La France muscle sa réponse face au coronavirus à une semaine des municipales et se tient prête à une aggravation de la situation qui fait déjà souffrir l'économie et bouscule l'organisation de nombreux événements, comme le match PSG-Dortmund qui se jouera sans public.

La Banque de France a prévenu lundi que la croissance n'atteindrait que 0,1% au premier trimestre, contre 0,3% escomptés il y a un mois, avec d'inévitables conséquences sur l'emploi.

Pour freiner au maximum la propagation du virus, "tous les rassemblements de plus de 1.000 personnes sont désormais interdits", en plein air comme en milieu clos, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran dimanche, une mesure s'ajoutant à la fermeture de tous les établissements scolaires et crèches dans les endroits les plus touchés.

Conséquences immédiates: le match de Ligue des champions PSG-Dortmund mercredi se déroulera à huis clos au Parc des princes, sur décision du préfet de police, et la rencontre de rugby France-Irlande prévue samedi au Stade de France a été reportée, selon des sources concordantes.

La Philharmonie de Paris annule elle tous ses concerts à partir de lundi soir, une décision qui devrait être suivie de beaucoup d'autres. Jusqu'ici, seuls les rassemblements en intérieur de plus de 5.000 personnes étaient interdits.

Des exceptions sont prévues: les manifestations de rue, les concours et le recours aux transports en commun. Préfets et ministères devront faire "remonter une liste d'événements considérés comme utiles à la vie de la nation".

- "Comme dans un film" -

Environ 350.000 élèves sont pour leur part restés chez eux, avec un enseignement à distance. C'est le cas dans "l'Oise, tout le Haut-Rhin, une partie du Morbihan et la ville d'Ajaccio", selon le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer.

Une ville comme Ajaccio offrait lundi son visage des fins de semaine, a constaté l'AFP, avec des places de stationnement libres à foison.

"On a l'impression d'être dans un film", confie la directrice de l'école primaire Forcioli Conti, Marie-Ange Ciccada, qui n'a pas vu un parent d'élève, évoquant "une inquiétude raisonnée".

Deuxième pays le plus affecté en Europe après l'Italie, l'Hexagone, où cinq députés sont désormais testés positifs, compte 1.126 personnes contaminées depuis fin janvier et 19 morts, tous âgés de plus de 60 ans et/ou atteints d'autres pathologies qui les fragilisaient.

xPar précaution les visites des moins de 15 ans ont été interdites depuis la fin de semaine dernière dans les maisons de retraite et, plus largement, dans les établissements de santé, les visites sont limitées à une personne par patient et les malades priés de s'abstenir.

A ce stade, les dispositifs d'urgence, "plan blanc" pour les hôpitaux, "plan bleu" pour les EHPAD, ne sont activés qu'au cas par cas, sur décision des directeurs d'établissement en concertation avec la Direction générale de la Santé.

Le ministre de la Santé va aussi assouplir les conditions des téléconsultations et a signé un décret qui déplafonne les heures supplémentaires pour les professionnels de santé à l'hôpital.

Face à la situation exceptionnelle, la France se prépare au passage au stade 3 de l'état d'alerte, "inexorable" selon M. Macron, et qui devrait survenir dans les prochains jours au coup par coup.

- "solidarité avec les PME" -

Ce stade 3 correspond à l'épidémie constatée au plan national et ne vise donc plus à enrayer la propagation du virus mais à en atténuer les conséquences. Il prévoit la mobilisation de tous les secteurs de soin et la mobilisation de tous les professionnels de santé, y compris la "réserve sanitaire", comme des médecins retraités sur la base du volontariat.

De nombreux secteurs sont affectés, en particulier du spectacle et de l'événementiel, a insisté lundi matin le ministre de l’Économie Bruno Le Maire qui a appelé les grandes entreprises "à faire preuve de solidarité avec les PME".

Le Musée du Louvre, sans fermer ses portes comme la semaine dernière, régule désormais ses entrées, en les réservant uniquement aux visiteurs munis d'un e-billet et à ceux bénéficiant d'une entrée gratuite, selon la direction.

La question se pose évidemment sur la tenue des élections municipales dont le premier tour aura lieu dimanche: 16% des électeurs se disent "certains" de ne pas aller voter à cause du virus et 12% pensent que c'est "probable", soit 6 à 8 millions d’électeurs rapporte un sondage Ifop publié lundi sur l'impact du coronavirus (sondage en ligne du 5 mars auprès de 1.008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus).