Le président Donald Trump a, dans une soudaine volte-face, admis pour la première fois que la pandémie de coronavirus prenait des proportions "inquiétantes" dans une partie des Etats-Unis et recommandé le port du masque, alors que l'Australie a enregistré un chiffre record de nouveaux cas.

Avec les 502 cas annoncés mercredi par le gouvernement australien, le total des cas de Covid-19 approche maintenant les 13.000 sur l'île continent, qui avait pourtant été saluée pour sa gestion efficace de la crise, confirmant que pratiquement aucun pays n'est actuellement épargné par la propagation du virus.

Pour sa part, la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, a appelé mercredi ses administrés à rester chez eux à la veille d'un long week-end au Japon, alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens de coronavirus est en nette augmentation dans la capitale nippone.

En Europe, l'heure était à la satisfaction mercredi, au lendemain de l'adoption d'un accord "historique" sur un méga-plan de relance post-coronavirus d'un montant de 750 milliards d'euros, après quatre jours d'un sommet marathon et sous haute tension à Bruxelles

Le nombre de nouveaux cas enregistrés en 24 heures aux Etats-Unis a dépassé 60.000 pour le huitième jour consécutif, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, pour un total de 3,89 millions de cas.

- "Une hausse inquiétante" -

"Cela va sûrement, malheureusement, empirer avant de s'améliorer", a déclaré M. Trump, changeant de ton après avoir longtemps été accusé d'être dans le déni face à la flambée du coronavirus.

"Ces dernières semaines, nous avons observé une hausse inquiétante des cas dans de nombreuses régions de notre Sud", a-t-il ajouté.

"Nous demandons à tout le monde de porter un masque quand la distanciation physique n'est pas possible", a-t-il lancé, alors qu'il avait lui-même défendu jusqu'ici la "liberté" individuelle en la matière.

Si les Etats-Unis demeurent de loin le pays le plus touché au monde, le continent sud-américain n'est pas en reste, a rappelé l'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS).

Le Brésil, deuxième pays le plus touché du monde, a recensé mardi plus de 1.300 décès supplémentaires. Il compte maintenant près de 81.500 morts pour quelque 2,160 millions de cas confirmés.

Le bilan de l'épidémie a aussi franchi les 40.000 morts au Mexique et les 7.000 morts en Colombie, tandis que le Pérou a dépassé la barre des 350.000 contaminations.

- Le masque obligatoire à Melbourne -

Les signaux sont également alarmants en Bolivie, où la police a indiqué avoir collecté plus de 400 cadavres des rues et des maisons dans tout le pays au cours des cinq derniers jours, dont 85% de personnes victimes du virus.

La plupart des nouveaux cas de coronavirus recensés en Australie (484 sur 502) l'ont été dans l'Etat de Victoria (sud), aux prises avec d'importants foyers d'épidémie à Melbourne et dans ses banlieues, qui sont soumises depuis près de deux semaines à de nouvelles mesures de confinement.

A compter de mercredi soir à minuit, les habitants de Melbourne seront tenus de porter un masque quand ils sortiront de chez eux, au risque d'écoper, s'ils n'en ont pas, d'une amende de 200 dollars australiens (123 euros).

A ce jour, le nombre de morts est de 128 en Australie, un pays de 25 millions d'habitants.

Tokyo, la capitale du Japon, se trouve actuellement à son niveau d'alerte maximum, les experts ayant averti que les infections au Covid-19 semblaient se propager rapidement et largement.

L'archipel n'a recensé qu'un peu plus de 26.300 cas, dont moins d'un millier de décès, depuis que le Covid-19 a été identifié dans le pays pour la première fois mi-janvier, mais le nombre de patients dans un état grave augmente progressivement.

Cette poussée des contaminations survient alors que le Japon s'apprête à marquer jeudi dans la discrétion le début du compte à rebours d'un an -- jour pour jour -- avant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, reportés à 2021 en raison de la pandémie.

Pour sa part, la Belgique a annoncé mercredi une augmentation significative de 89% des contaminations par le covid-19 entre le 12 et le 18 juillet et a préconisé d'"agir vite" pour éviter de nouvelles mesures de confinement.

En Europe, le président français Emmanuel Macron a décrit l'accord obtenu au sommet de Bruxelles sur un plan de relance pour les 27 membres de l'UE de "moment le plus important depuis la création de l'euro", alors que la chancelière allemande Angela Merkel y a vu une "réponse à la plus grande crise de l'UE depuis sa création".

Le plan, qui prévoit une émission de dette commune, une première, bénéficiera essentiellement aux pays du sud, en premier lieu l'Italie et l'Espagne.

Le plan de relance et le budget à long terme approuvés par les dirigeants des pays de l'UE doivent encore être examinés jeudi en séance plénière par le Parlement européen.

- Milliers de faillites en Espagne -

Ce plan devrait permettre un retour de la croissance dans tous les pays de l'UE "d'ici à 2021", selon le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier.

Pour l'heure, la crise a déjà contraint 13% des cafés, bars, restaurants et hôtels d'Espagne à mettre définitivement la clé sous la porte, soit environ 40.000 établissements, a affirmé l'organisation patronale représentant le secteur.

La pandémie a également eu raison du tournoi de tennis de Washington, qui devait marquer la reprise de la saison ATP, et pourrait menacer la tenue de l'US Open.

burx-CHZ/cls