Les habitants de Singapour risquent désormais la prison s'ils se tiennent trop près les uns des autres, selon de nouvelles régulations drastiques contre la propagation du nouveau coronavirus annoncées vendredi.

La cité-Etat a publié une série de nouvelles mesures pour essayer d'enrayer une résurgence des cas d'infections par le Covid-19, jusqu'ici limités dans le pays, comme une fermeture des bars et des cinémas, ainsi que des rassemblements.

Parmi les mesures de distanciation physique, Singapour a annoncé l'interdiction de se tenir à moins d'un mètre d'autrui, sauf dans certaines situations comme dans les habitations.

Les habitants ne doivent plus se tenir intentionnellement trop proches les uns des autres dans les files d'attente, et doivent s'assoir en laissant au moins un mètre de distance avec une autre personne dans les lieux publics.

Ceux qui ne respectent pas ces règles risquent jusqu'à six mois de prison et une amende d'un montant maximum de 10.000 dollars singapouriens (7.000 dollars).

Les gérants de commerces doivent prendre des mesures pour faire respecter ces nouvelles règles, comme d'espacer les sièges pour le public ou de réguler les files d'attente, faute de quoi ils risquent des peines similaires.

La ville-Etat d'Asie du Sud-Est est connue pour ses lois sévères en temps normal et connaît un taux de criminalité très bas.

Elle a renforcé ses mesures de précautions contre le virus après un bond des cas d'infections ces dernières semaines, dont la majorité ont été importés.

Singapour "doit appliquer des mesures de distanciation plus sévères pour réduire l'activité et les risques", a souligné le ministère de la Santé cette semaine.

La gestion de l'épidémie par Singapour a été citée en exemple. La cité-Etat a isolé les premiers cas et retracé minutieusement tous les contacts qu'ils avaient pu avoir. Elle a réussi à limiter l'épidémie à 683 cas et deux morts malgré des liens étroits avec la Chine.

Singapour a aussi interdit son territoire aux non-résidents y compris pour le transit aérien cette semaine.

La pandémie touche plus d'un demi million d'habitants sur tous les continents et a fait lus de 23.000 morts.