Les pays du monde entier se barricadent devant la pandémie du nouveau coronavirus, désormais concentrée en Europe, qui a infecté plus de 150.000 personnes, notamment en Espagne qui a décidé d'une mise à l'isolement quasi-totale.

Aucun individu sur la planète ne semble à l'abri, pas même Donald Trump qui a annoncé s'être soumis au test. Le président américain, qui suscite de nombreuses interrogations depuis qu'il a été en contact le week-end dernier avec deux personnes testées positives au coronavirus, a indiqué que les résultats du test seraient connus "dans un jour ou deux" (dimanche ou lundi).

Devant la progression de la pandémie, le monde se barricade toujours plus: Madrid a pris des mesures particulièrement radicales avec une quarantaine quasi-totale imposée aux Espagnols et décrété l'état d'alerte pour quinze jours.

L'Espagne est le deuxième pays le plus touché d'Europe avec 5.753 cas dont plus de 1.500 depuis vendredi soir et quatrième pays au monde en nombre de décès avec 183 morts.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez s'est voulu clair : les Espagnols pourront sortir de chez eux pour aller "travailler", "acheter le pain", aller à la pharmacie ou se faire soigner mais "pas pour aller dîner chez un ami".

Comme Milan ou Rome, Madrid est devenue samedi une cité fantôme.

- Epicentre européen -

L'Europe, "épicentre" de la maladie selon l'OMS, voit ses systèmes de santé mis à rude épreuve.

Une infirmière à bout de forces endormie sur son clavier d'ordinateur: cette photo partagée sur les réseaux sociaux est devenue le symbole de l'épuisement du personnel soignant dans le nord de l'Italie, pays qui a enregistré 175 nouveaux décès en 24 heures.

La France, où 830 nouvelles contaminations et 12 décès ont été comptabilisés en 24 heures, a aussi durci ses mesures.

Restaurants, bars, discothèques, cinémas: les lieux "recevant du public non indispensables à la vie du pays", doivent fermer leurs portes dès minuit dans la nuit de samedi à dimanche, le Premier ministre Edouard Philippe appelant les Français à "plus de discipline" après avoir "vu trop de gens dans les cafés, les restaurants".

Les élections municipales, prévues dimanche, sont maintenues.

L'Autriche, où 602 cas ont été confirmés samedi et première destination de sports d'hiver en Europe, a annoncé la fermeture anticipée de la quasi-totalité de ses stations de ski. C'est aussi le cas en Suisse, où 1.355 personnes ont été infectées et 11 sont mortes.

L'ONU a annoncé samedi un premier cas de nouveau coronavirus parmi le personnel de son siège à Genève.

Critiqué pour sa lenteur à réagir, dans un pays qui ne comptabilise officiellement que 1.140 cas dont 21 mortels, le gouvernement britannique de Boris Johnson s'apprête à interdire les rassemblements de masse. Le tournoi de tennis de Wimbledon pourrait en faire les frais.

La reine Elisabeth II a donné l'exemple en annulant "par précaution" plusieurs engagements prévus la semaine prochaine, selon le palais de Buckingham.

- Repli -

A l'extérieur de l'Europe, les confinements sont également de mise : Israël va aussi fermer à partir de dimanche restaurants, centres commerciaux, cafés et salles de sport.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a en outre affirmé qu'il demanderait au gouvernement d'approuver le recours aux "technologies utilisées dans la guerre contre le terrorisme" pour traquer les mouvements des Israéliens contaminés par le Covid-19.

En Afrique, les établissements scolaires et universitaires sont fermés au Burkina Faso (7 cas), et les fêtes de l'Indépendance ont été annulées au Sénégal (22 cas), parmi d'autres mesures visant à réduire la circulation du virus.

Point de départ de l'épidémie, la Chine (3.189 morts) semble l'avoir désormais surmontée, faisant état samedi de seulement onze nouvelles contaminations et treize décès supplémentaires en une journée.

Mais la pandémie, qui a déjà contaminé plus de 150.000 personnes dans 137 pays et en a tué 5.764, progresse quasiment partout ailleurs: un premier cas a été diagnostiqué au Rwanda, un autre en Guinée équatoriale, et les pays scandinaves recensent trois décès.

Les pays les plus touchés après la Chine en nombre de décès sont l'Italie avec 1.441 morts, l'Iran (611 morts), l'Espagne (183 morts), et la France (91 morts).

Face à cette propagation inexorable, la Russie (45 cas, aucun décès) a décidé de fermer dimanche ses frontières terrestres avec la Norvège et la Pologne aux étrangers. Le Danemark, la Lituanie ont fermé leurs frontières tandis que d'autres pays adoptent des restrictions d'accès quasi totales coomme en Lettonie et en Estonie. La Norvège va elle fermer ses ports et aéroports.

Même le Maroc, qui ne recense que huit cas, a fermé ses frontières et pris des mesures sévères de confinement.

Au Chili, deux paquebots de croisière, avec environ 1.300 personnes à bord, ont été mis en quarantaine.

L'état d'urgence a été déclaré aux Etats-Unis, où l'on dénombre officiellement 2.000 cas et 47 morts. Cette décision exceptionnelle, traditionnellement utilisée pour les catastrophes naturelles, a provoqué un spectaculaire rebond à Wall Street au lendemain de sa pire séance depuis le krach boursier d'octobre 1987 et à l'issue d'une semaine noire pour les Bourses mondiales.

- Apple tire le rideau -

Dépistage gratuit, accès facilité à l'assurance chômage et déblocage de fonds fédéraux pour couvrir les frais de santé des Américains les plus modestes: le berceau du libéralisme semblait redécouvrir les vertus de l'Etat-providence, dans un pays dépourvue de système de couverture universelle pour la santé et où les congés maladie ne sont accessibles qu'à une minorité.

Comme un symbole, le géant américain Apple a annoncé samedi la fermeture de tous ses magasins jusqu'au 27 mars à l'exception de la Chine, où il vient juste de rouvrir ses boutiques.

- Couvre-feu -

Du Brésil au Sénégal en passant par Manille ou la République tchèque, les villes se calfeutrent, et la vie sociale semble se réduire à peau de chagrin.

Hauts-lieux du tourisme mondial, le Musée du Louvre à Paris, la Tour Eiffel et le Château de Versailles sont fermés, tout comme les musées et sites archéologiques grecs.

Ligue des champions, championnats d'Angleterre, d'Allemagne et de France de football, Tour d'Italie cycliste, Formule 1, NBA: le calendrier sportif mondial continue de se réduire comme peau de chagrin en raison de la pandémie, les rares événements maintenus étant pour la plupart organisés à huis clos.

Malgré cela, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a promis que Tokyo accueillerait bien comme prévu en juillet les Jeux Olympiques.