Des milliers de Pékinois faisaient la queue lundi par un froid glacial pour être vaccinés contre le Covid-19 avant la grande migration du Nouvel an chinois, les autorités cherchant à tout prix à éviter une nouvelle vague épidémique.

Dans la seule capitale, plus de 73.000 personnes ont reçu une première dose de vaccin entre vendredi et dimanche, a rapporté la presse, précisant que des employés municipaux et des chauffeurs d'autobus étaient parmi les premiers à recevoir l'injection.

Les autorités médicales ont annoncé jeudi avoir donné un feu vert "conditionnel" à la généralisation d'un premier vaccin de fabrication chinoise, dont le producteur, Sinopharm, revendique un taux d'efficacité de 79%.

Dans un vaste parc de l'est de Pékin, des candidats à la vaccination devaient remplir lundi un formulaire électronique à l'aide de leur téléphone portable, spécifiant qu'ils n'ont pas de contre-indications à l'inoculation.

Ils devaient ensuite monter dans un bus à destination d'un centre de vaccination temporaire installé à l'intérieur du parc. Certains portaient deux masques chirurgicaux sur le visage.

Un employé de restauration, Gu, a expliqué à l'AFP que son entreprise avait pris le rendez-vous pour lui et qu'il souhaitait se faire vacciner "pour être tranquille".

"Je pense que les effets indésirables, s'il y en a, seront supportables", a ajouté cet homme d'un trentaine d'années.

Sans attendre le feu vert officiel des autorités médicales, la Chine a déjà commencé à vacciner des millions de personnes dès l'été dernier, notamment des soignants, des étudiants en partance pour l'étranger ou des diplomates.

Pas moins de 4,5 millions de doses ont déjà été administrées, ont indiqué les autorités la semaine dernière.

Le pays, où le Covid-19 a fait son apparition il y a tout juste un an, prévoit d'accélérer la vaccination à l'approche du Nouvel an chinois, qui tombe cette année le 12 février.

Ces festivités donnent habituellement lieu à la plus grande migration du monde, lorsque des millions de travailleurs quittent les grandes villes pour rentrer dans leur famille.

Les chemins de fer s'attendent à assurer 407 millions de trajets lors de la période des congés du Nouvel an, du 28 janvier au 8 mars.

Afin d'éviter un engorgement, des trains supplémentaires vont être mis en circulation et certaines universités ont déjà fermé leurs portes pour permettre aux étudiants de rentrer chez eux en avance. Certains vont ainsi profiter de plus de deux mois de vacances.

Si le pays a largement éradiqué l'épidémie, il a encore signalé lundi 33 nouveaux cas de contamination au cours des dernières 24 heures, soit le chiffre le plus élevé depuis près de deux mois.