Les grandes étapes de l'épidémie de Covid-19 en France: des premiers cas fin janvier à la limitation des déplacements non essentiels annoncés lundi par Emmanuel Macron.

- Premiers cas -

Le 24 janvier, deux premiers cas de malades, originaires de Chine, atteints par le coronavirus, à Paris et Bordeaux. Ces deux personnes, ayant voyagé récemment en Chine, sont les premiers cas européens. Un troisième cas est annoncé le 25. Un quatrième malade, touriste chinois âgé, est annoncé le 28 et placé en réanimation.

- Rapatriements -

Air France suspend ses vols vers la Chine. Un premier avion ramenant 200 Français de Wuhan, épicentre de l'épidémie, atterrit fin janvier à Istres (Bouches-du-Rhône). Ils sont placés en quarantaine pendant 14 jours dans un centre de vacances.

Le 2 février, un deuxième avion avec 254 personnes dont 64 Français atterrit à Istres. Le 9, une trentaine de nouveaux rapatriés arrivent.

Le 21, une trentaine de Français sont également rapatriés et placés en quarantaine dans le Calvados.

- Premier mort -

Le touriste chinois de 80 ans, hospitalisé à Paris, meurt des suites du Covid-19 le 15 février, premier décès hors d'Asie.

- Mesures de précaution -

Le 24, le gouvernement demande aux personnes revenant des régions italiennes les plus affectées, Lombardie et Vénétie, d'éviter "toute sortie indispensable", de garder les enfants à la maison. Les voyages vers ces régions sont déconseillés.

- Stade 2 -

Le 28 février, nouvelle étape avec le passage au "stade 2" de l'épidémie.

Le lendemain, la France passe le cap des 100 cas. Interdiction des rassemblements dépassant 5.000 personnes en milieux confinés.

- Annulations et réquisitions -

Le Salon de l'agriculture est écourté, le Salon du livre annulé, des matchs reportés.

Le 4 mars, le gouvernement réquisitionne les stocks de masques de protection. Les prix des gels désinfectants hydroalcooliques sont plafonnés.

- Rassemblements interdits -

Le 5, un député du Haut-Rhin est atteint. Plusieurs autres députés ont depuis été testés positifs.

Le 8, le cap des 1.000 cas est franchi. Le gouvernement interdit les rassemblements de plus de 1.000 personnes.

Le monde sportif se met à l'arrêt ou à huis-clos.

Les établissements scolaires de l'Oise et du Haut-Rhin, départements les plus touchés, sont fermés pour deux semaines.

- Impact économique "sévère" -

L'impact de l'épidémie sur la croissance sera "sévère", prévient le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Le ministre de la Culture, Franck Riester, est testé positif le 9 mars. La secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson le sera le 14.

Le 11, les écoles de Corse ferment jusqu'à fin mars.

- Ecoles fermées -

Le 12, Emmanuel Macron annonce la fermeture des crèches, établissements scolaires et universités à partir du 16 mars et jusqu'à nouvel ordre.

Les personnes de plus de 70 ans sont invitées à rester chez elles et l'ensemble des Français à limiter leurs déplacements au strict nécessaire, mais les élections municipales sont maintenues.

Le 13, la Ligue 1 et la Ligue 2 de football sont suspendues "jusqu'à nouvel ordre".

- Stade 3 -

Le 14, la France, qui totalise 4.500 cas et 91 morts, passe au "stade 3" de l'épidémie (circulation active du virus sur l'ensemble du territoire).

Fermeture des "lieux recevant du public non indispensables", dont les restaurants, bars, discothèques et cinémas.

- Déplacements limités -

Le premier tour des élections municipales, le 15 mars, est marqué par une abstention record. Face à l'épidémie, la situation "se détériore très vite", prévient le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

Le lendemain, Emmanuel Macron annonce la limitation au strict nécessaire des déplacements, sous peine de sanctions, le report du second tour des municipales et la suspension des réformes en cours. Le bilan de l'épidémie grimpe à 148 décès et 6.633 cas.