L'apparition d'une nouvelle variante du coronavirus au Royaume-Uni a semé la panique dans le monde, des dizaines de capitales annulant les vols avec ce pays, qui se retrouve isolé, l'Organisation mondiale de la Santé se voulant toutefois rassurante lundi en affirmant que cette nouvelle souche virale n'était "pas hors de contrôle".

"Nous avons eu un R0 (taux de reproduction du virus, ndlr) beaucoup plus élevé que 1,5 à différents moments de cette pandémie et nous l'avons maîtrisé. Cette situation n'est donc pas, en ce sens, hors de contrôle", a déclaré le responsable des situations d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan, en conférence de presse. La nouvelle souche du virus est "hors de contrôle", avait déclaré dimanche le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock.

Alors que ce virus variant fait craindre une recrudescence des cas de Covid-19, la Commission européenne a annoncé lundi qu'elle autorisait la distribution dans l'UE du vaccin anti-Covid de Pfizer-BioNTech, quelques heures après le feu vert de l'Agence européenne des médicaments (AEM).

"L'Agence européenne des médicaments a évalué ce vaccin minutieusement et a conclu qu'il était sûr et efficace contre le Covid-19. Sur la base de cette évaluation scientifique nous avons procédé à son autorisation sur le marché de l'Union européenne", a déclaré la Présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen, en précisant que les premières vaccinations auraient lieu entre le 27 et le 29 décembre.

Elle s'est dite "fière que le premier vaccin contre le Covid-19 disponible en Europe soit un pur produit de l'innovation européenne". Il a été conçu par le laboratoire allemand BioNTech, basé à Mayence.

Le Vatican a incité lundi les catholiques à se faire vacciner contre le Covid-19, expliquant que tous les vaccins développés étaient "moralement acceptables", y compris ceux produits à partir de cellules de foetus avortés au siècle dernier.

La mutation du virus a entraîné une fermeture des frontières de nombreux pays avec le Royaume-Uni, à moins de deux semaines de la sortie de ce pays du marché unique européen, d'où un chaos dans les ports, en particulier celui de Douvres, et des inquiétudes sur l'approvisionnement en produits frais comme les agrumes et les salades en pleine semaine de Noël.

- "C'est une tragédie" -

Le port de Douvres, desservant notamment la France, a annoncé fermer pour le trafic sortant. Plusieurs pays dont la France et le Canada ont décidé dès dimanche de suspendre pour plusieurs jours tous les déplacements en provenance du sol britannique. La Suède a en outre annoncé qu'elle fermait pour raisons sanitaires sa frontière avec le Danemark, où des cas de la nouvelle variante du coronavirus ont été décelés,

Pas de quoi altérer les chaînes d'approvisionnement du Royaume-Uni qui sont "solides et robustes", a assuré lundi le Premier ministre britannique Boris Johnson.

"Les retards ne concernent qu'une très faible proportion de la nourriture entrant au Royaume-Uni et comme l'ont dit les chaînes de supermarchés britanniques, les chaînes d'approvisionnement sont solides et robustes", a déclaré à la presse M. Johnson.

Il a précisé avoir discuté de la situation avec le président français Emmanuel Macron qui, selon lui, a dit vouloir "régler la situation dans les prochaines heures".

L'Union européenne doit tenter d'harmoniser mardi les mesures décidées par les Etats membres pour empêcher les arrivées depuis le Royaume-Uni, a-t-on appris lundi de source diplomatique européenne.

Une réunion d'urgence du mécanisme européen de réponse aux crises convoquée lundi matin à Bruxelles a permis "d'identifier les différentes options pour une réouverture des frontières de manière coordonnée et avec des mesures identiques", a-t-on précisé de même source.

Au Canada, l'Ontario (province la plus peuplée du pays) avec 14 millions d'habitants, sera reconfinée à partir de samedi. Ce reconfinement durera 28 jours dans le sud de la province et 14 jours dans le nord moins peuplé.

"C'est une tragédie ce qui se passe en Grande-Bretagne", a regretté lundi le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton. "Si la Grande-Bretagne avait décidé de rester dans l'Union européenne, aujourd'hui elle aurait, comme tous les pays européens, entre 30, 40 et 50 milliards d’euros et on pourrait l'aider".

Après la suspension des liaisons aériennes, des dizaines de passagers en provenance de Grande-Bretagne se sont retrouvés bloqués dans des aéroports allemands dans la nuit de dimanche à lundi.

"Nous sommes tous épuisés, beaucoup de gens pleurent", témoigne Sophie à l'aéroport de Hanovre. "S'il vous plaît, aidez-nous à sortir!", s'est exclamée une autre jeune femme, Manuela Thomys, dans une vidéo postée sur internet.

Hors de l'UE, c'est aussi le cas du Koweït, de l'Iran, de la Suisse, du Salvador et d'Israël, ces trois derniers pays ayant également suspendu leurs liaisons avec l'Afrique du Sud où une nouvelle variante a aussi été détectée.

L'Arabie saoudite a quant à elle suspendu tous les vols internationaux ainsi que l'accès à ses ports. Le Canada, l'Argentine, la Colombie et le Chili ont suspendu les vols en provenance du Royaume-Uni.

- Vaccins Moderna aux Etats-Unis -

Aux Etats-Unis, les premiers vaccins Moderna contre le Covid-19 ont été administrés lundi dans le Connecticut où une infirmière a été vaccinée lundi devant les caméras, donnant le coup d'envoi de la campagne de vaccination avec ce nouveau remède approuvé en urgence vendredi.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'agence européenne des maladies ont appelé dimanche leurs membres en Europe à renforcer leurs contrôles pour combattre la propagation de la nouvelle variante.

La Hongrie et la Slovénie ont annoncé lundi qu'elles allaient assouplir les règles sanitaires pour Noël afin de permettre à leurs habitants de passer les fêtes en famille.

Le Luxembourg a lui prévu un nouveau tour de vis pour lutter contre la pandémie après Noël avec un renforcement du couvre-feu, la fermeture des commerces non essentiels et une fermeture des écoles prolongée jusqu'au 10 janvier.

burx-ial/fio/lpt