997. Elle avait, selon le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, laissé "un mauvais souvenir", alors que selon le président d'Airparif, Jean-Félix Bernard, l'association avait "constaté une diminution assez nette" de la pollution alors et la mesure avait été "bien reçue".

Dans son communiqué, le Premier ministre se dit "conscient des difficultés que cette mesure risque d'entraîner dans la vie quotidienne des franciliens". "Mais, cette mesure supplémentaire est nécessaire", ajoute M. Ayrault qui "fait confiance à l'esprit de responsabilité et de civisme de chacune et de chacun".

Dans la pratique, lundi à partir de 05h30, seuls les véhicules, y compris les deux roues immatriculés, portant une plaque impaire pourront circuler. Toutefois, les véhicules électriques ou hybrides seront autorisés, quel que soit leur numéro d'immatriculation, de même que les voitures avec au moins trois personnes à bord. Tous les poids lourds seront interdits à l'exception des véhicules d'urgences et des camions frigorifiques.

Les transports en commun continueront à être gratuits.

L'association 40 millions de consommateurs a jugé la circulation alternée "inapplicable" "stupide" et "electoraliste" dans ces départments très fréquentés.

"Il faudrait préciser les modalités car il y a deux types de plaques d'immatriculation. On va donc interdire tout un département de rouler car il a un numéro pair ou impair ? Qui va contrôler la circulation ? Comment ?", s'est interrogé son président Pierre Chasseray.

Depuis le début de la semaine, l'image d'une Tour Eiffel masquée par un voile jaune de pollution, diffusée en boucle sur les chaînes de télévision, symbolise à elle seule l'étendue du problème.

Samedi encore, le seuil d'alerte maximal aux particules a été dépassé pour la cinquième journée consécutive dans plusieurs régions, principalement du nord de la France, mais la situation s'améliorait grâce à un vent plus favorable.

Dans les régions au nord de la Seine, le vent est faible mais il a changé de provenance, selon Météo France. Il vient du Nord-Ouest, apportant donc l'air de l'Atlantique, alors que ces derniers jours, il venait du Nord-Est, véhiculant des particules fines venant notamment d'Allemagne.

Grâce à un mistral assez important, plus aucun département de Provence-Alpes-Côte d?Azur n?était en alerte samedi. La qualité de l?air est toutefois encore classée de "moyenne à médiocre" dans les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse.

En Ile-de-France, "il y a une telle quantité de pollution qui s'est accumulée sur la région qu'il va falloir du temps pour l'évacuer", explique Airparif.

- Une décision pour "anticiper un risque"-

Mais dimanche, la situation sera meilleure: le seuil d'information (à partir de 50 microgrammes de particules par m3) ne devrait pas être atteint. En revanche, la situation devrait se dégrader à nouveau lundi, mais sans atteindre les niveaux de jeudi et vendredi.

Cette décision a été prise "pour anticiper un risque" lundi de dépassement du seuil d'alerte aux particules, a-t-on fait valoir à Matignon.

Le candidat écologiste à la mairie de Paris, Christophe Najdovski, qui depuis le début de la semaine, n'avait cessé d'appeler à des mesures nouvelles, a salué la décision du gouvernement. Il a toutefois estimé qu'elle était "extrêmement tardive" et ne réglerait "rien sur le fond". Pour lui, il faut engager "la sortie du diesel".

Dans le Nord-Pas de Calais, le niveau d'alerte "devrait prendre fin dans la soirée", selon Atmo.

En Normandie, la situation devrait également s'améliorer dimanche. D'ores et déjà, les taux de particules PM10 ont commencé à diminuer samedi après-midi.

A Lyon, le niveau d'alerte est resté en cours samedi, selon la préfecture du Rhône, qui souligne que cet épisode est marquant plus par sa durée que pas son intensité.

En Bourgogne, le seuil d'alerte est resté activé dans la région chalonaise et mâconaise (Saône-et-Loire) ainsi que dans l'Auxerrois.

Le niveau d'alerte a été maintenu samedi dans les six départements de la région Centre mais la tendance est à l'amélioration.

Afin d'inciter les automobilistes à laisser leur voiture, plusieurs villes - Caen, Rouen, Boulogne-sur-Mer, Grenoble, Le Mans, Tours, Reims, Nancy, Metz, Dijon, Lyon et Bordeaux -, comme dans toute l'Ile de France, les transports en commun sont gratuits.

D'autres mesures - restriction de la vitesse sur certains axes, détournement de poids lourds, restriction d'activité industrielle, interdiction des feux de cheminée - ont aussi été décidées.

Dans une interview à Libération samedi, Philippe Martin a déclaré travailler à des mesures pérennes avec les collectivités territoriales qui se traduiront par l'annonce d'ici l'été d'un plan de protection de l'atmosphère des zones les plus touchées.

Les particules peuvent provoquer de l'asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardiovasculaires, et les plus fines d'entre elles ont été classées "cancérogènes certains" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.