L'heure de la retraite a sonné pour Raul Castro: l'ex-président de Cuba lâchera les rênes du Parti communiste lors du congrès d'avril, quittant le devant de la scène comme avant lui son frère Fidel, décédé en 2016.

S'ouvrira alors une nouvelle ère pour l'île, gouvernée depuis 1959 par la célèbre fratrie et désormais menée par une génération plus jeune et devant à la fois perpétuer cet héritage et tracer sa voie.

La nouvelle équipe "aura pour tâche de construire sa légitimité, qui ne pourra émaner que d'un projet politique propre qui apporte prospérité économique et justice sociale à Cuba", estime Michael Shifter, président du think tank Dialogue Interaméricain, basé à Washington.

Le parti unique tiendra son congrès quinquennal du 16 au 19 avril.

A cette occasion, Miguel Diaz-Canel, 60 ans, président depuis 2018, devrait succéder à Raul Castro, 89 ans, comme premier secrétaire du parti, dont le bureau politique - le coeur du pouvoir à Cuba - sera aussi renouvelé avec des hommes et des femmes trop jeunes pour avoir participé à la révolution.

Une chose est sûre: le pays restera sur la même ligne politique, la nouvelle Constitution adoptée en mai 2019 ayant gravé dans le marbre le caractère "irréversible" du socialisme.

Mais cette Constitution est "fille de son temps et reflète la diversité de la société", avait alors plaidé Raul Castro.

- Société plus exigeante -

Le référendum pour la valider avait donné un bon indice de cette nouvelle société cubaine: alors que la précédente Constitution avait été approuvée à l'unanimité (97,7%) en 1976, la nouvelle n'a reçu que 78,3% de oui.

Ces derniers mois, artistes, intellectuels et autres secteurs de la société civile ont commencé à exiger des droits et des libertés, voire manifester dans ce pays où le droit de rassemblement est très limité.

Face à ces revendications, la nouvelle équipe au pouvoir devrait lancer une réforme politique de l'Etat "pour gérer efficacement les tensions qui se manifestent dans la société", suggère Michael Shifter.

Point d'orgue de ces récents soubresauts: le 27 novembre, plus de 300 artistes s'étaient réunis pendant une quinzaine d'heures face au ministère de la Culture pour exiger plus de liberté d'expression, une manifestation historique.

Les défenseurs des animaux se sont eux aussi fait entendre, obtenant comme première victoire de la société civile cubaine l'approbation d'un décret-loi sur le bien-être animal.

En toile de fond, l'arrivée d'internet sur les téléphones mobiles fin 2018, qui a ouvert pour les Cubains de nouveaux espaces d'information et d'expression, jusque-là réservés aux médias d'Etat.

Samedi, le parti communiste a assuré que le congrès lui servirait aussi de réflexion pour être plus efficace face à la "subversion politico-idéologique" sur les réseaux sociaux.

- Relation "pragmatique" avec Washington -

Un facteur clé sera la relation entre Cuba et les Etats-Unis: en campagne, Joe Biden avait promis de revenir sur certaines sanctions de Donald Trump, tout en insistant sur l'importance des droits de l'homme.

Mais depuis son arrivée à la Maison Blanche, il n'a clairement pas fait du dossier cubain une priorité.

"De par la dynamique qui existe entre Cuba et les Etats-Unis, les Etats-Unis conditionnent vraiment, de façon directe et indirecte, une grande partie de ce qui se passe (à Cuba), voire même de la prise de décision des dirigeants cubains", souligne l'analyste politique Harold Cardenas.

L'agressivité de l'administration Trump a ainsi poussé le gouvernement cubain à adopter un discours plus dur, se sentant sous une menace constante.

La nouvelle équipe "cherchera à construire une relation fonctionnelle et pragmatique avec les Etats-Unis", observe Michael Shifter, peut-être en réduisant la forte présence militaire au sein du gouvernement, du parti et de l'économie.

La majorité des 280 sanctions imposées par Washington à Cuba visait en effet des entreprises aux mains de l'armée. Comme geste de bonne volonté, La Havane pourrait habilement les faire passer du côté civil, même si au final, l'Etat reste propriétaire.

Mais si l'hostilité américaine se poursuit, "les militaires auront la justification parfaite pour continuer à jouer un rôle prédominant dans le politique et l'économie", prédit l'universitaire cubain Arturo Lopez-Levy, de l'université Holy Names en Californie.