Emmanuel Macron a indiqué jeudi que le gouvernement annoncerait vendredi au terme du conseil de défense consacré au Covid-19 des décisions permettant de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines".

"Ce que nous devons faire c'est nous adapter à l'évolution du virus (...) Nous aurons des décisions à prendre, mais voilà, il faut je pense continuer à être exigeants, réalistes, sans céder à quelque panique que ce soit", a déclaré le chef de l'Etat lors d'un déplacement en Corse.

Lors du conseil de défense vendredi, "ce que je souhaite, c'est donner de la visibilité sur les prochaines semaines par les décisions de demain", a-t-il ajouté, alors que "le virus circule beaucoup".

Interrogé sur les propos du président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, pour qui le gouvernement va devoir "prendre des décisions difficiles", M. Macron a estimé que "le conseil scientifique est dans son rôle, qui est technique", et qu'il revient aux dirigeants politiques de "prendre des décisions" en "essayant d'être les plus transparents et les plus clairs possible".

Il faut "essayer de ralentir au maximum et de stopper la circulation" du virus avec les gestes barrières et "l'organisation de la vie sociale que nous devons adapter", tout "en permettant de continuer à vivre", notamment "éduquer nos enfants", "soigner les autres pathologies", a ajouté le chef de l'Etat.

Il a souligné la nécessité de "décliner territorialement" les décisions prises, et a de nouveau appelé les Français à "prendre leur part de responsabilité, parce que nous sommes tous et toutes les dépositaires de cette lutte contre le virus".

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s'est de son côté de nouveau refusé jeudi matin sur BFMTV et RMC à commenter les hypothèses les plus dures concernant les mesures qui pourraient être annoncées vendredi -- limitation de déplacements, de rassemblement, voire reconfinements localisés -- en se bornant à marteler que cette crise sanitaire démontre "qu’on ne peut jamais rien exclure par principe".