Donald Trump s'est mis en quarantaine après le test positif au Covid-19 d'une proche collaboratrice dans la nuit de jeudi à vendredi, alors qu'en Europe la situation épidémique continuait de se dégrader, notamment en France et en Espagne où de nouvelles restrictions sont entrées en vigueur ou imminentes.

Le président américain a d'abord confirmé sur Fox News une information de presse, selon laquelle Hope Hicks, sa proche conseillère, avait été testée positive.

"La Première dame et moi-même attendons les résultats de notre test" et "pendant ce temps, nous entamons notre processus de quarantaine!", a ensuite ajouté sur Twitter M. Trump, sans davantage de précisions.

Hope Hicks était à bord d'Air Force One avec le président pour se rendre mardi dans l'Ohio au débat face à Joe Biden, puis mardi dans le Minnesota pour un meeting de campagne.

Donald Trump a laissé entendre que sa conseillère pourrait avoir contracté le virus au contact de soldats ou de membres des forces de l'ordre. "C'est très très difficile quand vous êtes avec des membres de l'armée, ou de la police, qu'ils viennent vers vous; ils veulent vous embrasser parce que nous avons vraiment fait du bon boulot pour eux", a-t-il affirmé.

Le président américain se soumet régulièrement à des tests Covid-19 même si la fréquence exacte de ces derniers n'est pas connue. Les collaborateurs qui travaillent au sein de la "West Wing" sont testés quotidiennement, comme les journalistes qui se rendent sur place ou voyagent avec le président.

Toujours aux Etats-Unis, le géant du commerce en ligne Amazon a indiqué jeudi que 19.816 de ses salariés avaient été testés positifs au Covid-19, ce qui correspond à un taux d'infection moins élevé que dans l'ensemble de la population.

En Europe, Paris pourrait passer lundi en alerte maximale. La capitale française et sa proche banlieue pourraient se voir imposer de nouvelles restrictions si la progression de l'épidémie s'y confirme, a déclaré jeudi le ministre français de la Santé, Olivier Véran.

Un tel classement "supposera que les habitants de Paris et de la petite couronne réduisent temporairement leurs interactions sociales de manière drastique, en tout cas plus importante que ce qu'ils font déjà: plus de fêtes de famille, plus de soirées, fermeture totale des bars", a-t-il indiqué.

Le ministre a également relevé une "dégradation" de la situation dans "cinq métropoles, Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Etienne", où "l'évolution des derniers jours reste très préoccupante".

La barre des 32.000 morts a été dépassée jeudi en France.

"Si les mesures (de restrictions déjà prises) ne produisent pas suffisamment d'effet, nous pourrions être conduit à les placer (ces métropoles) en zone d'alerte maximale la semaine prochaine", a prévenu le ministre.

- Bouclage par décret -

Pour Madrid, c'est déjà fait. Un décret du ministère espagnol de la Santé publié jeudi étend à toute la capitale les mesures déjà en vigueur depuis une semaine dans les zones de la région les plus touchées par le virus et interdit aux habitants de Madrid d'entrer ou de sortir de la ville sauf pour aller travailler, chez le médecin ou emmener les enfants à l'école.

Il ne s'agit donc pas d'un confinement strict comme l'Espagne l'a vécu au printemps.

Cette annonce, qui intervient après un bras de fer de deux semaines entre le gouvernement central de gauche et l'exécutif régional madrilène de droite, a été rejetée par ce dernier. Mais malgré le refus de Madrid et d'autres régions, ces mesures sont obligatoires dans les 48 heures selon le décret.

En Grande-Bretagne, de nouvelles restrictions ont été décrétées à Liverpool: dans cette région de 1,5 million d'habitants, les rencontres entre différents foyers seront interdites en intérieur. Il est recommandé de ne pas assister à des événements sportifs ni de se rendre dans les maisons de retraite ou d'entreprendre des déplacements non essentiels.

De telles restrictions étaient entrées en vigueur mercredi dans une partie du nord-est de l'Angleterre. Elles s'ajoutent à celles déjà valables pour l'ensemble du pays, qui stipulent que les pubs, restaurants et bars doivent fermer à 22H00 et que les réunions sont limitées à six personnes, en intérieur comme en extérieur.

- "Alerte rouge" -

La pandémie a fait au moins 1.018.634 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP. Plus de 34 millions de cas d'infection ont été diagnostiqués.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, tant en nombre de morts (207.743) que de cas (7.273.943). Suivent le Brésil (144.680 morts), l'Inde (98.678), le Mexique (77.646) et le Royaume-Uni (42.143).

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus augmente également au Canada, à 1.572 en moyenne au cours de la dernière semaine, enregistrés très majoritairement dans les deux provinces les plus peuplées, l'Ontario et le Québec.

"La situation est critique au Québec", a déclaré le Premier ministre de la province, François Legault, en faisant état de 16 nouveaux décès ces derniers jours, chiffre inégalé depuis la fin de la première vague de la pandémie, mi-juin. "Comparativement à mi-août, on est passés de 50 nouveaux cas par jour à 900 par jour (...), d'une centaine d'hospitalisations à 275", a-t-il dit.

Dans cette province la plus durement touchée dans le pays par l'épidémie, les bars, restaurants, cinémas et musées ont refermé leurs portes jeudi dans les régions de Montréal et Québec, passées en "alerte rouge", le plus haut niveau de surveillance.

Les habitants de ces régions, où vivent la majorité des Québécois, ne peuvent plus recevoir d'invités chez eux jusqu'à fin octobre et les rassemblements publics extérieurs sont pratiquement interdits.

Flambée de cas également en Tunisie, dans les régions côtières de Sousse et de Monastir (est), où un couvre-feu a été réinstauré pour 15 jours.

Mais dans certains pays, l'heure est à l'assouplissement.

Tous les voyageurs africains peuvent de nouveau voyager en Afrique du Sud, ainsi que ceux venant de pays jugés à risque "faible ou moyen" en termes d'infections au nouveau coronavirus.

A La Havane, le couvre-feu nocturne en vigueur depuis un mois a été levé et l'activité va être relancée, sans recevoir pour le moment de touristes étrangers.

Dans le monde du sport, l'UEFA a autorisé le retour immédiat du public en compétitions européennes de football, dont la Ligue des champions, dans une limite de 30% des sièges, sans autoriser le déplacement de supporteurs visiteurs.