Les variants du coronavirus, comme le lait sur le feu: la France surveille la montée du variant anglais qui pourrait à terme nécessiter un nouveau confinement, et renforce ses mesures contre le sud-africain et le brésilien moins répandus mais potentiellement encore plus problématiques.

"Un renforcement spécifique est prévu" pour ces deux variants, explique la Direction générale de la santé (DGS), qui dépend du ministère, dans une note urgente publiée dimanche soir à destination des professionnels de santé.

Car si leur circulation est "aujourd'hui minoritaire", ils "présentent un risque d'échappement immunitaire et vaccinal".

Cela signifie que les vaccins pourraient être moins efficaces contre ces deux variants, suspectés en outre de provoquer des réinfections. En cause, des caractéristiques génétiques particulières que ne possède pas le variant anglais. Tous trois semblent plus contagieux.

Selon la DGS, l'isolement des personnes contaminées par le variant sud-africain ou brésilien va passer à 10 jours, contre 7 d'ordinaire, et un test PCR négatif sera nécessaire pour en sortir.

Enfin, une classe devra être fermée si un enfant, ou un membre de sa famille, est contaminé par un des deux variants. Toutes les écoles ne sont pas ouvertes actuellement, puisque les vacances de février ont débuté samedi dans la première des trois zones.

Malgré ces mesures spécifiques, le variant anglais reste le premier sujet de préoccupation.

"Les semaines qui viennent sont décisives. Le variant anglais va dicter la marche à suivre", a souligné l'épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique qui guide le gouvernement, sur BFMTV.

- "Point de bascule" -

La part des cas suspectés d'être des variants (essentiellement anglais, mais aussi sud-africain ou brésilien) s'élevait à 14% de tous les cas détectés en France le 27 janvier, selon des résultats préliminaires rendus publics jeudi. C'est nettement plus que les 3,3% de cas positifs attribués au variant anglais les 7 et 8 janvier.

A ce rythme, les spécialistes s'attendent à ce que le variant anglais devienne majoritaire en France d'ici à début mars. Pour mieux suivre cette évolution, tous les tests PCR positifs devront désormais être réanalysés avec une technique permettant de déceler la présence possible des trois variants, selon la note de la DGS.

Car la prise de pouvoir du variant anglais pourrait constituer un "point de bascule", avec une augmentation du nombre de cas, a prévenu sur BFMTV le virologue Bruno Lina, responsable des enquêtes de surveillance.

Malgré cela, le président Emmanuel Macron et le gouvernement ont fait le pari de ne pas imposer de nouveau confinement pour l'instant.

"Si on voit que ça tient pourquoi pas, si on voit que ça continue sur la même progression, il faudra un moment ou un autre passer à des mesures plus fortes", a déclaré le Pr Fontanet.

"Ça stagne à un niveau trop élevé", a estimé à l'inverse l'épidémiologiste Antoine Flahault sur BFMTV, en plaidant pour "un confinement, écoles comprises, pendant une durée limitée".

Fermer les écoles, c'est aussi ce que réclame le SNMSU-UNSA Éducation, syndicat majoritaire des médecins de l'Education nationale. Il veut une fermeture "pour la durée des vacances de février des trois zones", soit quatre semaines en tout, dont deux de vacances dans chaque zone.

- Première injection pour Véran -

Si certains aimeraient fermer, d'autres veulent rouvrir. Le maire RN de Perpignan Louis Aliot a annoncé lundi la réouverture de quatre musées municipaux à partir de mardi.

Une déclaration aux allures de fronde, puisqu'une réouverture nationale de ces établissements fermés depuis fin octobre n'est pas à l'ordre du jour.

Les musées et les monuments seront les premiers à rouvrir "quand nous aurons une décrue", s'est bornée à répéter la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

Mais la décrue semble loin: le nombre de contaminations quotidiennes fluctue entre 20.000 et 26.000 depuis janvier, avec environ 28.000 malades du Covid-19 à l'hôpital (dont 3.000 en réanimation).

Les yeux rivés sur ces chiffres, la France poursuit sa campagne de vaccination.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est fait injecter devant les caméras, lundi, à Melun, le vaccin d'AstraZeneca, devenu ce week-end le troisième disponible en France.

M. Véran l'a reçu en sa qualité de neurologue: ce vaccin doit servir à vacciner la totalité des soignants, y compris ceux âgés de moins de 50 ans.

Selon le ministre, 270.000 doses sont arrivées en France et quelque 300.000 supplémentaires sont attendues "dans les deux jours".

"A partir de maintenant, il va falloir que ça dépote", a-t-il exhorté, espérant pouvoir "dans les 15 jours vacciner l'ensemble des soignants, pompiers et aides à domicile".

Sur fond d'approvisionnement limité, la campagne de vaccination a du mal à passer la vitesse supérieure: on en est pour l'instant à 1,9 million de premières injections et 252.000 vaccinations complètes.